Tous les articles par Un-e membre du RGL

[Ukraine] Guerre et Etats, une relecture géopolitique

Le contexte géopolitique actuel est marqué par l’invasion de la Russie sur le territoire de l’Ukraine, le 24 février 2022. Une relecture des évènements est proposée dans ce texte, sur la base d’une analyse géohistorique. Un retour sur l’historique géopolitique régional apparaît comme nécessaire pour une meilleure compréhension des enjeux du conflit, autant que pour cerner les discours politiques et médiatiques dans une perspective critique.

KIEV-ALEP-BELGRADE, GÉOPOLITIQUE DE LA TERREUR
par Philippe Pelletier

En 1898, Fernand Pelloutier (1867-1901) déclara que « ce qui manque à l’ouvrier, c’est la science de son malheur ; c’est de connaître les causes de sa servitude ; c’est de pouvoir discerner contre quoi doivent être dirigés ses coups ». En quittant le Parti ouvrier français du marxiste Jules Guesde, il s’est engagé, avec d’autres, dans la formation des Bourses du Travail en France en prônant une vision large du syndicalisme. Au-delà de la défense des intérêts matériels et moraux des travailleurs, il voulait pour eux une instruction dégagée des contraintes de l’État ou de l’Eglise.

Sa formule sur la science de notre malheur reste valable de nos jours. Elle s’adresse tout autant au citoyen contemporain, certes a priori mieux informé, mais qui cherche à comprendre ce qui se passe actuellement en Ukraine. Se cantonner à des réponses immédiates ou urgentistes relèverait en effet de la courte vue.

Mise en perspective géopolitique

Une mise en perspective géopolitique s’impose. Elle s’effectue ici sur la base, notamment, des nombreux articles consacrés à la Russie ou à l’ancienne Union soviétique publiés par Hérodote, revue de géographie et de géopolitique.

La géopolitique doit être comprise comme l’interrelation entre le géographique et le politique. Il ne s’agit pas d’une simple conception spatiale des relations internationales où la géographie ne serait que le simple support d’un théâtre alors qu’elle constitue l’un des éléments de la pièce, ici un drame.

Cette approche permet de dépasser une vision de l’histoire comme étant celle des « grands hommes », vision que l’on a cru un moment dépassée, mais qui revient sur la scène politico-médiatique. Les régimes politiques, toutes tendances confondues, aiment en effet la promouvoir puisqu’elle permet de légitimer subrepticement la fonction et la nature du chef d’État apte à parler « au nom du peuple », capable de décider de la guerre comme de la paix. Les médias main stream le leur rendent bien car c’est une lecture facile, paresseuse et spectaculaire.

De ce point de vue, Vladimir Poutine représente la figure idéale du diabolus ex machina. Il n’est d’ailleurs guère utile de se demander comment il faut le désigner — autocrate, tyran ou dictateur ? — sinon pour s’amuser des contorsions prises par les différents dirigeants politiques français à ce sujet qui nous confirment leur position idéologique. Fallait-il une guerre pour comprendre, par exemple, les aspirations profondes de la droite extrême et de l’extrême droite en France ?

À partir d’une comparaison avec l’un des premiers dictateurs du monde contemporain, Benito Mussolini, on peut estimer que le régime de Poutine se situe en ce moment dans un période équivalente aux premières étapes du fascisme, lorsque le Parlement italien fonctionnait encore tant bien que mal avant l’affaire Matteotti (1924), les lois fascistissimes (1926) et le musellement total de la presse. Toutes choses égales par ailleurs, car comparaison n’est pas raison.

Il faudrait d’ailleurs plutôt évoquer Lénine, admiré par deux voire trois candidats à l’élection présidentielle française. Car l’une des principales raisons avancées par le régime bolchévique pour son durcissement fut la menace des « contre-révolutionnaires étrangers ». La répression entraîna la création de la sinistre Tchéka dont Poutine est l’un des descendants, en tant qu’ancien chef du KGB, et dont la sa fonction se résumait dans cette phrase tirée d’une instruction de l’un de ses chefs : « C’est un organe de combat, il ne juge pas l’ennemi : il le frappe ».

La menace extérieure contre la Révolution russe était d’abord réelle, puis elle fut de plus en plus surjouée et exagérée, surtout après l’élimination de la Makhnovtchina et de la Commune de Cronstadt en 1921 pour laquelle s’illustra l’Armée rouge de Trotski.

De fait, l’histoire moderne de la Russie et de l’Ukraine est-elle régulièrement marquée d’interventions militaires provenant de l’Occident, à commencer par la campagne napoléonienne (1812). N’oublions pas la guerre de Crimée (1853-1856) qui fut l’un prodrome de la Première Guerre mondiale enclenchée dans les Balkans et étendue jusqu’en Russie. Cette histoire a largement entretenu une mentalité obsidionale chez les dirigeants russes puis soviétiques, y compris Staline avec sa formule de «  citadelle assiégée » lorsqu’il parlait de l’Union soviétique.

Face au diable Poutine, Joe Biden ou Emmanuel Macron apparaissent désormais, fort opportunément pour eux et pour leur régime, comme les gentils dirigeants. Ils sont pourtant assis respectivement sur la première et la troisième armée du Monde. Leurs bases militaires sont installées un peu partout avec une longue histoire d’interventions armées « à l’extérieur », les dernières en date étant pour l’État français la Libye et le Mali. Plus les ventes d’armes, colossales. Ces instruments de mort sont totalement banalisés dans les émissions télévisées où certains experts géostratégiques qui les arpentent se transforment peu à peu en promoteurs de tel ou tel engin.

Fin de l’Union soviétique, mais pas fin de l’histoire

Puisqu’elle a été abondamment ressassée, on connaît la fameuse déclaration que Poutine a faite le 25 mai 2005, selon laquelle la dislocation de l’Union soviétique serait « la plus grande catastrophe géopolitique du siècle dernier ». Mais le désarroi entraîné par cet événement ne concerne pas seulement les dirigeants russes, paradoxalement. Car l’establishment des pays « occidentaux » (États-Unis, Union européenne, Japon…) est également touché, symétriquement.

Sa grille de lecture géopolitique et sa justification de sa force militaire s’articulait en effet depuis la fin de la Seconde guerre mondiale sur l’opposition a priori farouche entre deux blocs — « libéral » (plus ou moins « occidental ») et « communiste » (plus ou moins « oriental ») — avec un Tiers-Monde condamné à choisir son camp. Avec la disparition de l’épouvantail communiste, tout l’édifice idéologique s’écroule, bâti pour vanter la démocratie, mettre les populations au travail et les placer dans le consumérisme.

La situation change même sans que la force de frappe militaire y ait été vraiment pour quelque chose, à commencer par la dissuasion nucléaire, puisque l’écroulement soviétique s’explique schématiquement par l’enlisement en Afghanistan et par le kafkaïsme de son système économique, à terme intenable.

Les dirigeants du bloc libéral, vainqueur par défaut, et leurs experts ont alors besoin d’une nouvelle vision pour maintenir localement et internationalement le système économique d’exploitation capitaliste et étatique. Leurs experts veulent une nouvelle grille de lecture pour comprendre le monde et pour reformater le système de domination.

