Archives de catégorie : Séminaires/colloques

Suite de l’atelier du RGL du 11 mai 2019

L’île de la Table ronde, un espace non pas « sauvage » mais « féralisé »

À la suite de l’atelier animé par un groupe du RGL lors du rassemblement Sauvons l’île de la Table ronde (samedi 11 mai 2019, à Solaize-Vernaison, parking de La Traille), voici quelques données géographiques de base.

L’île de la Table ronde, situé au sud de Lyon, fait en effet l’objet d’un projet de réaménagement qui suscite des oppositions. Un bref exposé de géographie peut permettre d’alimenter la pensée, le débat et l’action, en particulier pour réfléchir sur ce qu’on entend précisément par « nature », « naturel », « espace sauvage ». Autrement dit : « sauver » « quoi » pour « quoi faire ou être » ?

Continuer la lecture de Suite de l’atelier du RGL du 11 mai 2019

CIGAL#2/2019 – RABASTENS

La seconde Conférence Internationale des Géographes et Géographies Anarchistes aura lieu à Rabastens ( village tarnais du sud-ouest de la France) du 12 au 16 juin 2019. Cette nouvelle édition aura pour thématique :

« Se réapproprier le territoire. Lutter contre les dominations »

Ci-dessous un extrait de l’annonce de la conférence. Le programme complet et toutes les informations pratiques sont accessible en cliquant : ici

Contexte politique et scientifique

La première Conférence Internationale des Géographes et Géographies Anarchistes[1] organisée en 2017 à Reggio Emilia en Italie s’inscrivait dans le contexte d’un regain d’intérêt pour des personnalités historiques comme Emma Goldman (1869-1940), Pyotr Kropotkin (1842-1921), Louise Michel (1830-1905) et Elisée Reclus (1830-1905). Les idées et pratiques anarchistes influencent en effet les luttes actuelles pour la libération sociale dans le monde. Après les numéros spéciaux sur l’anarchisme et la géographie qui ont été publiés par des revues internationales, telles qu’Antipode et ACME, des ouvrages fondamentaux ont été publiés sur le sujet au niveau international. On pense par exemple aux ouvrages de Catherine Eschle, James Scott, David Graeber ou Simon Springer[2]. Dans le monde académique les Réseaux d’études anarchistes se multiplient – ASN, NAASN, RGL[3] – et les appels à contribution ou colloques récents en témoignent :

Ce mouvement est en relation avec la recrudescence des expériences s’appuyant sur des pratiques autogestionnaires localisées (AMAP, SEL[4], etc…), et la multiplication des luttes qui reposent sur l’occupation et l’appropriation de l’espace (mouvement des places, Squat, ZAD …).

Contexte territorial

Lors de l’ICAGG 2017 l’objectif était de créer un lieu où les chercheur.e.s et les militant.e.s intéressé.e.s par les points de vue et les pratiques anarchistes, puissent, dans un contexte international, échanger et créer des connexions significatives. L’édition de 2019 constitue la 2ème CIGAL (Conférence Internationale de Géographes Anarchistes et Libertaires). Elle est organisée à Rabastens, village tarnais du sud-ouest de la France. Ce village est implanté dans une région marquée par ses luttes ouvrières et plus récemment par la ZAD de Sivens. Il abrite un tissu associatif dense sensible aux philosophies et aux pratiques émancipatrices et libertaires qui permettent d’interroger et de nourrir les réflexions et les actions locales. C’est pourquoi ce lieu est propice aux discussions entre chercheur.e.s et militant.e.s de tous horizons. Ce colloque propose, à partir  d’expériences et de recherches du monde entier, de questionner les dynamiques de luttes et de réappropriation de l’espace.

Problématiques/thématiques

Dans le cadre de la préparation de cette deuxième édition, une thématique générale a émergé à l’interface des discussions entre universitaires et habitant.e.s de la région :

Se réapproprier les territoires, lutter contre les dominations.

On s’interrogera sur la manière dont les act.eur.trices, les moyens, les objets et enjeux, les contextes, mais aussi les apports théoriques jouent sur les dynamiques de réappropriation des territoires.

Séminaire RGL Hors les Murs – 6 avril 2019

Nous avons le plaisir de vous convier à un atelier urbain citoyen sur le quartier de la Guillotière dans le cadre du Festival Printemps Libertairesamedi 6 Avril de 15h à 20h à l’Atelier du Chat Perché (29 rue Salomon Reinach 69007 Lyon).

