[Compte rendu] Conflictualité et ressource en Etats centrasiatiques

Compte-rendu par Thibault MICHEL du livre
Les débordements de la mer d’Aral
Une sociologie de la guerre de l’eau
de Raphaël JOZAN (2012, Paris, PUF, 220 p.)

Cet ouvrage est le fruit d’un travail de terrain réalisé dans le cadre d’une thèse soutenue en sociologie par un ingénieur des ponts des eaux et des forêts. Sa réflexion transdisciplinaire qui croise des éléments économiques, sociologiques et géographiques analyse ce qu’est la guerre de l’eau en Asie centrale et aboutit à une critique du discours international dominant sur la question.
Cadre d’étude, la vallée de la Ferghana est traversée par la rivière Naryn issue des grands massifs montagneux alentour et forme une terre ou l’agriculture est possible. Elle est partagée par les frontières de trois anciennes républiques soviétiques, l’Ouzbékistan (UZB), le Kirghizstan (KGZ) et le Tadjikistan (TJK). L’analyse de Jozan exclut le TJK pour se concentrer sur la relation entre le KGZ et l’UZB, le premier disposant du barrage de Toktogul situé sur la rivière en amont, le second utilisant l’eau en aval pour irriguer sa production de coton. Ce choix reflète aussi l’expertise internationale qui a besoin d’identifier un jeu à deux joueurs afin de pouvoir modéliser un équilibre coopératif entre les États dans le but de prévenir les tensions.

Pour décrire les interactions au sein de cette région mais également son évolution historique, Jozan mobilise un certain nombre de concepts propres à la « sociologie de l’acteur réseau » (SAR) développée par Michel Callon et Bruno Latour, prolongée entre autres auteurs par Susan L. Star et James R. Griesemer. Le titre lui-même se réfère à la notion de cadrage-débordement de  Callon tout en faisant preuve de beaucoup d’ironie puisque la mer d’Aral, alimentée par le Syr-Darya dont la Naryn est un affluent, a officiellement été reconnue comme morte en 2001.

Quand l’eau déborde les frontières.

Lorsqu’un cours d’eau traverse une frontière, l’utilisation qui en est faite par un État situé en amont affecte celle qui pourra en être faite dans les États en aval. Cette évidence peut, le cas échéant, constituer un motif de conflits interétatiques. Ainsi lorsqu’un barrage est construit en amont pour produire de l’électricité, il affecte la quantité d’eau disponible pour l’irrigation en aval. Dans ce cadre, les changements saisonniers du débit, combinés aux cycles biologiques des cultures, peuvent accentuer les conflits d’utilisation.
La Naryn, dont l’eau provient de la fonte des neiges des montagnes kirghizes, a ainsi un débit plus faible en hiver quand une grande partie de l’eau est encore sous forme solide. Mais c’est à cette période que les besoins en électricité sont les plus forts. Il est donc nécessaire de disposer d’une réserve en eau liquide pour les satisfaire par des lâchers qui feront fonctionner les turbines du barrage. Plus généralement, un réservoir d’eau rend pilotable la production d’électricité, une énergie qui ne se stocke pas. Le barrage permet sa formation lorsque les neiges et glaces commencent à fondre. Or c’est également à cette période qu’une culture comme le coton a le plus besoin d’eau.
Au regard de ces éléments, l’UZB semble dépendre fortement de son voisin. Or ses exportations de coton sont capitales puisqu’elles assurent l’essentiel de ses rentrées de devises. Mais l’eau ne manque pas dans la région, l’Asie centrale. Tout au long de son livre, Raphaël Jozan insiste sur ce fait. La vulnérabilité présumée n’existe que dans les frontières d’un laboratoire de recherche. Le KGZ n’a en réalité qu’un pouvoir incomplet sur les eaux du Syr-Darya. Il ne pourrait en contrôler que 53% du débit moyen par l’intermédiaire des ouvrages hydrauliques construits sur son principal affluent, la Naryn. Par ailleurs, la rivière n’est pas la seule source d’alimentation en eau de la vallée. Outre les précipitations, même faibles en UZB, et les réserves d’eau souterraines, le Syr-Darya, long de 2 200 km est alimenté par 1 907 rivières. Une partie provient du TJK voisin, principal château d’eau du bassin de l’Aral qui alimente en grande partie le deuxième grand fleuve de l’Asie centrale, l’Amou Darya situé plus au sud. Les lignes à haute tension, qui pourraient permettre au KGZ d’exporter son surplus de production électrique jusqu’à Douchanbé la capitale tadjik, passent en outre par le territoire ouzbek. Elles confèrent ainsi au pays un atout supplémentaire dans une négociation avec le KGZ. Un projet de ligne à haute tension dont le tracé traverserait uniquement le territoire kirghiz en longeant la frontière ouzbek jusqu’au TJK est d’ailleurs à l’étude aujourd’hui.