Le récit sur une supposée « fin de l’histoire » apparaît en 1989-1992 en provenance des milieux néo-conservateurs américains. Il se substitue à ladite « guerre froide » qui est considérée comme finie bien que celle-ci fut en réalité très « chaude » dans plusieurs régions du monde (Corée, Viêt Nam, Mozambique, Angola, Éthiopie, Yémen, Afghanistan…). Selon ce nouveau récit, un ordre démocratique et libéral devrait triompher partout. Mais cette prophétie sombre rapidement avec la répression de Tiananmen en Chine (1989), puis avec les tragédies irakiennes, libyennes, syriennes ou afghanes.

Lui succède rapidement l’idée d’un « choc des civilisations » fondé sur la confrontation de valeurs socio-culturelles, articulées sur la religion, qui seraient a priori irréductibles. À force de raisonner en antagonisme et en puissance, les experts du Pentagone rechignent toujours, et logiquement, à penser à la paix, et donc à la construire sincèrement.

De nos jours, certains nazillons veulent adjoindre à ce prétendu « choc des civilisations » un fantasmatique « grand remplacement » qui serait censé affecter les populations occidentales (comprendre « blanches, chrétiennes et riches »). Mais cette dernière théorie fait fi des réalités géo-démographiques. Les migrations dépendent en effet de la misère socio-économique ou civile, pas d’une supposée conquête alimentée par un complot. En outre, elles ne sont pas réservées à des flux « sud-nord » puisqu’elles caractérisent aussi des flux « sud-sud », si tant est que ces directions cardinales aient encore du sens. Elles n’obéissent donc à aucune intention délibérée de telle ou telle ethnie ou bien de telle ou telle culture.

La théorie du « grand remplacement » n’est d’ailleurs pas seulement un « sursaut identitaire » manipulée à fins électorales, c’est aussi un moyen, au cas où les mesures de ses partisans seraient appliquées, de plonger davantage dans la clandestinité et un surcroît de précarité la main d’œuvre immigrée présente au sein des anciens pays industrialisés vieillissants. Car l’économie de ces pays en a besoin. Les immigrés ne partiront pas ou d’autres viendront puisque, par rapport à leur pays d’origine, la situation en Europe occidentale leur apparaît, à raison plus qu’à tort, comme étant préférable. La version soft du « grand remplacement », déclinée sur le mode des « migrants trop nombreux », jouera un rôle similaire, moins brutal en apparence.

Relevons au passage la grande hypocrisie de l’humanitarisme des dirigeants ouest-européens qui sont prêts à accueillir les réfugiés ukrainiens, mais qui font tout pour que les réfugiés syriens ne dépassent pas Ankara, quitte à subventionner la Turquie dont elle refuse par ailleurs et en même temps l’adhésion à l’Union européenne (ce qui, soit dit en passant, aurait pu être un contrepoids envers la Russie).

Le sort des habitants d’Alep, du Rojava ou d’ailleurs en Mésopotamie ne suscite donc pas le même mouvement de sympathie de la part des Etats européens qui préfèrent les « blancs chrétiens » venus d’Ukraine, concession cynique et hypocrite au « choc des civilisations ». Pire encore, certains États comme la France refusent de rapatrier les enfants de leurs ressortissants djihadistes, fabriquant ainsi de futures « bombes à retardement » quand, à l’âge adulte, l’injustice se transformera en haine.

Le candidat Zemmour est certes logique avec lui-même en refusant tout réfugié ukrainien en France. Il fait jouer à la Pologne ce que les dirigeants de l’Union européenne font avec la Turquie. En arguant qu’il vaut mieux que les Ukrainiens restent près de leur pays, il ne lui vient toutefois pas à l’esprit que le voyage en car de Cracovie en Pologne à Lviv en Ukraine, par exemple, est bien plus long et fatigant qu’un vol Paris-Kiev. Le cynisme le dispute ici à l’hypocrisie, ce qui est décidément insupportable. Quant à ce politicien centriste qui estima, avant de se dédire, que l’immigration ukrainienne pouvait être une bonne chose parce qu’elle apporterait à la France des gens instruits et cultivés, donc recevables, on voit à quel point la lepénisation a gagné de nombreux esprits. Les humains ne sont ainsi plus considérés comme être, mais comme avoir.

Ni « choc des civilisations », ni « guerre civile »

Malgré les aboiements pathétiques, mais dangereux, de ces post-fascistes qui disposent d’une couverture médiatique hors de toute proportion, la théorie du prétendu « choc des civilisations » vient d’encaisser deux coups.

Les conflits au Proche et Moyen-Orient montrent, d’une part, qu’au sein d’un même monde culturel et religieux, musulman en l’occurrence, il existe des antagonismes majeurs et que ceux-ci relèvent d’autres logiques. Celles-ci sont essentiellement économiques (le pétrole, l’eau) et politiques (le pouvoir, le nationalisme). Elles sont de surcroît téléguidées par des grandes puissances plus ou moins proches (Russie, OTAN). L’héritage du colonialisme franco-britannique y est encore patent. Quant à l’intervention américaine, les dirigeants états-uniens eux-mêmes conviennent de son échec.

Le tracé des frontières y reste notamment une question sensible. C’est parce que le califat de Daech a voulu le transcender que la riposte de la part des grandes puissances fut beaucoup plus vive qu’à l’encontre d’Al-Qaïda. Il ne faut pas toucher à la mosaïque planétaire étatique. Ces puissances peuvent laisser l’Afghanistan aux enfants de Ben Laden, et donc à Al-Qaïda, mais pas question de remettre en cause le système des frontières issu de la colonisation, et encadré par les accords de Yalta (février 1945).

L’invasion russe en Ukraine rappelle, d’autre part, que la guerre se fait aussi entre pays de populations « blanches », cousines sinon « frères », relevant de la même culture chrétienne, et partageant une histoire. Ce n’est pas la « civilisation » au sens conventionnel d’« aire culturelle » qui y est en jeu, mais le politique. Depuis les évènements de Maïdan en 2013-2014 à Kiev, une partie croissante de la population ukrainienne refuse en effet de subir la corruption des élites pro-russes, l’hostilité du régime poutinien et le recul de la démocratie, une démocratie considérée d’abord comme liberté d’expression et de réunion avant même que de désigner le parlementarisme fatalement problématique.

Le nouveau tsar post-stalinien ne peut tolérer une telle évolution chez les voisins. D’où l’augmentation de sa pression : mainmise sur la Crimée en mars 2014, puis guerre au Donbass à partir d’avril 2014, invasion de l’Ukraine le 24 février 2022. Certaines factions nazies ukrainiennes ont joué un rôle trouble dans le Donbass en maintenant un état de guerre, mais l’invasion russe modifie la donne.

