[Ouvrage] Effondrement et capitalisme vert

Philippe Pelletier 2020, Effondrement et capitalisme vert. La collapsologie en question, Nada, Paris, octobre 2020, 352 pages.

Philippe Pelletier nous invite à nous interroger sur le caractère urgent, irréversible et planétaire de la crise écologique et environnementale tel qu’il est mis en avant par les médias et dans les débats publics. Pour montrer la faiblesse du fondement scientifique de ce discours dominant, l’auteur, en tant que géographe, attire notre attention sur la particularité de chaque territoire où les facteurs écologique, culturel, politique et économique se mêlent, ainsi que sur les rapports de forces qui se jouent derrière la scène médiatique.

L’analyse du lien entre la lutte contre le réchauffement climatique et le vaste réseau du lobbying nucléaire est particulièrement éclairante. On pourrait se demander pourquoi « les médias parlent davantage des ours polaires errant sur la banquise que des déchets nucléaires » (p. 273).

L’auteur s’intéresse également à l’aspect socioéconomique de la mobilisation pour la cause environnementale : des origines à nos jours, la protection de la nature et de l’environnement est chérie par l’aristocratie soutenue par la bourgeoisie, tandis que les prophètes et les adhérents de la collapsologie et de la décroissance font largement partie de la classe aisée et diplômée du Nord. Leur discours qui responsabilise et culpabilise toute l’humanité et qui nous enjoint de changer nos habitudes sert à déresponsabiliser les capitalistes et les politiques et nous empêche de nous interroger sur la propriété et le « qui décide, et où » (p. 302).

La vraie menace, selon Pelletier, est l’emprise de la gouvernance par la peur dont le discours sur la crise urgente et irréversible nous inculque.

Miho MATSUNUMA, historienne et sociologue, en provenance du site
« Plateforme altermondialiste », billet du 5 mars 2021.

[Compte rendu] Conflictualité et ressource en Etats centrasiatiques

Compte-rendu par Thibault MICHEL du livre
Les débordements de la mer d’Aral
Une sociologie de la guerre de l’eau
de Raphaël JOZAN (2012, Paris, PUF, 220 p.)

Cet ouvrage est le fruit d’un travail de terrain réalisé dans le cadre d’une thèse soutenue en sociologie par un ingénieur des ponts des eaux et des forêts. Sa réflexion transdisciplinaire qui croise des éléments économiques, sociologiques et géographiques analyse ce qu’est la guerre de l’eau en Asie centrale et aboutit à une critique du discours international dominant sur la question.
Cadre d’étude, la vallée de la Ferghana est traversée par la rivière Naryn issue des grands massifs montagneux alentour et forme une terre ou l’agriculture est possible. Elle est partagée par les frontières de trois anciennes républiques soviétiques, l’Ouzbékistan (UZB), le Kirghizstan (KGZ) et le Tadjikistan (TJK). L’analyse de Jozan exclut le TJK pour se concentrer sur la relation entre le KGZ et l’UZB, le premier disposant du barrage de Toktogul situé sur la rivière en amont, le second utilisant l’eau en aval pour irriguer sa production de coton. Ce choix reflète aussi l’expertise internationale qui a besoin d’identifier un jeu à deux joueurs afin de pouvoir modéliser un équilibre coopératif entre les États dans le but de prévenir les tensions.

Continuer la lecture de [Compte rendu] Conflictualité et ressource en Etats centrasiatiques

[Compte rendu] Colonisation et capitalisme vert, de l’histoire au mythe

Compte-rendu par Thibault MICHEL du livre
 L’invention du colonialisme vert
Pour en finir avec le mythe de l’Eden africain
de Guillaume Blanc (2020, Paris, Flammarion, 352 p.)