Malgré ces différents points, c’est à partir de ce que Jozan appel « le gospel de la pénurie d’eau » que sont conçues les modélisations de l’expertise internationale au cours des années 1990. Elles débouchent sur la signature d’un traité de coopération entre les deux États en 1998. Ce traité engage le KGZ à laisser passer suffisamment d’eau et l’UZB à compenser les pertes en électricité en livraison de gaz. Mais, très rapidement, les difficultés du KGZ à payer le gaz, liées à une mauvaise conjoncture, révèlent le faible degré de réalisme de ce modèle coopératif et l’UZB suspendra ses livraisons sans crainte de représailles. Jozan avance alors que la représentation issue des modèles tient moins par son réalisme que par la conjonction des intérêts qu’ils permettent de lier.

La guerre de l’eau n’aura pas lieu.

L’histoire de la vallée nous fournit d’autres éléments de compréhension. La culture du coton est apparue dans la Ferghana avant la révolution bolchevique sous l’impulsion du tsar au service de sa stratégie d’industrialisation du pays. Mais elle ne s’est pas encore imposée puisque seul 15 % des surfaces irriguées lui sont attribués. Suite à la crise de 1929, la planification quinquennale soviétique puis la division du territoire en régions productrices spécialisées l’installe comme la première production de la vallée. Elle passe par une intégration du système d’irrigation, jusque-là organisé en îlots séparés autour des plus petits affluents de la Naryn en raison de l’incapacité techniques des habitants à maitriser les cours d’eau plus larges. Le creusement de grands canaux transversaux puis la construction de barrages qui accompagnent la collectivisation des terres réorganisent le territoire. Au-delà des économies d’échelle qu’elle permet de réaliser, l’intégration d’un système technique à cheval sur des espaces politiques multiples, les républiques autonomes, renforce la légitimité du pouvoir moscovite qui endosse un rôle de coordinateur en surplomb. À la chute de l’Union soviétique, le système technique est toujours en place, la culture du coton aussi, mais le siège du coordinateur reste vacant. La crainte d’une guerre de l’eau apparaît à cette occasion.
         Déjà entamée après l’accident de Tchernobyl en 1986, l’Union soviétique poursuit son ouverture à la coopération internationale durant la fin des années 1980. Le rapport Brundtland qui consacre la notion de développement durable donne l’occasion de faire de l’assèchement de la mer d’Aral un nouveau sujet d’association entre chercheurs occidentaux et soviétiques. Cette dynamique continue après l’implosion du bloc de l’Est. L’ambition abstraite de sauver la mer d’Aral, consensuelle et mobilisatrice, doit désormais se traduire en actions concrètes potentiellement plus clivantes. L’identification d’un point de passage obligatoire (PPO) vers lequel convergeraient les intérêts du KGZ de l’UZB, ainsi que ceux de l’appareil d’expertise international, est nécessaire. Le « gospel de la pénurie d’eau » justifie la nécessité de gérer l’eau. Cet objectif est propice à la création de projets de développements hydrauliques auxquels chacun trouve intérêt. Le PPO est trouvé, le souhait louable de sauver la mer d’Aral s’efface peu à peu derrière lui.
     Qu’importe, l’expertise internationale reprend la place laissée vacante par l’Union soviétique. Elle oriente la gestion de la ressource. Les soutiens du consensus de Washington ont désormais un pied dans les anciennes républiques, espérant définir les stratégies de transition des États nouvellement indépendant. C’est notamment sous l’égide de l’US Aid puis de la Banque Mondiale (BM) que sont réalisés plusieurs modèles.
