Archives pour la catégorie Débats

JE #5 du RGL – Commun·e·s – Actualité du Municipalisme Libertaire – 24-26 mai (Saint-Denis)

Le Réseau des Géographes Libertaires (RGL) organise ses Journées d’Études à Saint-Denis du 24 au 26 mai. Les deux premières journées seront consacrées à une série de conférences sur le thème « Commun·e·s – Actualité du Municipalisme Libertaire », et se tiendront à l’Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis. Le vendredi soir et le samedi auront lieu différents événements de géographie « débridée » tant sur la forme que sur le fond ; ils auront lieu à la Dionyversité – l’Université populaire de Saint-Denis.

Présentation des journées :

Commun·e·s

Actualité du municipalisme libertaire

A l’heure de la métropolisation et de la fusion-agrandissement des collectivités territoriales en France, le thème choisi par le Réseau des Géographes Libertaires pour ses 5e journées d’études peut paraître incongru. L’observation de terrain, l’analyse théorique et l’implication militante, triple pilier de l’action de ses membres, justifient pourtant ce choix.

Les sciences sociales accumulent depuis plus de deux décennies les recherches portant sur les reconfigurations du « local » et de la « proximité » dans une dynamique contraire mais néanmoins intrinsèquement liée à celle de la mondialisation. Leurs analyses détaillent la façon dont des projets « à échelle humaine », sans intermédiaires, sont conçus et mis en œuvre par des personnes regroupées sur une base affinitaire ou un engagement personnel. La remise en cause de l’État comme unique échelle de légitimité et de solidarité s’accompagne d’une effervescence d’expérimentations, plus ou moins nouvelles, s’affichant plus ou moins politisées, et se positionnant de diverses manières à l’égard de l’Etat (dans mais sans / hors / contre / avec). Ces initiatives, qui s’inscrivent dans des territoires divers, partagent un ensemble de principes d’organisation et d’action mais se distinguent dans leurs contenus et les groupes sociaux qu’elles concernent. La volonté de s’organiser indépendamment de l’Etat et / ou du marché s’est aujourd’hui banalisée. Ce qui est mis aujourd’hui au travail ce sont les modalités de sa mise en œuvre pratique : quel positionnement à l’égard des normes, et quelle marge de manœuvre ? des aides financières et de la protection sociale ? des lois et du système juridique ? de la propriété foncière ? de reconfigurations politiques à l’échelle locale impulsées par l’Etat ? etc. Mais aussi : quelles ressources trouver dans la confrontation de différents appareils d’État ? Comment jouer sur les contradictions de l’Etat sans entrer en contradiction avec ses propres objectifs ?

D’autre part, les modalités classiques de la prise de décision en démocratie représentative sont remises en cause. Les différents scrutins électoraux connaissent désormais une abstention toujours élevée. La signification politique de cette abstention devient évidente. Des listes « citoyennes », revendiquant parfois des formes de « démocratie directe », se multiplient dans de nombreuses communes. Elles s’inscrivent toutes dans une recherche d’horizontalité qui questionne, en miroir, les dispositifs centralisés des pouvoirs en place, et le transfert des compétences territoriales à des communautés de communes ou d’agglomération qui s’étendent toujours plus. Au-delà du jeu électoral, en zone urbaine comme en zone rurale, des collectifs s’organisent localement pour se réapproprier leurs lieux de vie, décider de la façon dont ils souhaitent vivre ensemble leur territoire. Ces initiatives peuvent prendre la forme d’assemblées qui transcendent les périmètres administratifs et correspondent d’abord aux échelles vécues par les habitant·es concerné·es, ou plutôt qui se sentent concerné·es.

Par ailleurs, les mouvements sociaux prennent de plus en plus la forme de mouvements spatiaux. Les ZAD, le mouvement des places, les occupations de lieux sont devenus les formes privilégiées de contestation et d’opposition au système capitaliste et à l’autorité d’État. Ce phénomène interpelle l’ensemble des sciences sociales et tout particulièrement le ou la géographe qui peut y voir comme un point d’orgue du spatial turn évoqué dans les années 1990. La contestation par occupation a des origines anciennes et les initiatives récentes s’inscrivent dans une filiation conséquente. Mais ce qui interpelle aujourd’hui, c’est leur généralisation. L’opposition par l’occupation de l’espace, par l’imposition des corps et la construction ici et maintenant d’une vie alternative, est devenu un moyen d’action fondamental. Même des élu·es de la « République » en appellent parfois à une ZAD pour ne pas se faire imposer tel ou tel projet d’aménagement, alors qu’au sein de ces mouvements, des composantes refusent justement de jouer le jeu du « citoyennisme » et de la représentation électorale.