Historien de l’environnement et maître de conférences près l’université Rennes 2, Guillaume Blanc présente une histoire critique des politiques de conservation mises en place en Afrique à partir  du cas des parcs du Simien, du Wabash et de l’Omo en Éthiopie, pays dans lequel il s’est rendu à plusieurs reprises au cours de ses recherches.
L’auteur prend le parti de se focaliser sur cet exemple afin de pouvoir rentrer dans le détail des mécanismes étudiés à travers le temps et ne pas réaliser un simple tour d’Afrique des espaces protégés qui risquerait de se transformer en accumulation d’anecdotes superficielles.
Il assure néanmoins que l’Éthiopie constitue un choix pertinent dans la mesure où c’est le seul pays d’Afrique à ne pas avoir été colonisé à proprement parler et qu’il subit pourtant les méfaits des politiques qu’il décrit. Dès lors, il affirme que le modèle à l’œuvre peut se retrouver dans de nombreux autres pays africains a fortiori quand ceux-ci ont été victime de la colonisation.

Continuer la lecture de [Compte rendu] Colonisation et capitalisme vert, de l’histoire au mythe

[Evènement] Fukushima, dix ans après la catastrophe

Ce 11 mars 2021 marque la première décennie écoulée depuis la catastrophe nucléaire de Fukushima Daiichi, conséquence du tsunami ayant touché le Nord-est du Japon. En commémoration, l’association franco-japonaise Asuka propose un évènement en ligne, permettant de recontextualiser les enjeux sociaux, éthiques et environnemntaux du développement de la filière nucléaire, toujours d’actualité sur l’archipel.

Déroulement de l’évènement

Diffusion du film Le géographe et l’île de Christine Bouteiller, en accès libre du 11 mars 2021 à 00h01 au 14 mars 2021 à 23h59, heure française, avec le mot de passe Iowa2021.
Lien du film pour visionnage  : https://vimeo.com/507702860
Conférence de Christine Bouteiller (réalisatrice), Philippe Pelletier (protagoniste) et Etsuko Shoji (traductrice et harpiste), animée par Janick Magne (en français).

Continuer la lecture de [Evènement] Fukushima, dix ans après la catastrophe

[Ouvrage] Compte-rendu : La Collapsologie en question

Compte-rendu par Thibault MICHEL du livre
Effondrement & capitalisme vert,
la Collapsologie en question
de Philippe PELLETIER (2020, Paris, Nada, 350 p.)

Dans cet ouvrage, Philippe Pelletier présente une vision critique du courant écologiste à travers une analyse de sa forme extrême, la collapsologie, qui s’inscrirait dans un processus d’évolution, et non de remise en question, de la forme de domination que constitue le capitalisme.

Pour sa démonstration, il s’appuie largement sur le livre de Pablo Servigne et Raphaël Stevens Comment tout peut s’effondrer : Petit manuel de collapsologie à destination des générations présentes (2015, Seuil) ainsi que sur les références mobilisées par les deux auteurs. La définition retenue de l’effondrement, concept fondamental de la collapsologie, est celle du Dictionnaire Critique de l’Anthropocène (2020, CNRS Éditions) : « […] le scénario d’une disparition de la société industrielle à l’échelle planétaire […]»

Continuer la lecture de [Ouvrage] Compte-rendu : La Collapsologie en question

[Critique] ÉPIPHANIE, MENSONGES ET OMISSIONS

La question climatique est de plus en plus fréquemment abordée et discutée dans la presse généraliste. Le plus souvent, avec approximations, au service d’une couverture idéologique, liée aux enjeux de la production énergétique. Philippe Pelletier propose ici une relecture critique d’un récent article reprenant les écrits du Rapport Meadows.