Syndrome obsidional et impérialisme

L’actuelle stratégie russe dépasse le caractère névrotique voire psychopathe du dirigeant en poste au Kremlin, un ancien gamin ayant grandi parmi les voyous pétersbourgeois. Car le principe de ré-intégration de l’Ukraine en Russie est pensé depuis longtemps par plusieurs courants idéologiques convergents (eurasisme, néo-nationalisme, anti-occidentalisme, Soljenitsyne, Douguine,  Jirinovski…). Il est stimulé par le syndrome obsidional caractéristique de la direction poutinienne qui repose sur un double et paradoxal héritage du stalinisme.

Il est revanchard vis-à-vis de l’ancien régime « communiste » qui a détaché par décret la Crimée de la Russie pour la rattacher à l’Ukraine en 1954. Il se combine aussi avec la détestation que Staline éprouvait pour les Ukrainiens. Il les a assassinés par la famine (l’Holodomor en 1932-1933 qui a provoqué entre 2,6 et 5 millions de morts). Il a renforcé sa haine lorsqu’une grande partie d’entre eux ont d’abord accueilli la Wehrmacht comme une libératrice une dizaine d’années plus tard, au printemps 1941, avant de se raviser.

Le syndrome obsidional est alimenté par le vainqueur toujours adversaire que sont les dirigeants occidentaux, américains en tête. L’État russe post-soviétique a pour préoccupation majeure de les tenir à distance. Il repousse leur force militaire aussi bien que leur fonctionnement démocratique. Il cherche aussi à replacer dans son orbite les États devenus indépendants, comme l’Ukraine depuis le 16 juillet 1990.

Le déclic se fait au moment d’une autre désintégration qui suit juste après l’Union soviétique, celle de la Yougoslavie à l’issue de laquelle l’OTAN intervient de façon cruciale.

Rappeler la Yougoslavie

L’OTAN est une organisation d’alliance militaire qui joue en réalité un rôle éminemment politique. Réunissant actuellement trente États, contre douze à sa création en 1949, elle comprend les États-Unis, le Canada et plusieurs États européens. Elle est vaste,  davantage que l’Union européenne des 27 États (puisqu’elle intègre en plus le Royaume-Uni, l’Islande, la Norvège, l’Albanie et la Turquie, moins l’Irlande, la Suède, la Finlande, l’Autriche et Chypre). Elle est plus étendue que les 19 États de la Zone euro ou que les 26 États de la zone Schengen (23 pays de l’UE plus trois autres : Islande, Norvège, Confédération helvétique).

Lors de la dislocation soviétique, le secrétaire d’État américain James Baker promet à Gorbatchev que l’OTAN ne s’étendra pas vers l’est. Avec la fin de la « guerre froide », cette organisation aurait d’ailleurs dû disparaître en toute logique, puisqu’elle a été explicitement constituée pour se protéger du bloc soviétique.

Mais elle s’étend en 1999, en intégrant la Pologne, la République tchèque, et la Hongrie. Ces nouvelles adhésions sont suivies par les trois États baltes, la Slovaquie, la Slovénie, la Roumanie et la Bulgarie en 2004,  puis par la Croatie et l’Albanie en 2009, le Monténégro en 2017 et la Macédoine en 2020. La Géorgie et l’Ukraine posent ensuite leur candidature.

Il n’est pas besoin d’être expert en géopolitique, ni partisan de Poutine pour comprendre que l’OTAN se rapproche de la Russie et que, sans changer de nature ni de fonction, elle se pose par définition comme son adversaire potentiel.

Le véritable tournant est toutefois antérieur puisqu’il remonte à 1991 : à la guerre en Yougoslavie, puis au Kosovo (1998-1999). Rappelons que, sans exonérer les horreurs du régime serbe de Milosevic, ce sont l’Allemagne et l’Autriche qui ont ajouté de la tension dans la décomposition yougoslave en reconnaissant le 23 décembre 1991, parmi les premiers États au monde, l’indépendance de la Slovénie (obtenue par référendum le 23 décembre 1990) et de la Croatie (obtenue par référendum le 19 mai 1991). Cette reconnaissance unilatérale fut un signal fort. Les deux  États allemand et autrichien l’ont fait malgré l’accord des ministres des Affaires étrangères européens pris à l’issue d’une réunion le 16 décembre précédent. Ils sont suivis par le Saint-Siège le 13 janvier 1992, et finalement par la CEE deux jours après.

On connaît la suite : escalade belliciste et nationaliste, guerre, massacres, épurations ethniques, attisements interconfessionnels. Est démembrée la Yougoslavie qui avait tenté un non-alignement entre Occident et Union soviétique, ce qui lui a probablement valu d’être punie, outre son expérience autogestionnaire incongrue pour les camps libéraux ou soviétiques, mais problématique car effectuée dans le cadre d’un parti unique.

Pour les dirigeants russes, la décomposition yougoslave correspond à une mainmise de l’Union européenne, officiellement créée le 1er novembre 1993. Il s’agit même plus spécifiquement pour eux d’une reprise du fameux « Drang nach Osten » de l’impérialisme allemand, l’Est (Osten), le vieil ennemi, faisant ici un crochet par le Sud-Est des Balkans, qui étend non pas sa sphère de peuplement, mais son marché.

Il est important de rappeler ces faits car quand certains politiciens et certains médias affirment que l’invasion de l’Ukraine est la première guerre se déroulant sur le sol européen, ils nous prennent vraiment pour des amnésiques ou des idiots, et même deux fois qu’une : un, ils oublient la Yougoslavie ; deux, ils entérinent l’idée que l’Ukraine se trouve en Europe, en reprenant de façon implicite la formulation gaullienne qui fait aller l’Europe « de l’Atlantique à l’Oural ». Mais alors, pourquoi la ville d’Istanbul située en Europe selon la vieille logique continentale, métagéographique en fait, ne fait-elle pas partie de l’Union européenne ?

La honte de l’écolo-pacifisme

Force militaire mais aussi politique, l’OTAN est bien plus puissante que la bureaucratique Union européenne. C’est ce qu’ont révélé les bombardements qu’elle a opéré sur la Serbie au printemps 1999 (70 jours de frappes aériennes, un millier de militaires yougoslaves et cinq cent civils tués). Ils se sont effectués en rupture avec la Charte des Nations-Unies puisque l’OTAN se dispense de l’accord du Conseil permanent de sécurité nécessaire avant d’engager toute intervention armée entre États.

Selon l’argument avancé, il s’agissait de défendre les Kosovars contre l’hégémonie serbe. Certains parlaient même de génocide contre le peuple albanais. La stratégie gandhienne, non violente, du leader kosovar Ibrahim Rugova, avait été vite remisée au profit de l’escalade armée.

Le principal résultat fut de créer au Kosovo un nouvel État, qui n’est pas reconnu par l’ONU, ni par cinq pays de l’UE (Espagne, Grèce, Roumanie, Slovaquie et Chypre), et qui est désormais contrôlé par la redoutable mafia albanaise. Notons au passage que le sentiment des dirigeants serbes comme Milosevic engendré par le statut de relative autonomie accordé par l’ancien dirigeant yougoslave Tito ressemblait à celui que les dirigeants poutiniens éprouvent à propos de la Crimée.

L’intervention de l’OTAN, considérée comme représentant l’Occident, en Serbie, pays considéré comme relevant du monde slave « oriental », a été très mal perçue par les dirigeants russes, qui ont mis en avant le registre des frères slaves malmenés et attaqués, sinon par une grande partie de la population russe.  

