[Evènement] Fukushima, dix ans après la catastrophe

Ce 11 mars 2021 marque la première décennie écoulée depuis la catastrophe nucléaire de Fukushima Daiichi, conséquence du tsunami ayant touché le Nord-est du Japon. En commémoration, l’association franco-japonaise Asuka propose un évènement en ligne, permettant de recontextualiser les enjeux sociaux, éthiques et environnemntaux du développement de la filière nucléaire, toujours d’actualité sur l’archipel.

Déroulement de l’évènement

Diffusion du film Le géographe et l’île de Christine Bouteiller, en accès libre du 11 mars 2021 à 00h01 au 14 mars 2021 à 23h59, heure française, avec le mot de passe Iowa2021.
Lien du film pour visionnage  : https://vimeo.com/507702860
Conférence de Christine Bouteiller (réalisatrice), Philippe Pelletier (protagoniste) et Etsuko Shoji (traductrice et harpiste), animée par Janick Magne (en français).

Un message de la part de l’association permet de situer brièvement les conséquences de la catastrophe sur le territoire, et de l’actualité des tensions face à la politique pro-nucléaire du gouvernement, exposés par l’étude de terrain à la base du documentaire proposé.

Chères participantes, chers participants,

Nous vous remercions sincèrement de participer à notre événement en ligne.

Malgré la situation sanitaire, nous ne pouvons manquer de commémorer la triple catastrophe qui a eu lieu au Japon en 2011. 10 ans déjà se sont écoulés depuis l’accident de Fukushima Daiichi.
Le grand tremblement de terre de l’Est du Japon, le tsunami et l’accident de la centrale nucléaire TEPCO (Tokyo Electric Power Company) à Fukushima Daiichi se sont produits le 11 mars 2011. Dix ans plus tard, alors que l’on parle au Japon de ≪ reconstruction ≫, de nombreuses personnes sont toujours confrontées à l’accident nucléaire, dont les conséquences sont largement invisibles à l’œil nu mais bien réelles. Les matières radioactives dispersées dans l’air, le sol et l’eau au moment de l’accident ont instantanément et durablement détruit la vie des gens.
Malgré ces circonstances intolérables, un projet de nouvelle centrale nucléaire porté par la Compagnie d’électricité CEPCO (Chūgoku Electric Power Company) à Kaminoseki, à 60km de la ville de Hiroshima, est maintenu. Le projet prévoit d’implanter les réacteurs dans la baie de Tamoura, face à la petite île d’Iwaishima, à quatre kilomètres seulement de ses côtes. Les habitants d’Iwaishima résistent contre ce projet depuis 1982. Pourquoi cette opposition acharnée ? Pour préserver la nature, la culture locale et le mode de vie traditionnel que Philippe Pelletier, professeur de géographie de l’université de Lyon, nous donne à découvrir dans ce film.

Association ASUKA – Accueil (asuka-association.org)



Citer ce billet
Un-e membre du RGL (2021, 11 mars). [Evènement] Fukushima, dix ans après la catastrophe. Réseau des Géographes Libertaires. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tp6n

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.