Le sommaire du numéro 3711 du magazine Télérama daté du 27 février au 5 mars 2021 annonce un article intitulé « Les quatre mousquetaires de la terre : dès 1972 quatre étudiants du MIT annonçaient la catastrophe climatique, et n’ont pas été écoutés » (sommaire p. 8, article p. 16-21). Grâce à un encart, cet article explique dans quel contexte politique il se situe : « Que vont devenir le rapport de la Convention citoyenne pour le climat et ses 149 propositions ? ». La macronie est en effet en train de concocter une « loi climat ». Tout ce qui peut nous aider à comprendre les enjeux sur ces questions malgré tout complexes est le bienvenu. Notons au passage que la seule proposition vraiment intéressante de cette « convention » était la réduction du temps de travail pour qu’on puisse davantage se consacrer à la vie de la cité et qu’elle a été aussitôt écartée.
Continuer la lecture de [Critique] ÉPIPHANIE, MENSONGES ET OMISSIONS

Revue Géocarrefour – Appel à contribution : Actualités de la pensée anarchiste en géographie

Le Réseau des Géographes Libertaires (RGL) coordonne un numéro thématique de la revue Géocarrefour, intitulé « Actualités de la pensée anarchiste en géographie ». Le RGL souhaite que ce numéro soit formé d’articles scientifiques mais également de travaux et réflexions militantes, considérant que les milieux académiques et militants doivent renforcer leurs liens dans la lutte contre les dominations et contre le système capitaliste.

Les articles sont attendus pour le 15 Juin 2021. Les auteur.es peuvent contacter le Réseau des géographes libertaires à l’adresse suivante : numerorgl@riseup.net pour signaler leur intérêt et poser toute question en lien avec le texte de l’appel. La particularité du numéro envisagé est qu’il sera entièrement anonyme.

Appel à articles

Actualités de la pensée anarchiste en géographie

Le Réseau des Géographes Libertaires (RGL) est fondé en 2010 pour faire le lien entre monde académique et mouvement social en privilégiant une entrée analytique spatiale, territoriale et environnementale. Ce réseau entend relier la science géographique et les approches anarchiste et libertaire, ces dernières n’étant pas vues de façon dogmatique mais considérées comme des postures critiques et des pensées libres. 

Le RGL s’attache ainsi à prolonger les liens historiques entre anarchie et géographie, qui remonte aux origines de la discipline, dans la lignée des écrits de Reclus, Kropotkine ou Metchnikoff ; et à promouvoir une géographie qui s’affranchit des frontières disciplinaires (entre sciences sociales, et au-delà) et qui ne se réduit pas à un courant désigné et délimité par un épithète, qu’il soit celui de « sociale », « physique », « culturelle », « radicale » ou « politique ».

En 2014, le RGL proposait une définition, non arrêtée, d’une perspective anarchiste en géographie : « Une perspective anarchiste en géographie analyse, et dénonce, les formes spatiales du pouvoir, que celles-ci soient particulièrement coercitives et visibles, ou faiblement. Elle interroge les espaces où se déroulent actuellement les résistances à ce pouvoir. Elle réfléchit sur les modes géographiques d’organisation qui permettent de substituer au pouvoir (autoritaire) une puissance — ou une capacité — libertaire.

Une perspective anarchiste de la géographie peut libérer celle-ci d’un carcan verticaliste et lui substituer une lecture horizontale du monde, démontant les systèmes hiérarchiques et valorisant les tentatives horizontales d’émancipation humaine dans l’espace.

Elle n’a pas une vision statique et fétichiste de la nature. Elle s’interroge sur les limites supposées de la biosphère et de la terre, elle questionne le retour du malthusianisme en science comme en politique. Elle réfléchit sur une mésologie qui soit sociale.

Elle n’est pas l’esclave de la technique, mais elle ne tombe pas non plus dans une critique aveugle ou tronquée de la technologie. Elle se met au service non des dominants, en leur fournissant des outils d’analyse et de contrôle, des discours et des lectures du monde, mais au service de la société, du peuple. Elle le fait non pas de l’extérieur ou d’en haut, mais en son sein, en franchissant et en dépassant la barrière académique ».