Soutenus par la France sous cohabitation Chirac-Jospin, les bombardements ont été réclamés par le gouvernement de l’Allemagne, et pas n’importe lequel : celui de la coalition entre socio-démocrates et écologistes, avec Gerhard Schröder comme Chancelier et l’écologiste Joschka Fischer comme ministre des Affaires étrangères.

Fischer, partisan résolu de la guerre, a convaincu son propre parti, les Verts (die Grünen), lors de son congrès du 13 mai 1999. Il y a été soutenu par 444 voix contre 318, avec la toute mauvaise foi nécessaire, puisqu’il déclara « vous me qualifiez de va t’en-guerre, mais la prochaine fois vous voudrez proposer Milosevic au Prix Nobel de la paix ». 

Fischer, soutenu par Cohn-Bendit, et les Verts portent là une très lourde responsabilité historique. Ils inaugurent l’enterrement de l’écolo-pacifisme (« Ni Pershing, ni SS-20 ») dans les différents pays du monde et jusqu’à nos jours, y compris EELV qui soutient sans broncher l’intervention militaire française au Sahel. Ils cautionnent un nouveau cadre de tensions géopolitiques, corollaire au capitalisme vert qui se développe.

Les dirigeants russes s’inquiètent logiquement de ce tournant pris en 1999 qui prend ensuite la forme de l’élargissement oriental de l’OTAN. Eltsine passe la main à Poutine en 2000. Mais la Russie n’est pas la Serbie.

Le colonialisme panrusse

La situation ethno-culturelle de l’Ukraine est assez contrastée. Les russophones sont majoritaires au Donbass, en Crimée, à Odessa, à Kharkiv. Les travailleurs russes immigrés sont nombreux dans les grandes villes, à Kiev notamment. La présence russophone est minoritaire dans la partie occidentale de l’Ukraine (4 % de Russophones en Volhynie ou en Galicie). Vivent aussi des populations juive, tatare, moldave, gagaouze, quelques Polonais à l’ouest…

Il ne faut pas confondre à propos de cette situation ethno-culturelle les objectifs et les arguments avancés par Poutine pour justifier son agression contre l’Ukraine. Bien que considérant Russes et Ukrainiens comme un seul et même peuple, le dirigeant du Kremlin se contredit lui-même puisqu’il criminalise les seconds en les homogénéisant sous l’étiquette de nazis. S’il nie la réalité ukrainienne, ce n’est pas pour soutenir la logique d’une fusion, mais pour en imposer la nécessité. Ce n’est donc pas une guerre civile qui se déroule en Ukraine, mais une tentative de subjugation impériale.

La stratégie poutinienne semble poursuivre la longue dynamique d’une colonisation panrusse qui, sous l’Union soviétique, était masquée par la rhétorique internationaliste. Le caractère « soft » de la colonisation est alors symbolisée par l’arrivée au pouvoir soviétique de dirigeants russes venant d’Ukraine, mais qui ne parlaient pas l’ukrainien, comme Khrouchtchev (chef du PC ukrainien) ou Brejnev (né non loin du pays de Makhno).

L’agression poutinienne a toutefois pour effet de consolider un nationalisme ukrainien mélangeant cosmopolitisme et aspiration démocratique, et de provoquer une résistance qui sera probablement tenace. C’est ce que Poutine et ses experts n’avaient peut-être pas prévus, mais, au fond, nous ne le savons pas car l’objectif du régime poutinien n’est pas tant l’Ukraine que la mise à distance de l’OTAN. Y compris à un prix élevé. Par le bombardement des civils et des habitations. Tout son discours sur les peuples, la civilisation slavo-russe et l’anti-occidentalisme sont essentiellement des arguments de maintien au pouvoir et de propagande interne.

Au-delà d’une rupture avec les accords bilatéraux russo-ukrainiens, sans même parler du « droit international », la politique russe ne se confond toutefois pas avec ce qui s’est passé dans d’autres périphéries anciennement soviétiques. C’est le cas de trois d’entre elles (en mettant de côté le cas du Kazakhstan et des révoltes qui s’y sont récemment déroulées, matées grâce au soutien du Kremlin) : l’Abkhazie (guerre d’août 1992 à juillet 1993), l’Ossétie méridionale (guerre en 1991-92, puis en 2008) et la Tchétchénie (guerre de décembre 1994 à août 1996, puis en 1999-2000).

Dans les deux premiers cas, il s’agit en effet d’un sécessionnisme dans un pays voisin, la Géorgie. L’État russe n’y est pas l’initiateur car il est d’abord provoqué par des rivalités internes de pouvoir, soit locales (régionales), soit sommitales (sur l’ensemble du pays). Le tropisme centralisateur de l’État géorgien est hérité du stalinisme (le tandem géorgien Staline-Béria était par exemple complètement hostile aux Abkhazes). Le sécessionnisme abkhaze et ossète est bien entendu récupéré par le régime russe, mais dans une démarche qui n’est pas vraiment irrédentiste.

Dans le troisième cas, celui de la Tchétchénie musulmane, il s’agit d’un sécessionnisme interne à la Russie, qu’elle refuse absolument.

Nouvelle carte du monde

Depuis un demi-siècle d’événement spatiaux majeurs (dislocation soviétique, pays émergents, capitalo-communisme chinois), trois situations géopolitiques du monde se dessinent désormais : le globalisme, l’oligopolisme et le parochialisme. S’agissant d’idéaux-types, il existe entre eux une série d’intermédiaires intégrant différentes tendances nationalistes qui ne seront pas détaillée ici.

Le parochialisme, ou nationalisme de paroisse, caractérise les pays de rang moyen où une partie de l’élite et de la population cultivent un nationalisme orienté vers l’identité et/ou la souveraineté (politique, économique, alimentaire).  Dans le pire des cas, il ouvre la voie à un chauvinisme rance, réactionnaire, obnubilé par un passé révolu et mythifié : le post-fascisme. Dans le meilleur des cas, il peut rechercher non pas une alliance des nations, mais un non-alignement vis-à-vis des deux autres tendances géopolitiques sur fond nostalgique d’un « État-providence » supposé réduire le capitalisme. Tel est le cas du souverainisme de gauche, mais qui connaît des échecs retentissants (chavisme, Syriza, Podemos…).

Le parochialisme peut aussi s’accommoder de combinaisons supra-nationales, mais à reculons ou bien en voie de résorption par repli et nouveau déploiement (le Brexit au Royaume-Uni, mais aussi l’indépendance écossaise ou le cas de l’Irlande). Il s’accompagne également d’une autonomie très relative (le Japon dominé par une classe politique nationaliste, parfois revancharde, mais encore soumise à son alliance américaine).

Le globalisme est incarné par États-Unis. Il repose sur un capitalisme libéral-démocrate dont l’impérialisme américain alterne isolationnisme ou expansionnisme en fonction de la conjoncture interne ou externe (les alliances, les rivaux, les nouveaux enjeux). Refusant le colonialisme classique de peuplement, il étend sa puissance par l’économie, la culture, la technologie et le militaire. Même chez ses partisans ultra-libéraux, l’État y reste nécessaire grâce à ses fonctions régaliennes, notamment son armée dotée d’une haute technologie.

