2017-2018 Séminaire « Espaces critiques » du RGL (UMR 5600 EVS)

Séminaire Espaces Critiques
2017-2018

Séance hors les murs

Journée de réflexion collective sur le néolibéralisme – Samedi 30 juin (Lyon)

Le samedi 30 juin à partir de 10h se tiendra une nouvelle séance « Hors les murs » du séminaire « Espaces Critiques » organisée par le Réseau de Géographes Libertaires, dans le cadre de l’atelier 7 de l’UMR EVS (Environnement Ville Société).

Au programme de cette journée : conférence, atelier et balade urbaine !

10h-12h : à la Médiathèque du Bachut (8e) : « Le néolibéralisme, qu’est-ce que c’est ? » (Odile Tourneux) : Conférence et atelier.

Bon nombre de discours critiques, qu’ils s’expriment dans la rue, dans les médias généralistes ou dans les écrits universitaires dénoncent le « néolibéralisme ». Le terme est partout, mais qu’entendons-nous exactement par là ? Doctrine économique, idéologie, technique de management, théorie politique, le néolibéralisme semble être un mot fourre-tout, un terme aux contours vagues dont nous ne cessons pourtant de faire usage. Le RGL propose, dans le cadre de cette conférence, de présenter une cartographie des différents sens que prend le terme aujourd’hui.

13h-14h : pique-nique tiré du sac à la pointe de la Confluence.

14h-16h : départ à la pointe de la Confluence : « La ville néolibérale. Balade urbaine dans le quartier de Confluence » (Thomas Zanetti)

Attractives, durables, intelligentes, sûres, vertes, connectées …, les mots ne manquent pas, dans les discours des concepteurs, des promoteurs et des gouvernants, pour vanter les qualités des villes contemporaines. Mais à quel prix ces supposées qualités des espaces urbains sont-elles accessibles ? Car nos villes ont également une face plus sombre et inégalitaire : mainmise des acteurs privés, gentrification et exclusion des indésirables, uniformisation, mise en scène … forment le revers de la médaille de la ville néolibérale.

 

Séance hors les murs

Projection du film « LES DEPOSSEDES » + débat

Le jeudi 31 mai de 19h à 21h se tiendra une nouvelle séance du séminaire « Espaces Critiques » organisée par le Réseau de Géographes Libertaires, dans le cadre de l’atelier 7 de l’UMR EVS (Environnement Ville Société).

Cette séance sera l’occasion d’un séminaire « hors les murs » de l’université. Elle se tiendra à l’ALPES 13 rue Dalandine 69002 Lyon. Il s’agira d’une projection du film « LES DEPOSSEDES » d’Antoine Costa suivie d’un débat avec le réalisateur. A l’issue de la soirée vous êtes invités à un apéro convivial !

Présentation du film les dépossédés (issue du site http://www.film-documentaire.fr) :

« Le capitalisme a véritablement crée des richesses. Il a su en trouver là où l’on n’en voyait pas. Ou plutôt, il a crée de la valeur là ou l’on ne voyait que des richesses. En monétarisant la nature, en donnant une valeur à chaque chose, un prix à la biodiversité il achève dans un même mouvement de la saccager en la protégeant. À l’heure où une nouvelle loi sur la biodiversité, dix mois après son passage devant l’Assemblée, est présentée au Sénat, ce documentaire revient sur un amendement faisant débat : celui de la compensation. Inscrit dans la législation dès 1976, mais jamais appliqué, le principe de compensation oblige un aménageur à compenser les dégâts qu’il cause sur la nature, en protégeant un territoire équivalent à celui qu’il vient de détruire. Mais cette nouvelle loi qui autorise la création de « réserves d’actifs naturels » ouvre aussi la voie à une monétarisation de l’environnement qui attise les craintes de certains écologistes. S’il suffit maintenant de compenser, c’est à dire d’acheter la nature, qu’est-ce qui arrêtera celui qui a les moyens de payer ? Quelques mois après la COP21 et alors que l’État s’apprête à reprendre l’offensive contre Notre Dame des Landes, la monétarisation de l’environnement semble être ici l’ultime fuite en avant du nihilisme marchand : protéger la nature en continuant de la saccager. L’économie arrivera-t-elle à sauver la biodiversité ? En revenant sur l’exemple du marché carbone et l’histoire des régulations environnementales du début du 19 ème siècle, Les Dépossédés tente de répondre à la question. »

 

Séance 6

Écrire la ville

Le mercredi 16 mai de 14h à 17h se tiendra une nouvelle séance du séminaire « Espaces Critiques » organisé par le Réseau de Géographes Libertaires, dans le cadre de l’atelier 7 de l’UMR EVS (Environnement Ville Société).