Dans le prolongement des réflexions menées par le RGL, l’objectif de ce numéro est de tendre collectivement à la définition et au recensement des pratiques, toujours en construction, d’une géographie libertaire ou anarchiste, qui rende compte de sa richesse et de sa diversité comme garantie d’évitement du dogmatisme théorique. Par ailleurs, si ce numéro est proposé et coordonné par le RGL, il n’est en aucun cas envisagé d’en faire un numéro rassemblant uniquement des textes de membres du RGL. Ainsi, toute personne se reconnaissant dans l’appel qui suit est invitée à proposer sa contribution. Continuer la lecture de Revue Géocarrefour – Appel à contribution : Actualités de la pensée anarchiste en géographie

Séminaires Espaces Critiques 2020-2021

Deux séminaires Espaces Critiques sont programmés pour les 9 et 10 octobre prochain : « Imaginaires coloniaux de l’espace et réseaux de pouvoirs chez l’élite minière » avec Pauline Massé (intervenante) et Frédéric Ogé (discutant) ; suivi d’une journée de réflexion « Les trottinettes électriques, symboles des dérives néolibérales » avec l’intervention de Marion Nativel, des ateliers ainsi qu’un déjeuner partagé.

Continuer la lecture de Séminaires Espaces Critiques 2020-2021

Reclusiennes 8e édition : « Bas les masques »

La 8ème édition du Festival des Reclusiennes aura lieu du 10 au 12 juillet 2020
à
Sainte-Foy-la-Grande (Gironde).

Suite à la période très particulière vécue par toutes et tous au cours de ces derniers mois, les Reclusiennes ont bouleversé leur programme initialement prévu et leur manière de « faire des sciences sociales ». Citoyens, habitants, chercheurs, universitaires, militants, artistes, etc., se retrouvent pour travailler ensemble sur ce qu’ils ont vécu, contourné, transgressé ou négocié, pour réfléchir aux modifications qui ont été apportées au cadre socio-politique classique ou à l’émergence de nouvelles formes de résistance qu’il faudra suivre au cours des prochaines années. Cette analyse collective sera déclinée sur quatre axes, la vie du confinement, le virus révélateur, la question du contrôle et du biopouvoir, et les résistances à suivre.

Pré-programme ci-dessous, et plus d’informations en ligne : https://www.reclusiennes.com/

Continuer la lecture de Reclusiennes 8e édition : « Bas les masques »

La crise du Covid-19 : Regard(s) critique(s)

Le contexte actuel d’état d’urgence sanitaire et l’instauration d’un confinement généralisé donne une occasion de choix en ce qui concerne la remise en question des politiques de gestion de crise des gouvernements. Il apparaît que principalement, dans un climat d’urgence, il soit primordial d’engager une réflexion globale, alliée à une prise de recul sur les événements, leurs origines historiques ainsi que sur leur traitement médiatique. L’analyse critique des mesures appliquées par les gouvernements, en France et ailleurs, devient alors un réel enjeu au regard de la sauvegarde des libertés individuelles.

Dans cette dynamique, Philippe Pelletier nous livre son analyse dans un article intitulé « Etat régalien, Etat médecin et Biopouvoirs », dont la version initiale du 5 avril dernier s’est vue augmentée suite aux derniers événements.

ÉTAT RÉGALIEN, ÉTAT MÉDECIN et BIOPOUVOIRS

L’origine de la « crise sanitaire » actuelle du Covid-19 — qui est en réalité une « crise » bien plus globale — et son extension donnent lieu à de nombreuses analyses. Il est évidemment tentant d’y rechercher une confirmation de ses petites théories. Mais les phénomènes étant par définition inédits et possiblement imprévus tels quels — contrairement aux philosophies de l’histoire — il faut s’attacher à ce qui se passe réellement, tout en étant conscient du tourbillon entre le trop et le pas assez d’informations.
Parmi tous les phénomènes qui caractérisent l’actuelle pandémie, deux doivent plus particulièrement attirer notre attention : l’État (sa nature, son rôle) et les médecins (leur rapport au politique et à la science, notamment). Ces deux questions paraissent essentielles pour comprendre ce qu’il se passe et ce qu’il risque d’arriver à l’issue de la crise. L’aphorisme de « gouverner, c’est prévoir » ayant fait preuve de son impertinence dans bien des cas, il n’implique pas que nous, individuellement ou collectivement, restions sans réfléchir au présent ou à la suite.
Continuer la lecture de La crise du Covid-19 : Regard(s) critique(s)

[Publication] Le Japon, vu par Élisée Reclus et Léon Metchnikoff

Voici une récente publication de P. Pelletier proposant une lecture du Japon selon les géographes anarchistes Elisée Reclus (1830-1905) et Léon Metchnikoff (1838-1888). Un texte publié par la revue Ebisu, études japonaises.