Ces journées discuteront notamment de la notion de municipalisme libertaire, théorisée par Murray Bookchin, à partir des années 1990. Cette pensée influence parfois, et questionne certainement, les initiatives et mouvements évoqués ci-dessus. Que puise-t-elle dans des expériences passées d’appropriation du pouvoir d’agir et de construction de l’Etat par ascendance, comme la révolution cantonale lors de la première République espagnole ? La pensée du municipalisme libertaire est-elle similaire au communalisme insurrectionnel ? Ce municipalisme libertaire représente-t-il une nouvelle voie stratégique, qui le distinguerait du municipalisme de base refusant l’électoralisme ? Bookchin effectue-t-il le bon diagnostic en affirmant que l’anarchisme dit classique refuserait des « structures » ? Fonde-t-il sa commune, cellule de mobilisation et de projet, sur une base organique ou territoriale ?

Toutes ces expériences nourrissent la pensée libertaire et renouvellent la dimension spatiale du projet anarchiste. Mais l’émancipation individuelle et collective de toutes les formes de domination est-elle nécessairement un objectif de ce qui relève de démocratie directe, de citoyennisme, d’assembléisme, de coopérativisme, d’auto-gouvernement, de localisme, d’économie sociale et solidaire ?  Qu’est-ce qui distingue le commun comme projet politique émancipateur de la simple ressource gérée collectivement ? Historiquement, le mouvement anarchiste fut d’abord collectiviste avant que de se considérer comme communiste libertaire, mais le débat n’a jamais été clos à ce sujet. Il revient à l’ordre du jour suite à la faillite du communisme autoritaire dont on peut se demander s’il ne revient pas subrepticement par le biais des courants marxiens ou religieux qui mettent en avant le « commun » et les « biens communs » (terme forgé par le théologien chrétien Augustin d’Hippone). Mais « commun » et « collectif » désignent-ils la même chose ? Sont-ils porteurs des mêmes enjeux politiques ? Comment penser la propriété dans une perspective émancipatrice ?

Réinvestir la notion de « commune », conçue comme processus d’émancipation et d’organisation en construction permanente, doit permettre de faire dialoguer des pensées du 19e siècle avec celles d’aujourd’hui. Il s’agit de confronter les expériences fondatrices avec les plus récentes en France, en Europe et ailleurs dans le monde. Notion-pivot, la « commune » peut constituer l’outil privilégié d’une géographie critique de l’action publique, de l’organisation du territoire et des mouvements sociaux.

Programme ci-dessous :

Contact : rgl@riseup.net / site : rgl.hypotheses.org

Week-end festif des opposant.e.s à l’A45

Participation du RGL au week-end festif des opposant.e.s à l’A45

Le groupe Habiter & paysage du RGL participera à la journée du 1er juillet organisée par les opposant.e.s à l’autoroute A45 et tiendra un atelier de 15h à 18h30.

Plus d’informations sur le week-end : http://nona45.fr/la-programmation

Plan d’accès : http://nona45.fr/le-plan-dacces-et-du-week-end

Résultat de recherche d'images pour "non à l'a45"

FAIRE de la géographie à l’école : l’expérience des balades urbaines

Le laboratoire EVS Environnement Ville Société (UMR 5600) & son atelier 7 Épistémologie et heuristique vous convient à la séance du séminaire Espaces Critiques :

FAIRE de la géographie à l’école : l’expérience des balades urbaines.

La séance de séminaire  du mercredi 24 mai que nous proposons est en lien avec l’enseignement de la géographie à l’école. Il s’agit de présenter des projets menés avec les élèves et d’échanger autour de ceux-ci. Le thème de ce séminaire est la balade urbaine appréhendée comme outil pour « faire » de la géographie.

Nous vous proposons donc de commencer la séance avec une balade urbaine autour du Street art à Lyon (rendez-vous Esplanade du gros caillou 69001 Lyon). Elle reprend un projet mené au Lycée Ella Fitzgerald avec les intervenants des « Deux Lyricists » (Justin Follenfant et Martin Fuster). Le but était de faire découvrir aux élèves les multiples dimensions, variations et enjeux que peuvent inclure la pratique graphique dans l’espace public : Tag/Graff/Street Art, centre/périphérie, marketing urbain, ségrégation socio-spatiale…

Le séminaire se poursuivra dans une salle de l’université (salle 604,18 rue Chevreul 69007 Lyon) avec l’intervention de Dominique Chevalier ( Maîtresse de Conférence-HDR, Université-Lyon ESPE) autour des balades urbaines qu’elle réalise à l’ESPE.