Mais Jozan, qui tout au long de son livre remet en cause les thèses diffusionnistes comme outil d’explication des évolutions qu’a connu la vallée, rappelle que la construction de cette représentation qui sous-tend les modèles ne se fait pas sans le consentement des États. Pour eux, elle est la possibilité d’obtenir des financements qui continueront à faire vivre une administration spécialisée dans le domaine de l’eau malgré la disparition de l’Union soviétique. Au KGZ auquel les modèles attribuent le rôle de centrale électrique, l’argent sert à la construction et à l’entretien des barrages. En UZK, pays agricole, il est utilisé pour moderniser un réseau d’irrigation inefficace jugé responsable du sort de l’Aral.
Au-delà de la reconnaissance internationale, la représentation hydraulique confère aux républiques l’opportunité d’ancrer un peu plus leur souveraineté sur le territoire national en montrant ce qui appartient à l’État. Elle tend ainsi à construire un bloc de décisions unifiées conforme aux hypothèses des  modèles. Au KGZ, outre le dessin du barrage de Toktogul sur le billet de 100 soum, elle passe aussi par une tentative de tarification de l’eau qui provient des montagnes, seule ressource naturelle du pays. Mais, comme on l’a vu, celle-ci est peu contrôlée et l’échec de cette tentative se concrétise par une dénonciation du traité de 1998 créatrice de tensions. En 2000, la frontière qui sépare les deux pays voisins est même fermée et minée par l’UZK.
Ce contexte tendu offre à Islam Karimov, le président ouzbèk, la possibilité d’assoir son autorité sur la région de la Ferghana. Le pouvoir craint d’y voir se propager un mouvement islamiste hostile aux élites postcommunistes comme au TJK toujours instable malgré la fin de la guerre civile en 1997. L’inquiétude est renforcée par les perspectives d’alliances qu’offre un tel mouvement. Les élites locales dans la vallée gagnent en autonomie par rapport au système administré via un réseau de contrebande de coton organisé de part et d’autre de la frontière avec le KGZ. Ce réseau a d’ailleurs échappé aux experts internationaux alors qu’il contribue largement au succès de l’agriculture kirghize que la BM met sur le compte de la libéralisation. Longtemps, Karimov réprimera intégristes religieux  et opposants modérés sans distinction. Le massacre d’Andijan en 2005 est devenu un exemple tristement célèbre de cette répression, ce qui amène Jozan à déplorer un aveuglement matérialisé par des travaux de modélisation erronés et déclencheurs d’effets pervers.
        Cependant, ce sont moins les erreurs de cadrage de la modélisation qu’il fustige que la réponse apportée aux problèmes. Car même présents sur le terrain, les experts passent à côté de certaines réalités qui leur sont cachés par un troisième niveau d’acteurs, les autochtones de la Ferghana, qui ont investi les interstices du cadre pour y développer leur propre système économique comme il le faisait déjà du temps de l’Union soviétique. En plus du réseau de contrebande évoqué plus haut, il y a d’autres exemples ne cadrant pas avec la représentation officielle. La culture de maïs fourrager au milieu du coton ouzbèk n’apparaît dans aucune statistique. Le maïs utilisé pour nourrir les troupeaux locaux est une forme de salaire qui fausse totalement les calculs portant sur l’efficacité de l’irrigation en UZB. Les statistiques, carburant des modèles, jouent alors le rôle d’objets frontières dans la mesure où, d’apparence rigide, leur production laisse en fait la place à suffisamment de souplesse pour faire coexister des systèmes de valeurs différents. C’est la manifestation supplémentaire qu’il existe un réseau d’intérêts suffisamment stable pour prouver que la guerre de l’eau n’aura pas lieu.


1 réflexion sur « [Compte rendu] Conflictualité et ressource en Etats centrasiatiques »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.