Le Japon, « la plus grande merveille de l’histoire », vu par Élisée Reclus et Léon Metchnikoff

「歴史の驚異」としての日本―エリゼ・ルクリュとレオン・メーチニコフの視点から―
Japan, “the Greatest Wonder in History”, as Seen by Élisée Reclus and Léon Metchnikoff
 
Philippe Pelletier
 
Résumé : Élisée Reclus (1830-1905) et Léon Metchnikoff (1838-1888), deux géographes anarchistes, proposent sur le Japon de Meiji une lecture qui est originale pour leur temps, et qui le reste encore vu son caractère innovant. Appelé par des dirigeants de Satsuma et ayant séjourné plus de deux ans à Tokyo (1874-1876) au début du nouveau régime, le second apporte au premier des éléments cruciaux qui lui permettent de considérer l’évolution du Japon comme étant autre chose qu’un simple processus d’occidentalisation ou d’imitation servile. Il s’agit d’un processus endogène qui puise dans la prise de conscience et la mémoire japonaises du danger impérialiste, ainsi que dans la profusion biogéographique de l’archipel. Reclus alerte également sur la montée en puissance belliciste et impérialiste du Japon, alors sous-estimée par la plupart de ses contemporains.
 

Lire l’article ici : https://journals.openedition.org/ebisu/4280

[Parution] Make Rojava Green Again

Soutien à la Commune internationaliste du Rojava

Version française par les éditions Atelier de création libertaire : http://www.atelierdecreationlibertaire.com/Make-Rojava-Green-Again.html


La totalité des fonds récoltés ira aux projets menés par la Commune internationaliste du Rojava. C’est pour cela que, exceptionnellement, les frais de port seront facturés pour cet achat (3,50 euros pour 1 exemplaire). Si vous souhaitez commander un exemplaire voir les éditions Atelier de création libertaire.


Depuis 2011, la région du Rojava est devenue à la fois le symbole de la résistance contre Daech, mais aussi un territoire qui se construit autour d’un projet révolutionnaire d’autogestion démocratique.

Cette nouvelle expérience politique – inspirée en partie par l’américain Murray Bookchin et ses propositions d’écologie sociale et de municipalisme libertaire – bien que se trouvant dans une zone de crise géopolitique difficile à cerner, continue à rechercher des alternatives pratiques à mettre en place, dès à présent, pour « reverdir » la région. C’est ainsi que, début 2018, le Comité pour l’écologie du canton Cizirê, en collaboration avec la Commune internationaliste du Rojava, a lancé une campagne internationale afin de soutenir les travaux écologiques dans le Nord de la Syrie et, en même temps, a créé un réseau d’échanges et de débats entre toutes les personnes, collectifs et mouvements investis dans des luttes similaires un peu partout dans le monde.

L’Atelier de création libertaire – qui depuis maintenant 40 ans cherche à créer des ponts entre la pensée et l’action d’une culture libertaire sensible à l’écologie – s’associe à cette démarche en assurant la diffusion du livre Make Rojava Green Again. Nous pensons que nous avons besoin tous les jours d’un élan pragmatique dans les différentes initiatives que nous menons là où nous vivons, mais sans oublier la part d’utopie vers laquelle nous espérons continuer de nous rapprocher.

Avant-propos Debbie Bookchin

En savoir plus sur le projet Make Rojava Green Again.