Cette séance a pour thème « Écrire la ville ».  L’idée est aussi bien de revenir sur des expériences et des pratiques pédagogiques que d’interroger les liens entre géographie et littérature à propos de la ville.

Plusieurs intervenant.e.s viendront nous en présenter des exemples :

  • Dominique Chevalier, Maîtresse de Conférences-HDR, Université Lyon-ESPÉ, Environnement Ville Société (UMR 5600) reviendra sur des regards croisés autour de flâneries entre Pente et Plateau : une expérience urbaine et pédagogique. Cette expérience fait suite àun mail informant que des commémorations auraient lieu en mars 2018 pour célébrer le 50ème anniversaire de la parution du Droit à la Ville, œuvre majeure d’Henri Lefebvre. Cette thématique du « Droit à la ville » a été travaillée avec les étudiants et les étudiantes du Master MEEF de l’ESPÉ, dans le cadre des ateliers « Enseigner la géographie autrement » de l’UE5. Puis au fil de l’avancement du projet deux enseignantes de l’École Aveyron se sont jointes à cette aventure, Virginie Fourtoy, PEMF, et Clémentine Bertrand, PES. Toutes deux ont fait travailler leurs élèves de CE1 et CM1 à partir d’une balade urbaine sur les pentes et le plateau de la Croix Rousse. Les carnets qui seront présentés dans le cadre du séminaire matérialisent un travail tout à fait singulier, où différents niveaux de constructions des savoirs élaborés, du CE1 au Master1 MEEF, se conjuguent et montrent les résultats d’investigations autour d’un objet commun : les expériences urbaines.
  • Pascal Clerc, professeur des Universités en géographie à l’université de Cergy-Pontoise et l’ESPÉ de l’Académie de Versailles (voir aussi le blog Géographies buissonnières http://geobuis.horg/)s’est intéressé à l’écriture de Haïkus au sujet de la ville.
  • Les élèves du lycée Ella Fitzgerald ainsi que les animateurs Justin Follenfant et Martin Fuster, animateurs d’atelier d’écriture présenteront le travail réalisé avec la classe de première littéraire autour du chapitre de géographie : la France en villes. Il s’agissait de lier journalisme, écriture, terrain et géographie, notamment avec l’aide d’une journaliste Martha Gilson de la revue S!lence.
  • Guillaume Grondin, enseignant au collège, présentera le travail réalisé en cours de français autour de la notion d’espace proche.

Un temps sera réservé aux discussions après les interventions.

 

Séance 5

Revendications patrimoniales et conflits mémoriels

Séminaire RGL « Espaces Critiques » / Ateliers 6-7 UMR EVS

Le vendredi 27 avril 2018 de 10h à 12h30 se tiendra une nouvelle séance du séminaire « Espaces Critiques » organisé par le RGL, dans le cadre de l’atelier 7 de l’UMR EVS (Environnement Ville Société). Cette séance sera mutualisée avec l’atelier 6 Faire Territoire, faire société, de l’UMR.

Mots-clés: patrimoine, mémoire, conflits, migrations, lutte sociale.

La plaque en hommage aux verriers de Givors – auteure: Léa Prost

Interventions:

  • Grégory Busquet (Maître de conférences en sociologie et études urbaines, Université Paris Nanterre / UMR LAVUE): Présentation de l’ouvrage « Mémoires et patrimoines. Des revendications aux conflits » (L’Harmattan, 2017).

L’ouvrage propose une réflexion sur les revendications, les contestations et les conflits qui participent à la fabrication contemporaine du patrimoine. Il place les acteurs au centre de son propos pour étudier les conceptions, les supports et les modes d’action qui caractérisent la dynamique des mobilisations patrimoniales et mémorielles, dans le cadre des rapports de force asymétriques liés aux processus de qualification et de valorisation des espaces. Le patrimoine est alors considéré comme une ressource et un vecteur de l’émancipation.

