Archives de catégorie : Compte rendu

[Compte rendu] Conflictualité et ressource en Etats centrasiatiques

Compte-rendu par Thibault MICHEL du livre
Les débordements de la mer d’Aral
Une sociologie de la guerre de l’eau
de Raphaël JOZAN (2012, Paris, PUF, 220 p.)

Cet ouvrage est le fruit d’un travail de terrain réalisé dans le cadre d’une thèse soutenue en sociologie par un ingénieur des ponts des eaux et des forêts. Sa réflexion transdisciplinaire qui croise des éléments économiques, sociologiques et géographiques analyse ce qu’est la guerre de l’eau en Asie centrale et aboutit à une critique du discours international dominant sur la question.
Cadre d’étude, la vallée de la Ferghana est traversée par la rivière Naryn issue des grands massifs montagneux alentour et forme une terre ou l’agriculture est possible. Elle est partagée par les frontières de trois anciennes républiques soviétiques, l’Ouzbékistan (UZB), le Kirghizstan (KGZ) et le Tadjikistan (TJK). L’analyse de Jozan exclut le TJK pour se concentrer sur la relation entre le KGZ et l’UZB, le premier disposant du barrage de Toktogul situé sur la rivière en amont, le second utilisant l’eau en aval pour irriguer sa production de coton. Ce choix reflète aussi l’expertise internationale qui a besoin d’identifier un jeu à deux joueurs afin de pouvoir modéliser un équilibre coopératif entre les États dans le but de prévenir les tensions.

Continuer la lecture de [Compte rendu] Conflictualité et ressource en Etats centrasiatiques

[Compte rendu] Colonisation et capitalisme vert, de l’histoire au mythe

Compte-rendu par Thibault MICHEL du livre
 L’invention du colonialisme vert
Pour en finir avec le mythe de l’Eden africain
de Guillaume Blanc (2020, Paris, Flammarion, 352 p.)

Historien de l’environnement et maître de conférences près l’université Rennes 2, Guillaume Blanc présente une histoire critique des politiques de conservation mises en place en Afrique à partir  du cas des parcs du Simien, du Wabash et de l’Omo en Éthiopie, pays dans lequel il s’est rendu à plusieurs reprises au cours de ses recherches.
L’auteur prend le parti de se focaliser sur cet exemple afin de pouvoir rentrer dans le détail des mécanismes étudiés à travers le temps et ne pas réaliser un simple tour d’Afrique des espaces protégés qui risquerait de se transformer en accumulation d’anecdotes superficielles.
Il assure néanmoins que l’Éthiopie constitue un choix pertinent dans la mesure où c’est le seul pays d’Afrique à ne pas avoir été colonisé à proprement parler et qu’il subit pourtant les méfaits des politiques qu’il décrit. Dès lors, il affirme que le modèle à l’œuvre peut se retrouver dans de nombreux autres pays africains a fortiori quand ceux-ci ont été victime de la colonisation.

Continuer la lecture de [Compte rendu] Colonisation et capitalisme vert, de l’histoire au mythe

[Ouvrage] Compte-rendu : La Collapsologie en question

Compte-rendu par Thibault MICHEL du livre
Effondrement & capitalisme vert,
la Collapsologie en question
de Philippe PELLETIER (2020, Paris, Nada, 350 p.)

Dans cet ouvrage, Philippe Pelletier présente une vision critique du courant écologiste à travers une analyse de sa forme extrême, la collapsologie, qui s’inscrirait dans un processus d’évolution, et non de remise en question, de la forme de domination que constitue le capitalisme.

Pour sa démonstration, il s’appuie largement sur le livre de Pablo Servigne et Raphaël Stevens Comment tout peut s’effondrer : Petit manuel de collapsologie à destination des générations présentes (2015, Seuil) ainsi que sur les références mobilisées par les deux auteurs. La définition retenue de l’effondrement, concept fondamental de la collapsologie, est celle du Dictionnaire Critique de l’Anthropocène (2020, CNRS Éditions) : « […] le scénario d’une disparition de la société industrielle à l’échelle planétaire […]»

Continuer la lecture de [Ouvrage] Compte-rendu : La Collapsologie en question

Rapport “Kurdistan : Oui, le peuple peut changer les choses (l’expérience du Rojava)”

Le site de l’Association Autogestion a publié récemment un reportage de Zaher Baher, “Kurdistan : Oui, le peuple peut changer les choses (l’expérience du Rojava)” réalisé en juillet 2014, traduit par Alain KMS, avec Alternative libertaire. Zaher Baher, est membre du Kurdish Anarchists Forum. Il sera de passage prochainement à la librairie Publico à Paris.

Voici le premier paragraphe  :

En mai 2014, j’ai parcouru pendant quelques semaines le Kurdistan syrien — « le Rojava » 1 — au nord-est du pays, avec un ami. Durant ce séjour, nous avons eu toute latitude pour rencontrer qui nous voulions : femmes, hommes, jeunes, partis politiques. Dans cette région, il y a plus de 20 partis, qu’ils soient étiquetés « kurdes », « chrétiens », ou autres. Quelques-uns participent à l’« auto-administration démocratique » (Democratic Self Administration, DSA) ou « autogestion démocratique » (Democratic Self Management) de la région de la Cizîrê 2. […]

Lire la suite sur le site de l’Association Autogestion en cliquant sur ce lien.

 

CR d’ouvrage : “Villes contestées”

Villes contestées. Pour une géographie critique de l’urbain

Cecile Gintrac et Matthieu Giroud (ed).

Résumé : Ville globale, ville créative, ville multiculturelle, ville intelligente… Autant de slogans à la mode qui imposent et diffusent une vision aseptisée et consensuelle des réalités urbaines. Les villes doivent au contraire être bousculées,http://cafe-geo.net/wp-content/uploads/villes-contestes-cover-02.jpg chahutées, contestées. C’est précisément ce que ce recueil se propose de faire en réunissant pour la première fois un ensemble d’auteurs dont la réflexion n’épargne ni les espaces urbains, ni les élites qui les façonnent et les gouvernent.
Par la radicalité de leurs analyses, qui portent entre autres sur la financiarisation de la production urbaine, sur les trompe-l’œil que représentent le développement durable, l
a mixité sociale ou le multiculturalisme, sur les dispositifs de surveillance et de contrôle des populations, et plus globalement sur les formes de domination qui régissent les rapports sociaux en ville, les onze textes réunis dans ce recueil parviennent à identifier, et par là à contester, les nombreuses contradictions spatiales et urbaines que le système capitaliste produit et reproduit. Ils nourrissent ainsi une géographie critique de l’urbain et, indirectement, une critique en profondeur des sociétés contemporaines.

Avec des textes de : Jennifer Robinson ; Melissa R. Gilbert ; David Harvey ; Erik Swyngedouw, Frank Moulaert et Arantxa Rodriguez ; Roger Keil et Julie-Anne Boudreau ; Bernd Belina ; Kanishka Goonewardena et Stefan Kipfer ; Neil Smith ; Don Mitchell ; Marcelo Lopes de Souza ; Edward W. Soja.

Comptes rendus :
http://www.jssj.org/article/villes-contestees-pour-une-geographie-critique-de-lurbain/
https://cybergeo.revues.org/26826
https://tem.revues.org/3016