L’oligopolisme considère le monde comme étant ou devant être réparti en aires d’influence entre grandes puissances. Contrairement au globalisme américain qui embrasse toute la terre, il admet l’existence de pôles rivaux pour laquelle il faut trouver un équilibre. Il est donc expansionniste jusqu’à un certain point. Mais la délimitation des sphères d’influence respective est compliquée par l’histoire impérialiste de chaque oligopole. Elle se traduit par une obsession territoriale qui, à l’inverse de l’option américaine dressant un mur entre les États-Unis et le Mexique, cherche à intégrer des espaces voisins.

C’est le cas de la Russie qui endosse l’héritage soviétique, notamment chez Poutine, ancien membre du KGB, formation nec plus ultra de l’ancien régime, et chez ses sbires qui sont les purs produits du totalitarisme stalinien. Cet héritage peut même remonter jusqu’au tsarisme assumé chez les plus radicaux.

C’est en partie le cas de la Chine, qui a toutefois fait le choix de régler ses différents frontaliers avec la Russie (alors qu’elle aurait pu soutenir des revendications historiques légitimes vers les provinces perdues de l’Amour), avec la Corée du Nord et le Viêt Nam, mais pas avec l’Inde ou le Japon. Elle n’a toutefois pas besoin de s’étendre puisqu’elle considère Taïwan et Hong-Kong comme faisant partie de son territoire, tout en menant une lutte d’influence en Asie du Sud-Est et en Afrique.

Le géopolitique mène l’économique

Ces trois situations géopolitiques axées sur les territoires et les zones d’influence ne minimisent pas théoriquement l’importance de la question économique, mais valorisent le politique et le militaire. L’analyse marxienne qui, en schématisant, cherche du pétrole ou des minerais sous chaque guerre, se retrouve d’ailleurs singulièrement démunie pour expliquer la situation ukrainienne en fonction des critères qui lui sont habituels.

Ici l’enjeu économique est indirect. Certes, l’Ukraine est le cinquième exportateur mondial de blé (le septième producteur), le quatrième exportateur de tournesol (le cinquième producteur), et le septième producteur de fer. Certes, l’industrie lourde du Donbass tombe opportunément dans les mains russes. Mais aucun gazoduc majeur ne passe par le territoire ukrainien. Quant au port de Sébastopol en Crimée, par exemple, il est contrôlé par la Russie à la suite d’un accord spécial dès les indépendances respectives.

En revanche, les cours mondiaux du blé s’envolent alors que pas une semence n’est encore sortie du sol ukrainien. Les prix du gaz et du pétrole approchent des records alors que les gazoducs ou les oléoducs fonctionnent à plein régime. Les pays producteurs les plus importants en profitent, notamment le premier d’entre eux, les États-Unis. Le gaz de schiste américain pourra satisfaire la consommation européenne, et pourquoi pas chinoise, si jamais le gaz russe fait défaut.

La question économique se joue à un niveau macro, mondial. Les États-Unis ont joué un rôle majeur dans le premier choc pétrolier de 1973 (fin des accords de Bretton-Woods, annonce du pic pétrolier). La principale conséquence a été un renforcement du dollar et un afflux de pétro-dollars qui leur ont profité, tandis que l’argument du conflit israélo-palestinien alors brandi par les pays arabo-musulmans membres de l’OPEP ne fut en fin de compte qu’un prétexte, et qui n’a rien changé à la situation d’Israël ou de la Palestine.

En fonction de cette histoire, il est légitime de s’interroger sur une stratégie à plusieurs bandes des milieux capitalistes spéculant sur les conséquences entraînées par la guerre en Ukraine. Les dirigeants occidentaux pouvaient s’attendre à ce conflit. Poutine n’a jamais caché ses intentions. Les satellites américains ont parfaitement repéré la préparation militaire russe. Mais rien de décisif n’a été fait sur le seul plan qui compte, la question de l’OTAN et de l’UE. On connaît à nouveau la suite.

Marioupol, Karkiv, Kiev, ces villes sont aussi loin d’Atlanta ou de Seatttle que ne l’étaient Mossoul ou Alep. Le citoyen américain a d’autres chats à fouetter. De fait, ce sont les secteurs économiques (agro-alimentaire, hydrocarbures, armement) où dominent résolument les entreprises américaines qui engrangent les profits permis par la hausse des prix et corrélés à la guerre, de bonne ou de mauvaise foi.

Contre la politique de la peur

Les États maintiennent leur puissance grâce à la peur. L’OTAN le fait avec la Russie en la provoquant. Poutine le fait avec l’Europe et une grande partie du monde, contre le peuple ukrainien en promettant de faire de Kiev ce qu’il a permis à son allié Assad de faire avec Alep. Et contre le peuple russe qui ne peut plus prononcer publiquement le mot « guerre » sous peine de répression.

Les deux camps évoquent la possibilité d’une issue nucléaire. L’armée russe tire en direction d’une centrale nucléaire, coupe l’approvisionnement électrique dans une autre. Les journalistes se jettent sur le sujet, suggérant l’hypothèse d’un désastre atomique entre deux évocations approximatives du dernier rapport du GIEC publié le 28 février dernier (approximatives car le chiffre de « millions » de « réfugiés climatiques » annoncé sur différentes antennes ne figure pas sur le communiqué de presse).

Le prix du carburant et des biens de consommation grimpe frauduleusement. Le citoyen qui est le travailleur paiera. Depuis la fin des restrictions sanitaires et avec la guerre en Ukraine, le capital se gave. Le Covid, l’éco-anxiété, le coût de la vie, les bombes : la peur, encore la peur, le cercle infernal.

Mais tout n’est pas écrit. Un groupe d’activistes et de libertaires ukrainiens vient d’écrire un texte mis en ligne le 18 février par Le Monde libertaire. En soulignant que, au moment des évènements de Maïdan, leur « arsenal ne se composait que de paroles de chansons punk, de végétarisme, de livres vieux de cent ans », il vise dramatiquement et lucidement juste.

Mais quel engagement ? Selon un texte de la Makhnovtchina, publié en 1920 dans les plaines d’Ukraine orientale, « l’armée makhnoviste n’est pas une armée anarchiste, elle n’est pas formée par des anarchistes. L’idéal anarchiste de bonheur et d’égalité générale ne peut être atteint à travers l’effet d’une armée, quelle qu’elle soit, même si elle était formée exclusivement par des anarchistes. L’armée révolutionnaire, dans le meilleur des cas, pourrait servir à la destruction du vieux régime abhorré ».

Philippe Pelletier.

Festival les Reclusiennes Les 8, 9 et 10 juillet 2021

La nouvelle édition des Reclusiennes sera basée sur le thème “Communardes et Communards. Il y a 150 ans, la Commune”. Elle se tiendra du 8 au 10 juillet à Sainte-Foy-la-Grande, en Gironde (33).