Présentation

Depuis quelques mois, plusieurs collectifs se sont créés pour dénoncer et lutter contre les transformations urbaines et les évolutions sociales du quartier de la Guillotière. Face aux limites de la concertation officielle, nous invitons les habitant.e.s, les commerçant.e.s et les usager.e.s du quartier à réfléchir ensemble à l’avenir de la Guillotière. Plusieurs activités seront proposées pour nourrir cette réflexion collective : balades urbaines, atelier d’architecture participative, conférence gesticulée.

Programme

15 h : Accueil et café

15h30 : Programme des activités / Information sur les collectifs et la
lutte dans le quartier de la Guillotière

16 h : Départ pour les balades urbaines (plusieurs thèmes)

16 h – 18 h : Atelier d’architecture participative « Le Crayon Public »

17 h : Retour des balades et restitutions

18 h : Présentation d’une enquête dans le quartier

18h30 : Conférence gesticulée « Sans toit ni loi … ou le capitalisme
contre le droit à la ville »

Séance « hors les murs » du séminaire Espaces critiques – MJC Jean Macé

A la limites des frontière
Stratégies d’outrepassement par la langue, la photographie, la musique

Le dimanche 27 janvier à partir de 14h30 à l’MJC de Jean Macé (38 Rue Camille Roy, 69007 Lyon) se tiendra une nouvelle séance du séminaire « Espaces Critiques » organisée par le Réseau de Géographes Libertaires.

Il s’agira d’une séance “hors les murs” sur le thème des frontières.

Séminaire Espaces Critiques 2018-2019 – Séance 2

La dimension spatiale des mobilisations sociales

Le vendredi 25 janvier 2019 de 9h30 à 12h30 se tiendra une nouvelle séance du séminaire « Espaces Critiques » organisé par le RGL, dans le cadre de l’atelier 7 de l’UMR EVS (Environnement Ville Société). Elle aura pour thème “La dimension spatiale des mobilisations sociales” avec Lilian Mathieu et Fabrice Ripoll et aura lieu dans la salle 604 du 18 rue Chevreul (Lyon 7ème).

Journée de réflexion collective sur le néolibéralisme – Samedi 30 juin (Lyon)

Le samedi 30 juin à partir de 10h se tiendra une nouvelle séance “Hors les murs” du séminaire « Espaces Critiques » organisée par le Réseau de Géographes Libertaires, dans le cadre de l’atelier 7 de l’UMR EVS (Environnement Ville Société).

Au programme de cette journée : conférence, atelier et balade urbaine !

10h-12h : à la Médiathèque du Bachut (8e) : “Le néolibéralisme, qu’est-ce que c’est ?” (Odile Tourneux) : Conférence et atelier.

Bon nombre de discours critiques, qu’ils s’expriment dans la rue, dans les médias généralistes ou dans les écrits universitaires dénoncent le “néolibéralisme”. Le terme est partout, mais qu’entendons-nous exactement par là ? Doctrine économique, idéologie, technique de management, théorie politique, le néolibéralisme semble être un mot fourre-tout, un terme aux contours vagues dont nous ne cessons pourtant de faire usage. Le RGL propose, dans le cadre de cette conférence, de présenter une cartographie des différents sens que prend le terme aujourd’hui.

13h-14h : pique-nique tiré du sac à la pointe de la Confluence.

14h-16h : départ à la pointe de la Confluence : “La ville néolibérale. Balade urbaine dans le quartier de Confluence” (Thomas Zanetti)

Attractives, durables, intelligentes, sûres, vertes, connectées …, les mots ne manquent pas, dans les discours des concepteurs, des promoteurs et des gouvernants, pour vanter les qualités des villes contemporaines. Mais à quel prix ces supposées qualités des espaces urbains sont-elles accessibles ? Car nos villes ont également une face plus sombre et inégalitaire : mainmise des acteurs privés, gentrification et exclusion des indésirables, uniformisation, mise en scène … forment le revers de la médaille de la ville néolibérale.

 

Séance “hors les murs” du séminaire Espaces critiques

Le jeudi 31 mai de 19h à 21h se tiendra une nouvelle séance du séminaire « Espaces Critiques » organisée par le Réseau de Géographes Libertaires, dans le cadre de l’atelier 7 de l’UMR EVS (Environnement Ville Société).