Enfin, nous échangerons sur ces pratiques enseignantes avec les personnes présentes.

Séance 5 du séminaire Espaces Critiques

La 5ème séance du séminaire “Espaces critiques” organisé par le RGL dans le cadre de l’Atelier 7 (Épistémologie & heuristique : temporalité, spatialité,  pluralité, crise, histoire, géographie) de l’UMR 5600 Environnement Ville Société se déroulera le vendredi 2 décembre 2016 de 10h à 12h dans les locaux de l’UMR, au 18 rue Chevreul (Lyon 7), salle 604 (6e étage).

Les recompositions de l’agriculture familiale par le capitalisme vert

« L’envers du productivisme « vert » : analyse critique des recommandations de la certification environnementale aux planteurs de cacao ivoiriens (le cas du Colatier) »
Séance proposée par Elsa SANIAL, Doctorante Géographie Université J. Moulin Lyon 3 – CIRAD).

affichenb_rglldecembre2016

Plus d’informations ICI.

Rencontre / débat : Climat et capitalisme vert

Samedi 19 mars, 15 h à la librairie Terre des Livres
Rencontre avec Philippe PELLETIER autour de Climat et capitalisme vert, De l’usage économique et politique du catastrophisme, éd. Nada.

Climat et capitalisme vertDepuis au moins deux décennies, le « réchauffement climatique » nous est présenté comme une question de vie et de mort pour l’humanité. Il figure désormais au cœur des agendas politiques. À chaque sommet international, les dirigeants déplorent la mauvaise volonté des uns ou des autres, tandis que les militants tombent dans la sinistrose.

Mais qu’en est-il réellement ? Quelle est l’évolution effective du climat ? Quels sont les véritables enjeux scientifiques, politiques, géopolitiques et économiques qui sous-tendent la question ?

Refusant de dissocier un savoir supposé neutre d’un monde où dominent la lutte des classes, les rivalités impérialistes et la concurrence entre le capitalisme des hydrocarbures et celui de l’électronucléaire, ce livre démonte la machine idéologique infernale qui nous soumet au catastrophisme ambiant.

Philippe Pelletier est un géographe libertaire, enseignant-chercheur à l’université Lyon 2. Ses travaux portent sur le Japon, l’histoire de la géographie et de l’écologie, les rapports entre anarchisme et géographie.

Librairie TERRE DES LIVRES
86, rue de Marseille
69007 Lyon
Voir le plan

Climat & géographie

[Rubrique Textes en débat]Climat&CapitalismeVert01
Voici un texte écrit par Philippe Pelletier sur le thème du climat et de la géographie. Ce texte a été écrit dans le but d’engendrer un débat parmi les géographes (et au-delà de la discipline). N’hésitez pas à laisser un commentaire pour lancer le débat !

 

CLIMAT : ENTRE IRÉNISME ET CATASTROPHISME, PLACE À LA GÉOGRAPHIE
par Philippe PELLETIER
professeur de géographie, Université Lyon 2

La COP 21 qui se tient à Paris en décembre 2015 (re-)met au devant de la scène politico- médiatique la question climatique. Son site officiel nous annonce que « nous sommes tous menacés » (premier item), que « la planète se réchauffe » et que « les espèces disparaissent ». Le ton est donné par le recours à la voix de plusieurs enfants dont la naïveté contraste avec la gravité du propos — il faut bien évoquer de façon subliminale les « générations futures », même si elles ne savent pas de quoi elles parlent à leur âge — dans un mélange de peur, de futur et de fraîcheur. Les géographes sont pratiquement absents de tous les sommets et conférences prestigieuses annoncés autour de cet événement, et pourtant ils et elles ont de quoi dire. La question du climat mobilise en effet cinq approches fondamentales à leur discipline : l’interface nature-sociétés, l’imaginaire, la mesure, la spatialisation et la géopolitique. […]

La suite en téléchargement ICI.

Document annexe sur la composition du Club de Rome.

Pour aller plus loin, l’auteur a publié récemment un livre sur ce sujet, intitulé Climat et Capitalisme Vert. De l’usage économique et politique du catastrophisme (édition nada).