Détail du programme en ligne :  www.lesreclusiennes.fr
Une entrevue du déroulement du festival, de ses intervenants et des thématiques abordées est ici proposé par Marc Sahraoui.

    Cette 9ème édition du festival des Reclusiennes interrogera cette expérience de démocratie sociale qu’a été la Commune dans ses dimensions historiques, dans la place centrale qu’ont pris les femmes dans la Commune, dans l’imaginaire artistique qu’elle a développé et enfin dans son actualité au 21ème siècle, de l’expérimentation territoriale au changement de modèle social. Communistes, anarchistes, gilets jaunes, nombreux sont ceux qui revendiquent l’héritage de la Commune de Paris. 150 ans plus tard, elle devient sujet d’actualité, à l’heure où les problématiques de la représentation et de la souveraineté populaires, de l’exercice du pouvoir, de la démocratie « réelle », directe et sociale, resurgissent dans le débat public.

Continuer la lecture de Festival les Reclusiennes Les 8, 9 et 10 juillet 2021

[Ouvrage] Effondrement et capitalisme vert

Philippe Pelletier 2020, Effondrement et capitalisme vert. La collapsologie en question, Nada, Paris, octobre 2020, 352 pages.

Philippe Pelletier nous invite à nous interroger sur le caractère urgent, irréversible et planétaire de la crise écologique et environnementale tel qu’il est mis en avant par les médias et dans les débats publics. Pour montrer la faiblesse du fondement scientifique de ce discours dominant, l’auteur, en tant que géographe, attire notre attention sur la particularité de chaque territoire où les facteurs écologique, culturel, politique et économique se mêlent, ainsi que sur les rapports de forces qui se jouent derrière la scène médiatique.

L’analyse du lien entre la lutte contre le réchauffement climatique et le vaste réseau du lobbying nucléaire est particulièrement éclairante. On pourrait se demander pourquoi « les médias parlent davantage des ours polaires errant sur la banquise que des déchets nucléaires » (p. 273).

L’auteur s’intéresse également à l’aspect socioéconomique de la mobilisation pour la cause environnementale : des origines à nos jours, la protection de la nature et de l’environnement est chérie par l’aristocratie soutenue par la bourgeoisie, tandis que les prophètes et les adhérents de la collapsologie et de la décroissance font largement partie de la classe aisée et diplômée du Nord. Leur discours qui responsabilise et culpabilise toute l’humanité et qui nous enjoint de changer nos habitudes sert à déresponsabiliser les capitalistes et les politiques et nous empêche de nous interroger sur la propriété et le « qui décide, et où » (p. 302).

La vraie menace, selon Pelletier, est l’emprise de la gouvernance par la peur dont le discours sur la crise urgente et irréversible nous inculque.

Miho MATSUNUMA, historienne et sociologue, en provenance du site
« Plateforme altermondialiste », billet du 5 mars 2021.

[Compte rendu] Conflictualité et ressource en Etats centrasiatiques

Compte-rendu par Thibault MICHEL du livre
Les débordements de la mer d’Aral
Une sociologie de la guerre de l’eau
de Raphaël JOZAN (2012, Paris, PUF, 220 p.)

Cet ouvrage est le fruit d’un travail de terrain réalisé dans le cadre d’une thèse soutenue en sociologie par un ingénieur des ponts des eaux et des forêts. Sa réflexion transdisciplinaire qui croise des éléments économiques, sociologiques et géographiques analyse ce qu’est la guerre de l’eau en Asie centrale et aboutit à une critique du discours international dominant sur la question.
Cadre d’étude, la vallée de la Ferghana est traversée par la rivière Naryn issue des grands massifs montagneux alentour et forme une terre ou l’agriculture est possible. Elle est partagée par les frontières de trois anciennes républiques soviétiques, l’Ouzbékistan (UZB), le Kirghizstan (KGZ) et le Tadjikistan (TJK). L’analyse de Jozan exclut le TJK pour se concentrer sur la relation entre le KGZ et l’UZB, le premier disposant du barrage de Toktogul situé sur la rivière en amont, le second utilisant l’eau en aval pour irriguer sa production de coton. Ce choix reflète aussi l’expertise internationale qui a besoin d’identifier un jeu à deux joueurs afin de pouvoir modéliser un équilibre coopératif entre les États dans le but de prévenir les tensions.

Continuer la lecture de [Compte rendu] Conflictualité et ressource en Etats centrasiatiques

[Compte rendu] Colonisation et capitalisme vert, de l’histoire au mythe

Compte-rendu par Thibault MICHEL du livre
 L’invention du colonialisme vert
Pour en finir avec le mythe de l’Eden africain
de Guillaume Blanc (2020, Paris, Flammarion, 352 p.)

Historien de l’environnement et maître de conférences près l’université Rennes 2, Guillaume Blanc présente une histoire critique des politiques de conservation mises en place en Afrique à partir  du cas des parcs du Simien, du Wabash et de l’Omo en Éthiopie, pays dans lequel il s’est rendu à plusieurs reprises au cours de ses recherches.
L’auteur prend le parti de se focaliser sur cet exemple afin de pouvoir rentrer dans le détail des mécanismes étudiés à travers le temps et ne pas réaliser un simple tour d’Afrique des espaces protégés qui risquerait de se transformer en accumulation d’anecdotes superficielles.
Il assure néanmoins que l’Éthiopie constitue un choix pertinent dans la mesure où c’est le seul pays d’Afrique à ne pas avoir été colonisé à proprement parler et qu’il subit pourtant les méfaits des politiques qu’il décrit. Dès lors, il affirme que le modèle à l’œuvre peut se retrouver dans de nombreux autres pays africains a fortiori quand ceux-ci ont été victime de la colonisation.

Continuer la lecture de [Compte rendu] Colonisation et capitalisme vert, de l’histoire au mythe

[Evènement] Fukushima, dix ans après la catastrophe

Ce 11 mars 2021 marque la première décennie écoulée depuis la catastrophe nucléaire de Fukushima Daiichi, conséquence du tsunami ayant touché le Nord-est du Japon. En commémoration, l’association franco-japonaise Asuka propose un évènement en ligne, permettant de recontextualiser les enjeux sociaux, éthiques et environnemntaux du développement de la filière nucléaire, toujours d’actualité sur l’archipel.

Déroulement de l’évènement

Diffusion du film Le géographe et l’île de Christine Bouteiller, en accès libre du 11 mars 2021 à 00h01 au 14 mars 2021 à 23h59, heure française, avec le mot de passe Iowa2021.
Lien du film pour visionnage  : https://vimeo.com/507702860
Conférence de Christine Bouteiller (réalisatrice), Philippe Pelletier (protagoniste) et Etsuko Shoji (traductrice et harpiste), animée par Janick Magne (en français).

Continuer la lecture de [Evènement] Fukushima, dix ans après la catastrophe

[Ouvrage] Compte-rendu : La Collapsologie en question

Compte-rendu par Thibault MICHEL du livre
Effondrement & capitalisme vert,
la Collapsologie en question
de Philippe PELLETIER (2020, Paris, Nada, 350 p.)