Cette séance sera l’occasion d’un séminaire “hors les murs” de l’université. Elle se tiendra à l’ALPES 13 rue Dalandine 69002 Lyon. Il s’agira d’une projection du film “LES DEPOSSEDES” d’Antoine Costa suivie d’un débat avec le réalisateur. A l’issue de la soirée vous êtes invités à un apéro convivial !

Présentation du film les dépossédés (issue du site http://www.film-documentaire.fr) :

“Le capitalisme a véritablement crée des richesses. Il a su en trouver là où l’on n’en voyait pas. Ou plutôt, il a crée de la valeur là ou l’on ne voyait que des richesses. En monétarisant la nature, en donnant une valeur à chaque chose, un prix à la biodiversité il achève dans un même mouvement de la saccager en la protégeant. À l’heure où une nouvelle loi sur la biodiversité, dix mois après son passage devant l’Assemblée, est présentée au Sénat, ce documentaire revient sur un amendement faisant débat : celui de la compensation. Inscrit dans la législation dès 1976, mais jamais appliqué, le principe de compensation oblige un aménageur à compenser les dégâts qu’il cause sur la nature, en protégeant un territoire équivalent à celui qu’il vient de détruire. Mais cette nouvelle loi qui autorise la création de “réserves d’actifs naturels” ouvre aussi la voie à une monétarisation de l’environnement qui attise les craintes de certains écologistes. S’il suffit maintenant de compenser, c’est à dire d’acheter la nature, qu’est-ce qui arrêtera celui qui a les moyens de payer ? Quelques mois après la COP21 et alors que l’État s’apprête à reprendre l’offensive contre Notre Dame des Landes, la monétarisation de l’environnement semble être ici l’ultime fuite en avant du nihilisme marchand : protéger la nature en continuant de la saccager. L’économie arrivera-t-elle à sauver la biodiversité ? En revenant sur l’exemple du marché carbone et l’histoire des régulations environnementales du début du 19 ème siècle, Les Dépossédés tente de répondre à la question.”

Séminaire Espaces Critiques 2017-2018 – Séance 6

Séminaire Espaces Critiques 2017-2018 Séance 6

Écrire la ville

Le mercredi 16 mai de 14h à 17h se tiendra une nouvelle séance du séminaire « Espaces Critiques » organisé par le Réseau de Géographes Libertaires, dans le cadre de l’atelier 7 de l’UMR EVS (Environnement Ville Société).

Cette séance a pour thème “Écrire la ville”.  L’idée est aussi bien de revenir sur des expériences et des pratiques pédagogiques que d’interroger les liens entre géographie et littérature à propos de la ville.

Plusieurs intervenant.e.s viendront nous en présenter des exemples :

  • Dominique Chevalier, Maîtresse de Conférences-HDR, Université Lyon-ESPÉ, Environnement Ville Société (UMR 5600) reviendra sur des regards croisés autour de flâneries entre Pente et Plateau : une expérience urbaine et pédagogique. Cette expérience fait suite àun mail informant que des commémorations auraient lieu en mars 2018 pour célébrer le 50ème anniversaire de la parution du Droit à la Ville, œuvre majeure d’Henri Lefebvre. Cette thématique du « Droit à la ville » a été travaillée avec les étudiants et les étudiantes du Master MEEF de l’ESPÉ, dans le cadre des ateliers « Enseigner la géographie autrement » de l’UE5. Puis au fil de l’avancement du projet deux enseignantes de l’École Aveyron se sont jointes à cette aventure, Virginie Fourtoy, PEMF, et Clémentine Bertrand, PES. Toutes deux ont fait travailler leurs élèves de CE1 et CM1 à partir d’une balade urbaine sur les pentes et le plateau de la Croix Rousse. Les carnets qui seront présentés dans le cadre du séminaire matérialisent un travail tout à fait singulier, où différents niveaux de constructions des savoirs élaborés, du CE1 au Master1 MEEF, se conjuguent et montrent les résultats d’investigations autour d’un objet commun : les expériences urbaines.
  • Pascal Clerc, professeur des Universités en géographie à l’université de Cergy-Pontoise et l’ESPÉ de l’Académie de Versailles (voir aussi le blog Géographies buissonnières http://geobuis.horg/)s’est intéressé à l’écriture de Haïkus au sujet de la ville.
  • Les élèves du lycée Ella Fitzgerald ainsi que les animateurs Justin Follenfant et Martin Fuster, animateurs d’atelier d’écriture présenteront le travail réalisé avec la classe de première littéraire autour du chapitre de géographie : la France en villes. Il s’agissait de lier journalisme, écriture, terrain et géographie, notamment avec l’aide d’une journaliste Martha Gilson de la revue S!lence.
  • Guillaume Grondin, enseignant au collège, présentera le travail réalisé en cours de français autour de la notion d’espace proche.