Suite de l’atelier du RGL du 11 mai 2019

L’île de la Table ronde, un espace non pas « sauvage » mais « féralisé »

À la suite de l’atelier animé par un groupe du RGL lors du rassemblement Sauvons l’île de la Table ronde (samedi 11 mai 2019, à Solaize-Vernaison, parking de La Traille), voici quelques données géographiques de base.

L’île de la Table ronde, situé au sud de Lyon, fait en effet l’objet d’un projet de réaménagement qui suscite des oppositions. Un bref exposé de géographie peut permettre d’alimenter la pensée, le débat et l’action, en particulier pour réfléchir sur ce qu’on entend précisément par « nature », « naturel », « espace sauvage ». Autrement dit : « sauver » « quoi » pour « quoi faire ou être » ?

Continuer la lecture de Suite de l’atelier du RGL du 11 mai 2019

CIGAL#2/2019 – RABASTENS

La seconde Conférence Internationale des Géographes et Géographies Anarchistes aura lieu à Rabastens ( village tarnais du sud-ouest de la France) du 12 au 16 juin 2019. Cette nouvelle édition aura pour thématique :

« Se réapproprier le territoire. Lutter contre les dominations »

Ci-dessous un extrait de l’annonce de la conférence. Le programme complet et toutes les informations pratiques sont accessible en cliquant : ici

Contexte politique et scientifique

La première Conférence Internationale des Géographes et Géographies Anarchistes[1] organisée en 2017 à Reggio Emilia en Italie s’inscrivait dans le contexte d’un regain d’intérêt pour des personnalités historiques comme Emma Goldman (1869-1940), Pyotr Kropotkin (1842-1921), Louise Michel (1830-1905) et Elisée Reclus (1830-1905). Les idées et pratiques anarchistes influencent en effet les luttes actuelles pour la libération sociale dans le monde. Après les numéros spéciaux sur l’anarchisme et la géographie qui ont été publiés par des revues internationales, telles qu’Antipode et ACME, des ouvrages fondamentaux ont été publiés sur le sujet au niveau international. On pense par exemple aux ouvrages de Catherine Eschle, James Scott, David Graeber ou Simon Springer[2]. Dans le monde académique les Réseaux d’études anarchistes se multiplient – ASN, NAASN, RGL[3] – et les appels à contribution ou colloques récents en témoignent :

Ce mouvement est en relation avec la recrudescence des expériences s’appuyant sur des pratiques autogestionnaires localisées (AMAP, SEL[4], etc…), et la multiplication des luttes qui reposent sur l’occupation et l’appropriation de l’espace (mouvement des places, Squat, ZAD …).

Contexte territorial

Lors de l’ICAGG 2017 l’objectif était de créer un lieu où les chercheur.e.s et les militant.e.s intéressé.e.s par les points de vue et les pratiques anarchistes, puissent, dans un contexte international, échanger et créer des connexions significatives. L’édition de 2019 constitue la 2ème CIGAL (Conférence Internationale de Géographes Anarchistes et Libertaires). Elle est organisée à Rabastens, village tarnais du sud-ouest de la France. Ce village est implanté dans une région marquée par ses luttes ouvrières et plus récemment par la ZAD de Sivens. Il abrite un tissu associatif dense sensible aux philosophies et aux pratiques émancipatrices et libertaires qui permettent d’interroger et de nourrir les réflexions et les actions locales. C’est pourquoi ce lieu est propice aux discussions entre chercheur.e.s et militant.e.s de tous horizons. Ce colloque propose, à partir  d’expériences et de recherches du monde entier, de questionner les dynamiques de luttes et de réappropriation de l’espace.

Problématiques/thématiques

Dans le cadre de la préparation de cette deuxième édition, une thématique générale a émergé à l’interface des discussions entre universitaires et habitant.e.s de la région :

Se réapproprier les territoires, lutter contre les dominations.

On s’interrogera sur la manière dont les act.eur.trices, les moyens, les objets et enjeux, les contextes, mais aussi les apports théoriques jouent sur les dynamiques de réappropriation des territoires.