Dans cet ouvrage, Philippe Pelletier présente une vision critique du courant écologiste à travers une analyse de sa forme extrême, la collapsologie, qui s’inscrirait dans un processus d’évolution, et non de remise en question, de la forme de domination que constitue le capitalisme.

Pour sa démonstration, il s’appuie largement sur le livre de Pablo Servigne et Raphaël Stevens Comment tout peut s’effondrer : Petit manuel de collapsologie à destination des générations présentes (2015, Seuil) ainsi que sur les références mobilisées par les deux auteurs. La définition retenue de l’effondrement, concept fondamental de la collapsologie, est celle du Dictionnaire Critique de l’Anthropocène (2020, CNRS Éditions) : « […] le scénario d’une disparition de la société industrielle à l’échelle planétaire […]»

Continuer la lecture de [Ouvrage] Compte-rendu : La Collapsologie en question

[Critique] ÉPIPHANIE, MENSONGES ET OMISSIONS

La question climatique est de plus en plus fréquemment abordée et discutée dans la presse généraliste. Le plus souvent, avec approximations, au service d’une couverture idéologique, liée aux enjeux de la production énergétique. Philippe Pelletier propose ici une relecture critique d’un récent article reprenant les écrits du Rapport Meadows.

Le sommaire du numéro 3711 du magazine Télérama daté du 27 février au 5 mars 2021 annonce un article intitulé « Les quatre mousquetaires de la terre : dès 1972 quatre étudiants du MIT annonçaient la catastrophe climatique, et n’ont pas été écoutés » (sommaire p. 8, article p. 16-21). Grâce à un encart, cet article explique dans quel contexte politique il se situe : « Que vont devenir le rapport de la Convention citoyenne pour le climat et ses 149 propositions ? ». La macronie est en effet en train de concocter une « loi climat ». Tout ce qui peut nous aider à comprendre les enjeux sur ces questions malgré tout complexes est le bienvenu. Notons au passage que la seule proposition vraiment intéressante de cette « convention » était la réduction du temps de travail pour qu’on puisse davantage se consacrer à la vie de la cité et qu’elle a été aussitôt écartée.
Continuer la lecture de [Critique] ÉPIPHANIE, MENSONGES ET OMISSIONS

Revue Géocarrefour – Appel à contribution : Actualités de la pensée anarchiste en géographie

Le Réseau des Géographes Libertaires (RGL) coordonne un numéro thématique de la revue Géocarrefour, intitulé « Actualités de la pensée anarchiste en géographie ». Le RGL souhaite que ce numéro soit formé d’articles scientifiques mais également de travaux et réflexions militantes, considérant que les milieux académiques et militants doivent renforcer leurs liens dans la lutte contre les dominations et contre le système capitaliste.

Les articles sont attendus pour le 15 Juin 2021. Les auteur.es peuvent contacter le Réseau des géographes libertaires à l’adresse suivante : numerorgl@riseup.net pour signaler leur intérêt et poser toute question en lien avec le texte de l’appel. La particularité du numéro envisagé est qu’il sera entièrement anonyme.

Appel à articles

Actualités de la pensée anarchiste en géographie

Le Réseau des Géographes Libertaires (RGL) est fondé en 2010 pour faire le lien entre monde académique et mouvement social en privilégiant une entrée analytique spatiale, territoriale et environnementale. Ce réseau entend relier la science géographique et les approches anarchiste et libertaire, ces dernières n’étant pas vues de façon dogmatique mais considérées comme des postures critiques et des pensées libres. 

Le RGL s’attache ainsi à prolonger les liens historiques entre anarchie et géographie, qui remonte aux origines de la discipline, dans la lignée des écrits de Reclus, Kropotkine ou Metchnikoff ; et à promouvoir une géographie qui s’affranchit des frontières disciplinaires (entre sciences sociales, et au-delà) et qui ne se réduit pas à un courant désigné et délimité par un épithète, qu’il soit celui de « sociale », « physique », « culturelle », « radicale » ou « politique ».

En 2014, le RGL proposait une définition, non arrêtée, d’une perspective anarchiste en géographie : « Une perspective anarchiste en géographie analyse, et dénonce, les formes spatiales du pouvoir, que celles-ci soient particulièrement coercitives et visibles, ou faiblement. Elle interroge les espaces où se déroulent actuellement les résistances à ce pouvoir. Elle réfléchit sur les modes géographiques d’organisation qui permettent de substituer au pouvoir (autoritaire) une puissance — ou une capacité — libertaire.

Une perspective anarchiste de la géographie peut libérer celle-ci d’un carcan verticaliste et lui substituer une lecture horizontale du monde, démontant les systèmes hiérarchiques et valorisant les tentatives horizontales d’émancipation humaine dans l’espace.

Elle n’a pas une vision statique et fétichiste de la nature. Elle s’interroge sur les limites supposées de la biosphère et de la terre, elle questionne le retour du malthusianisme en science comme en politique. Elle réfléchit sur une mésologie qui soit sociale.

Elle n’est pas l’esclave de la technique, mais elle ne tombe pas non plus dans une critique aveugle ou tronquée de la technologie. Elle se met au service non des dominants, en leur fournissant des outils d’analyse et de contrôle, des discours et des lectures du monde, mais au service de la société, du peuple. Elle le fait non pas de l’extérieur ou d’en haut, mais en son sein, en franchissant et en dépassant la barrière académique ».

Dans le prolongement des réflexions menées par le RGL, l’objectif de ce numéro est de tendre collectivement à la définition et au recensement des pratiques, toujours en construction, d’une géographie libertaire ou anarchiste, qui rende compte de sa richesse et de sa diversité comme garantie d’évitement du dogmatisme théorique. Par ailleurs, si ce numéro est proposé et coordonné par le RGL, il n’est en aucun cas envisagé d’en faire un numéro rassemblant uniquement des textes de membres du RGL. Ainsi, toute personne se reconnaissant dans l’appel qui suit est invitée à proposer sa contribution. Continuer la lecture de Revue Géocarrefour – Appel à contribution : Actualités de la pensée anarchiste en géographie

Séminaires Espaces Critiques 2020-2021

Deux séminaires Espaces Critiques sont programmés pour les 9 et 10 octobre prochain : « Imaginaires coloniaux de l’espace et réseaux de pouvoirs chez l’élite minière » avec Pauline Massé (intervenante) et Frédéric Ogé (discutant) ; suivi d’une journée de réflexion « Les trottinettes électriques, symboles des dérives néolibérales » avec l’intervention de Marion Nativel, des ateliers ainsi qu’un déjeuner partagé.

Continuer la lecture de Séminaires Espaces Critiques 2020-2021

Reclusiennes 8e édition : “Bas les masques”

La 8ème édition du Festival des Reclusiennes aura lieu du 10 au 12 juillet 2020
à
Sainte-Foy-la-Grande (Gironde).