Un temps sera réservé aux discussions après les interventions.

 

JE #5 du RGL – Commun·e·s – Actualité du Municipalisme Libertaire – 24-26 mai (Saint-Denis)

Le Réseau des Géographes Libertaires (RGL) organise ses Journées d’Études à Saint-Denis du 24 au 26 mai. Les deux premières journées seront consacrées à une série de conférences sur le thème “Commun·e·s – Actualité du Municipalisme Libertaire”, et se tiendront à l’Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis. Le vendredi soir et le samedi auront lieu différents événements de géographie “débridée” tant sur la forme que sur le fond ; ils auront lieu à la Dionyversité – l’Université populaire de Saint-Denis.

Présentation des journées :

Commun·e·s

Actualité du municipalisme libertaire

A l’heure de la métropolisation et de la fusion-agrandissement des collectivités territoriales en France, le thème choisi par le Réseau des Géographes Libertaires pour ses 5e journées d’études peut paraître incongru. L’observation de terrain, l’analyse théorique et l’implication militante, triple pilier de l’action de ses membres, justifient pourtant ce choix.

Les sciences sociales accumulent depuis plus de deux décennies les recherches portant sur les reconfigurations du « local » et de la « proximité » dans une dynamique contraire mais néanmoins intrinsèquement liée à celle de la mondialisation. Leurs analyses détaillent la façon dont des projets « à échelle humaine », sans intermédiaires, sont conçus et mis en œuvre par des personnes regroupées sur une base affinitaire ou un engagement personnel. La remise en cause de l’État comme unique échelle de légitimité et de solidarité s’accompagne d’une effervescence d’expérimentations, plus ou moins nouvelles, s’affichant plus ou moins politisées, et se positionnant de diverses manières à l’égard de l’Etat (dans mais sans / hors / contre / avec). Ces initiatives, qui s’inscrivent dans des territoires divers, partagent un ensemble de principes d’organisation et d’action mais se distinguent dans leurs contenus et les groupes sociaux qu’elles concernent. La volonté de s’organiser indépendamment de l’Etat et / ou du marché s’est aujourd’hui banalisée. Ce qui est mis aujourd’hui au travail ce sont les modalités de sa mise en œuvre pratique : quel positionnement à l’égard des normes, et quelle marge de manœuvre ? des aides financières et de la protection sociale ? des lois et du système juridique ? de la propriété foncière ? de reconfigurations politiques à l’échelle locale impulsées par l’Etat ? etc. Mais aussi : quelles ressources trouver dans la confrontation de différents appareils d’État ? Comment jouer sur les contradictions de l’Etat sans entrer en contradiction avec ses propres objectifs ?

D’autre part, les modalités classiques de la prise de décision en démocratie représentative sont remises en cause. Les différents scrutins électoraux connaissent désormais une abstention toujours élevée. La signification politique de cette abstention devient évidente. Des listes « citoyennes », revendiquant parfois des formes de « démocratie directe », se multiplient dans de nombreuses communes. Elles s’inscrivent toutes dans une recherche d’horizontalité qui questionne, en miroir, les dispositifs centralisés des pouvoirs en place, et le transfert des compétences territoriales à des communautés de communes ou d’agglomération qui s’étendent toujours plus. Au-delà du jeu électoral, en zone urbaine comme en zone rurale, des collectifs s’organisent localement pour se réapproprier leurs lieux de vie, décider de la façon dont ils souhaitent vivre ensemble leur territoire. Ces initiatives peuvent prendre la forme d’assemblées qui transcendent les périmètres administratifs et correspondent d’abord aux échelles vécues par les habitant·es concerné·es, ou plutôt qui se sentent concerné·es.