  • Julie Garnier (Maître de conférence en sociologie et en anthropologie, Université de Tours / UMR CITERES): « Patrimoine des/en migrations: de la revendication mémorielle à la mise en exposition ».

Nous aborderons la question du patrimoine des/en migrations à partir de différents terrains, partant d’une revendication patrimoniale portée à différentes échelles par un groupe de migrants avec le soutien d’une collectif de non migrants à la mise en exposition collaborative: Que se passe-t-il quand des migrants se saisissent de la question mémorielle et patrimoniale? Au nom de quoi agissent-ils? Et que nous apprennent les mises en exposition des mémoires de migrations par les institutions patrimoniales? Notre attention portera que les intentions de ces actions, les formes de collaboration mais aussi les tensions et les freins qu’elles suscitent.

  • Thomas Zanetti (Maître de conférences en géographie et aménagement, Université Lyon 3 / UMR EVS): « Le patrimoine comme matérialisation d’une lutte sociale et sanitaire ».

Les politiques mémorielles et patrimoniales constituent un angle d’analyse des rapports de forces entre classes sociales, et des inégalités en matière d’appropriation et de marquage des espaces. Face à la difficulté d’ancrer leurs mémoires dans l’espace et la matérialité des lieux, les populations dominées peuvent s’engager dans des pratiques mémorielles et patrimoniales alternatives. Dans le cas évoqué ici, ces pratiques soutiennent une lutte sociale et sanitaire qui mobilise un héritage industriel.

Séance 4

Sápmi (Suède) et Eeeyou Istchee (Canada) : de la résistance vers la décolonisation ?

Les autochtones Samis et Cris face à l’exploitation des ressources naturelles
Simon Maraud (doctorant à l’Université de Limoges)

Le vendredi 6 avril 2018 de 10h à 12h se tiendra une nouvelle séance du séminaire « Espaces Critiques » organisé par le RGL, dans le cadre de l’atelier 7 de l’UMR EVS (Environnement Ville Société).

Cette séance est orientée autour de l’intervention de Simon Maraud (Doctorant à l’Université de Limoges) et s’intitule : « Sápmi (Suède) et Eeeyou Istchee (Canada) : de la résistance vers la décolonisation ? Les autochtones Samis et Cris face à l’exploitation des ressources naturelles »

Résumé : Lors de cette présentation, il sera question d’interroger le concept de « décolonisation ». Le Sápmi – territoire ancestral des Samis – et Eeyou Istchee – territoire ancestral des Cris – ont été et sont encore l’arène de mouvements de résistance autochtone face à l’exploitation des ressources naturelles. Si le colonialisme historique a permis l’ingérence de l’État dans la gestion des terres Samies et Cries, aujourd’hui, cela semble avoir été remplacé par le « développement », dont l’origine et l’ambition sont bien plus floues. Beaucoup de luttes ont permis certaines avancées considérables chez les Cris à partir des années 1970 (avec notamment la Convention de la Baie James et du Nord Québécois), et chez les Samis dans les années 2000 (avec notamment le Laponia process), toujours au nom de la Nature. Pourtant, ces évolutions progressistes en matière d’émancipation autochtone doivent préserver une réflexivité critique quant à leurs trajectoires. Ce travail permettra ici de questionner la dimension décoloniale des structures de gouvernance découlant des résistances autochtones des deux territoires à l’étude. Ainsi, nous pourrons discuter des enjeux de la décolonisation sur des espaces en pleine métamorphose, car sujets du capitalisme, à partir de deux exemples : le projet de parc national du Québec Assinica chez les Cris, et le projet de mine Gállok chez les Samis de Suède.

 

Séance 3

Bien commun et utilité collective : innovation ?
Quand l’intervention de la société civile nourrit les enjeux de gouvernance du foncier agricole, à l’échelle globale et locale
Le cas du mouvement Terre de Lien (TDL)

Pascal Lombard (Doctorant à l’Université de Toulouse)

Ce vendredi 2 mars 2018 de 10h à 12h se tiendra une nouvelle séance du séminaire « Espaces Critiques » organisé par le RGL, dans le cadre de l’atelier 7 de l’UMR EVS (Environnement Ville Société).