Suite à la période très particulière vécue par toutes et tous au cours de ces derniers mois, les Reclusiennes ont bouleversé leur programme initialement prévu et leur manière de “faire des sciences sociales”. Citoyens, habitants, chercheurs, universitaires, militants, artistes, etc., se retrouvent pour travailler ensemble sur ce qu’ils ont vécu, contourné, transgressé ou négocié, pour réfléchir aux modifications qui ont été apportées au cadre socio-politique classique ou à l’émergence de nouvelles formes de résistance qu’il faudra suivre au cours des prochaines années. Cette analyse collective sera déclinée sur quatre axes, la vie du confinement, le virus révélateur, la question du contrôle et du biopouvoir, et les résistances à suivre.

Pré-programme ci-dessous, et plus d’informations en ligne : https://www.reclusiennes.com/

Continuer la lecture de Reclusiennes 8e édition : “Bas les masques”

La crise du Covid-19 : Regard(s) critique(s)

Le contexte actuel d’état d’urgence sanitaire et l’instauration d’un confinement généralisé donne une occasion de choix en ce qui concerne la remise en question des politiques de gestion de crise des gouvernements. Il apparaît que principalement, dans un climat d’urgence, il soit primordial d’engager une réflexion globale, alliée à une prise de recul sur les événements, leurs origines historiques ainsi que sur leur traitement médiatique. L’analyse critique des mesures appliquées par les gouvernements, en France et ailleurs, devient alors un réel enjeu au regard de la sauvegarde des libertés individuelles.

Dans cette dynamique, Philippe Pelletier nous livre son analyse dans un article intitulé “Etat régalien, Etat médecin et Biopouvoirs”, dont la version initiale du 5 avril dernier s’est vue augmentée suite aux derniers événements.

ÉTAT RÉGALIEN, ÉTAT MÉDECIN et BIOPOUVOIRS

L’origine de la « crise sanitaire » actuelle du Covid-19 — qui est en réalité une « crise » bien plus globale — et son extension donnent lieu à de nombreuses analyses. Il est évidemment tentant d’y rechercher une confirmation de ses petites théories. Mais les phénomènes étant par définition inédits et possiblement imprévus tels quels — contrairement aux philosophies de l’histoire — il faut s’attacher à ce qui se passe réellement, tout en étant conscient du tourbillon entre le trop et le pas assez d’informations.
Parmi tous les phénomènes qui caractérisent l’actuelle pandémie, deux doivent plus particulièrement attirer notre attention : l’État (sa nature, son rôle) et les médecins (leur rapport au politique et à la science, notamment). Ces deux questions paraissent essentielles pour comprendre ce qu’il se passe et ce qu’il risque d’arriver à l’issue de la crise. L’aphorisme de « gouverner, c’est prévoir » ayant fait preuve de son impertinence dans bien des cas, il n’implique pas que nous, individuellement ou collectivement, restions sans réfléchir au présent ou à la suite.
Continuer la lecture de La crise du Covid-19 : Regard(s) critique(s)

[Publication] Le Japon, vu par Élisée Reclus et Léon Metchnikoff

Voici une récente publication de P. Pelletier proposant une lecture du Japon selon les géographes anarchistes Elisée Reclus (1830-1905) et Léon Metchnikoff (1838-1888). Un texte publié par la revue Ebisu, études japonaises.

Le Japon, « la plus grande merveille de l’histoire », vu par Élisée Reclus et Léon Metchnikoff

「歴史の驚異」としての日本―エリゼ・ルクリュとレオン・メーチニコフの視点から―
Japan, “the Greatest Wonder in History”, as Seen by Élisée Reclus and Léon Metchnikoff
 
Philippe Pelletier
 
Résumé : Élisée Reclus (1830-1905) et Léon Metchnikoff (1838-1888), deux géographes anarchistes, proposent sur le Japon de Meiji une lecture qui est originale pour leur temps, et qui le reste encore vu son caractère innovant. Appelé par des dirigeants de Satsuma et ayant séjourné plus de deux ans à Tokyo (1874-1876) au début du nouveau régime, le second apporte au premier des éléments cruciaux qui lui permettent de considérer l’évolution du Japon comme étant autre chose qu’un simple processus d’occidentalisation ou d’imitation servile. Il s’agit d’un processus endogène qui puise dans la prise de conscience et la mémoire japonaises du danger impérialiste, ainsi que dans la profusion biogéographique de l’archipel. Reclus alerte également sur la montée en puissance belliciste et impérialiste du Japon, alors sous-estimée par la plupart de ses contemporains.
 

Lire l’article ici : https://journals.openedition.org/ebisu/4280

[Parution] Make Rojava Green Again

Soutien à la Commune internationaliste du Rojava

Version française par les éditions Atelier de création libertaire : http://www.atelierdecreationlibertaire.com/Make-Rojava-Green-Again.html


La totalité des fonds récoltés ira aux projets menés par la Commune internationaliste du Rojava. C’est pour cela que, exceptionnellement, les frais de port seront facturés pour cet achat (3,50 euros pour 1 exemplaire). Si vous souhaitez commander un exemplaire voir les éditions Atelier de création libertaire.


Depuis 2011, la région du Rojava est devenue à la fois le symbole de la résistance contre Daech, mais aussi un territoire qui se construit autour d’un projet révolutionnaire d’autogestion démocratique.

Cette nouvelle expérience politique – inspirée en partie par l’américain Murray Bookchin et ses propositions d’écologie sociale et de municipalisme libertaire – bien que se trouvant dans une zone de crise géopolitique difficile à cerner, continue à rechercher des alternatives pratiques à mettre en place, dès à présent, pour « reverdir » la région. C’est ainsi que, début 2018, le Comité pour l’écologie du canton Cizirê, en collaboration avec la Commune internationaliste du Rojava, a lancé une campagne internationale afin de soutenir les travaux écologiques dans le Nord de la Syrie et, en même temps, a créé un réseau d’échanges et de débats entre toutes les personnes, collectifs et mouvements investis dans des luttes similaires un peu partout dans le monde.

L’Atelier de création libertaire – qui depuis maintenant 40 ans cherche à créer des ponts entre la pensée et l’action d’une culture libertaire sensible à l’écologie – s’associe à cette démarche en assurant la diffusion du livre Make Rojava Green Again. Nous pensons que nous avons besoin tous les jours d’un élan pragmatique dans les différentes initiatives que nous menons là où nous vivons, mais sans oublier la part d’utopie vers laquelle nous espérons continuer de nous rapprocher.

Avant-propos Debbie Bookchin

En savoir plus sur le projet Make Rojava Green Again.

Suite de l’atelier du RGL du 11 mai 2019

L’île de la Table ronde, un espace non pas « sauvage » mais « féralisé »

À la suite de l’atelier animé par un groupe du RGL lors du rassemblement Sauvons l’île de la Table ronde (samedi 11 mai 2019, à Solaize-Vernaison, parking de La Traille), voici quelques données géographiques de base.

L’île de la Table ronde, situé au sud de Lyon, fait en effet l’objet d’un projet de réaménagement qui suscite des oppositions. Un bref exposé de géographie peut permettre d’alimenter la pensée, le débat et l’action, en particulier pour réfléchir sur ce qu’on entend précisément par « nature », « naturel », « espace sauvage ». Autrement dit : « sauver » « quoi » pour « quoi faire ou être » ?

Continuer la lecture de Suite de l’atelier du RGL du 11 mai 2019