Par ailleurs, les mouvements sociaux prennent de plus en plus la forme de mouvements spatiaux. Les ZAD, le mouvement des places, les occupations de lieux sont devenus les formes privilégiées de contestation et d’opposition au système capitaliste et à l’autorité d’État. Ce phénomène interpelle l’ensemble des sciences sociales et tout particulièrement le ou la géographe qui peut y voir comme un point d’orgue du spatial turn évoqué dans les années 1990. La contestation par occupation a des origines anciennes et les initiatives récentes s’inscrivent dans une filiation conséquente. Mais ce qui interpelle aujourd’hui, c’est leur généralisation. L’opposition par l’occupation de l’espace, par l’imposition des corps et la construction ici et maintenant d’une vie alternative, est devenu un moyen d’action fondamental. Même des élu·es de la « République » en appellent parfois à une ZAD pour ne pas se faire imposer tel ou tel projet d’aménagement, alors qu’au sein de ces mouvements, des composantes refusent justement de jouer le jeu du “citoyennisme” et de la représentation électorale.

Ces journées discuteront notamment de la notion de municipalisme libertaire, théorisée par Murray Bookchin, à partir des années 1990. Cette pensée influence parfois, et questionne certainement, les initiatives et mouvements évoqués ci-dessus. Que puise-t-elle dans des expériences passées d’appropriation du pouvoir d’agir et de construction de l’Etat par ascendance, comme la révolution cantonale lors de la première République espagnole ? La pensée du municipalisme libertaire est-elle similaire au communalisme insurrectionnel ? Ce municipalisme libertaire représente-t-il une nouvelle voie stratégique, qui le distinguerait du municipalisme de base refusant l’électoralisme ? Bookchin effectue-t-il le bon diagnostic en affirmant que l’anarchisme dit classique refuserait des “structures” ? Fonde-t-il sa commune, cellule de mobilisation et de projet, sur une base organique ou territoriale ?

Toutes ces expériences nourrissent la pensée libertaire et renouvellent la dimension spatiale du projet anarchiste. Mais l’émancipation individuelle et collective de toutes les formes de domination est-elle nécessairement un objectif de ce qui relève de démocratie directe, de citoyennisme, d’assembléisme, de coopérativisme, d’auto-gouvernement, de localisme, d’économie sociale et solidaire ?  Qu’est-ce qui distingue le commun comme projet politique émancipateur de la simple ressource gérée collectivement ? Historiquement, le mouvement anarchiste fut d’abord collectiviste avant que de se considérer comme communiste libertaire, mais le débat n’a jamais été clos à ce sujet. Il revient à l’ordre du jour suite à la faillite du communisme autoritaire dont on peut se demander s’il ne revient pas subrepticement par le biais des courants marxiens ou religieux qui mettent en avant le “commun” et les “biens communs” (terme forgé par le théologien chrétien Augustin d’Hippone). Mais “commun” et “collectif” désignent-ils la même chose ? Sont-ils porteurs des mêmes enjeux politiques ? Comment penser la propriété dans une perspective émancipatrice ?

Réinvestir la notion de « commune », conçue comme processus d’émancipation et d’organisation en construction permanente, doit permettre de faire dialoguer des pensées du 19e siècle avec celles d’aujourd’hui. Il s’agit de confronter les expériences fondatrices avec les plus récentes en France, en Europe et ailleurs dans le monde. Notion-pivot, la « commune » peut constituer l’outil privilégié d’une géographie critique de l’action publique, de l’organisation du territoire et des mouvements sociaux.

Programme ci-dessous :

Contact : rgl@riseup.net / site : rgl.hypotheses.org

Séminaire Espaces Critiques 2017-2018 – Séance 5

Séminaire Espaces Critiques 2017-2018 Séance 5

Revendications patrimoniales et conflits mémoriels

Séminaire RGL « Espaces Critiques » / Ateliers 6-7 UMR EVS

Le vendredi 27 avril 2018 de 10h à 12h30 se tiendra une nouvelle séance du séminaire « Espaces Critiques » organisé par le RGL, dans le cadre de l’atelier 7 de l’UMR EVS (Environnement Ville Société). Cette séance sera mutualisée avec l’atelier 6 Faire Territoire, faire société, de l’UMR.

Mots-clés: patrimoine, mémoire, conflits, migrations, lutte sociale.

Continuer la lecture de Séminaire Espaces Critiques 2017-2018 – Séance 5

Séminaire Espaces Critiques 2017-2018 – Séance 4

Séminaire Espaces Critiques 2017-2018 Séance 4

Sápmi (Suède) et Eeeyou Istchee (Canada) : de la résistance vers la décolonisation ?