Cette séance est orientée autour de l’intervention de Pascal Lombard (Doctorant à l’Université de Toulouse) et s’intitule : « Bien commun et utilité collective : innovation ? Quand l’intervention de la société civile nourrit les enjeux de gouvernance du foncier agricole, à l’échelle globale et locale »

Résumé : S’il nous semble que le concept d’innovation n’est pas adapté pour comprendre TDL, l’action de gestion patrimoniale collective du foncier agricole du réseau apparaît néanmoins spécifique sur six points. Dans le champ institutionnel du droit de propriété i) TDL déconstruit le rapport dualiste propriétaire-fermier.e.s en y intégrant des acteurs tiers (citoyens, bénévoles). ii) TDL recherche à contrôle le foncier agricole pour favoriser l’accès à la terre des paysan.ne.s mais également dans le but de construit ce que nous nommons une territorialité du commun, rompant avec les valeurs paysannes qui affirment que c’est aux usagers de la terre que revient le droit de gestion. iii) Dans le champ du mouvement social international pour les droits des paysan.ne.s, TDL concrétise une rupture du fait de l’absence institutionnelle des fermier.e.s dans la gouvernance du réseau. Enfin dans le champ de l’aménagement du territoire, iv) l’action collective du réseau dédiée à une « gestion patrimoniale éthique » du foncier s’appuie sur la médiation ; v) sur l’apport de connaissances et de formations ; vi)sur l’offre de nouvelles opportunités de financement et d’accompagnement de projets fonciers. Ainsi, en matière de gestion du foncier agricole, la société civile est-elle légitime pour sortir du sillon tracé par des logiques institutionnelles anciennes (corporatives et étatiques) ? Pouvons-nous parler d’ »innovation sociale » pour décrire le réseau TDL ?

Mots clefs : légitimité, engagement citoyen, propriété, biens communs.

 

Séance 2
« Municipalisme & droit au logement à Barcelone et Madrid »

Le RGL (Réseau des Géographes Libertaires) organise de nouveau cette année un séminaire dans le cadre de l’Atelier 7 (Épistémologie & heuristique : temporalité, spatialité,  pluralité, crise, histoire, géographie) de l’UMR 5600 Environnement Ville Société, intitulé « Espaces critiques ». 

La seconde séance aura lieu le vendredi 2 février de 10h à 12h30 dans les locaux au 18 rue Chevreul à Lyon, en salle 604.

Elle se tiendra autour de l’intervention de Diego Miralles Buil (doctorant en géographie à l’Université Lyon 2) sur le thème du logement et du « nouveau municipalisme » développé par les actuelles mairies de Barcelone et Madrid.

La présentation sera suivie d’un débat avec les personnes présentes sur le thème du municipalisme et des luttes pour le droit au logement.

Entrée libre.

Présentation de la séance :

En 2015, des candidatures citoyennes issues des mouvements sociaux ont remporté les élections municipales à Barcelone et Madrid. À travers le prisme des luttes pour le droit au logement, nous questionnerons la notion de « nouveau municipalisme » qu’elles tentent d’appliquer. Quels sont les atouts et les limites de ces « municipalités du changement » ? Comment comptent-elles améliorer l’accès au logement des habitant.e.s ? Comment les mouvements sociaux se positionnent-ils face à ces nouvelles municipalités ?

Mots clés : municipalisme, mouvements sociaux, communalisme libertaire, communs, logement social, coopératives d’habitant.e.s

 

Séance 1
« Une place, une forme pour des imaginaires post-étatiques et post-nationaux de l’espace ? »
avec B. Debarbieux

Le RGL (Réseau des Géographes Libertaires) organise de nouveau cette année un séminaire dans le cadre de l’Atelier 7 (Épistémologie & heuristique : temporalité, spatialité,  pluralité, crise, histoire, géographie) de l’UMR 5600 Environnement Ville Société, intitulé « Espaces critiques ». 

La première séance aura lieu ce vendredi 10 novembre de 10h à 12h dans les locaux au 18 rue Chevreul à Lyon, en salle 604.

Elle se tiendra autour de l’intervention de Bernard Debarbieux, sur le thème suivant : « Une place, une forme pour des imaginaires post-étatiques et post-nationaux de l’espace ? ».