Les autochtones Samis et Cris face à l’exploitation des ressources naturelles
Simon Maraud (doctorant à l’Université de Limoges)

Le vendredi 6 avril 2018 de 10h à 12h se tiendra une nouvelle séance du séminaire « Espaces Critiques » organisé par le RGL, dans le cadre de l’atelier 7 de l’UMR EVS (Environnement Ville Société).

Cette séance est orientée autour de l’intervention de Simon Maraud (Doctorant à l’Université de Limoges) et s’intitule : « Sápmi (Suède) et Eeeyou Istchee (Canada) : de la résistance vers la décolonisation ? Les autochtones Samis et Cris face à l’exploitation des ressources naturelles »

Résumé : Lors de cette présentation, il sera question d’interroger le concept de « décolonisation ». Le Sápmi – territoire ancestral des Samis – et Eeyou Istchee – territoire ancestral des Cris – ont été et sont encore l’arène de mouvements de résistance autochtone face à l’exploitation des ressources naturelles. Si le colonialisme historique a permis l’ingérence de l’État dans la gestion des terres Samies et Cries, aujourd’hui, cela semble avoir été remplacé par le « développement », dont l’origine et l’ambition sont bien plus floues. Beaucoup de luttes ont permis certaines avancées considérables chez les Cris à partir des années 1970 (avec notamment la Convention de la Baie James et du Nord Québécois), et chez les Samis dans les années 2000 (avec notamment le Laponia process), toujours au nom de la Nature. Pourtant, ces évolutions progressistes en matière d’émancipation autochtone doivent préserver une réflexivité critique quant à leurs trajectoires. Ce travail permettra ici de questionner la dimension décoloniale des structures de gouvernance découlant des résistances autochtones des deux territoires à l’étude. Ainsi, nous pourrons discuter des enjeux de la décolonisation sur des espaces en pleine métamorphose, car sujets du capitalisme, à partir de deux exemples : le projet de parc national du Québec Assinica chez les Cris, et le projet de mine Gállok chez les Samis de Suède.

Séminaire Espaces Critiques 2017-2018 – Séance 3

Séminaire Espaces Critiques 2017-2018 Séance 3

Bien commun et utilité collective : innovation ?
Quand l’intervention de la société civile nourrit les enjeux de gouvernance du foncier agricole, à l’échelle globale et locale
Le cas du mouvement Terre de Lien (TDL)

Pascal Lombard (Doctorant à l’Université de Toulouse)

Ce vendredi 2 mars 2018 de 10h à 12h se tiendra une nouvelle séance du séminaire “Espaces Critiques” organisé par le RGL, dans le cadre de l’atelier 7 de l’UMR EVS (Environnement Ville Société).

Cette séance est orientée autour de l’intervention de Pascal Lombard (Doctorant à l’Université de Toulouse) et s’intitule : “Bien commun et utilité collective : innovation ? Quand l’intervention de la société civile nourrit les enjeux de gouvernance du foncier agricole, à l’échelle globale et locale”

Résumé : S’il nous semble que le concept d’innovation n’est pas adapté pour comprendre TDL, l’action de gestion patrimoniale collective du foncier agricole du réseau apparaît néanmoins spécifique sur six points. Dans le champ institutionnel du droit de propriété i) TDL déconstruit le rapport dualiste propriétaire-fermier.e.s en y intégrant des acteurs tiers (citoyens, bénévoles). ii) TDL recherche à contrôle le foncier agricole pour favoriser l’accès à la terre des paysan.ne.s mais également dans le but de construit ce que nous nommons une territorialité du commun, rompant avec les valeurs paysannes qui affirment que c’est aux usagers de la terre que revient le droit de gestion. iii) Dans le champ du mouvement social international pour les droits des paysan.ne.s, TDL concrétise une rupture du fait de l’absence institutionnelle des fermier.e.s dans la gouvernance du réseau. Enfin dans le champ de l’aménagement du territoire, iv) l’action collective du réseau dédiée à une “gestion patrimoniale éthique” du foncier s’appuie sur la médiation ; v) sur l’apport de connaissances et de formations ; vi)sur l’offre de nouvelles opportunités de financement et d’accompagnement de projets fonciers. Ainsi, en matière de gestion du foncier agricole, la société civile est-elle légitime pour sortir du sillon tracé par des logiques institutionnelles anciennes (corporatives et étatiques) ? Pouvons-nous parler d'”innovation sociale” pour décrire le réseau TDL ?

Mots clefs : légitimité, engagement citoyen, propriété, biens communs.