[Ouvrage] Compte-rendu : La Collapsologie en question

Compte-rendu par Thibault MICHEL du livre
Effondrement & capitalisme vert,
la Collapsologie en question
de Philippe PELLETIER (2020, Paris, Nada, 350 p.)

Dans cet ouvrage, Philippe Pelletier présente une vision critique du courant écologiste à travers une analyse de sa forme extrême, la collapsologie, qui s’inscrirait dans un processus d’évolution, et non de remise en question, de la forme de domination que constitue le capitalisme.

Pour sa démonstration, il s’appuie largement sur le livre de Pablo Servigne et Raphaël Stevens Comment tout peut s’effondrer : Petit manuel de collapsologie à destination des générations présentes (2015, Seuil) ainsi que sur les références mobilisées par les deux auteurs. La définition retenue de l’effondrement, concept fondamental de la collapsologie, est celle du Dictionnaire Critique de l’Anthropocène (2020, CNRS Éditions) : « […] le scénario d’une disparition de la société industrielle à l’échelle planétaire […]»

Philippe Pelletier est enseignant chercheur en géographie et militant anarchiste. L’influence de ce courant de pensée imprègne son texte qui ne conteste pas l’importance d’une réflexion écologique mais la forme qu’elle prend dans la mesure où celle-ci permettrait au mode de domination en place de perdurer et même, à ceux qui en bénéficient, d’étendre leur pouvoir.

Les racines de la collapsologie : Entre monothéisme et eugénisme.

            La notion de croyance est inhérente à la collapsologie. On la retrouve notamment dans la phrase du philosophe Jean-Pierre Dupuy : « Nous ne croyons pas ce que nous savons », souvent reprise par Pablo Servigne. Ainsi nous devrions croire à l’effondrement et voir dans un certain nombre de faits, aux explications pourtant multiples, sa manifestation. Cette injonction provient selon Pelletier de l’ancrage du monos, ce besoin d’une explication unique, d’une cause des causes, dans l’inconscient occidental, lui-même largement expliqué par l’influence des religions monothéistes au cours de notre histoire. A ce titre, le récit de l’effondrement n’est pas sans rappeler le déluge ou l’apocalypse qui sont des mythes largement présents dans les trois grandes religions. Aussi ne faut-il pas être surpris de voir ce qu’on peut considérer comme la première formulation rationnelle de l’effondrement être fournie par un pasteur en la personne de T.R. Malthus au XIXème siècle. De nos jours, d’autres personnalités comme Al Gore ou Pierre Rabhi qui ne cachent pas leur foi, actualisent un discours séculaire, cette fois-ci en utilisant la science. Cependant, pour Pelletier, en cherchant à voir dans la réalité la preuve de ce en quoi ils croient déjà, leur analyse souffrirait d’un biais de confirmation.

            La théorie malthusienne centrée sur les conséquences néfastes d’une augmentation de la population pour le développement se trouve contredite par l’histoire du XIXème et de la première moitié du XXème siècle. Pourtant, au sortir de la Seconde Guerre Mondiale, elle va se réincarner et acquérir une notoriété nouvelle à travers les œuvres de deux auteurs : La Planète au pillage de H. F. Osborn en 1948 et La Faim du monde de W. Vogt en 1950. Ces deux auteurs attirent l’attention sur la limite des ressources disponibles sur terre et préconisent, tout comme Malthus, des politiques de contrôle démographique plus ou moins actives. Un peu plus tard, en 1954 et 1968, dans le contexte de la décolonisation, deux nouveaux livres, La Bombe Population et la Bombe P paraissent et poursuivent la vulgarisation des thèses malthusiennes.

            Mais ce néomalthusianisme est issu du courant eugéniste américain, comme le montre Pelletier en détaillant le parcours de ces différents auteurs qui tentent de réhabiliter cette branche du social-darwinisme discréditée par le nazisme. Dès lors, les constats faits amènent à des propositions logiques au sein du cadre idéologique de la « lutte pour l’existence » construit par Darwin. À l’échelle internationale, il conviendrait de renforcer la puissance des États-Unis en évitant une concurrence démographique des pays du Tiers Monde tout en s’immisçant dans leur politique de développement. À l’échelle nationale, de maintenir la domination des WASP sur la société américaine.

            Cependant, malgré un accroissement de la population supérieur aux pronostics de ces différents auteurs qui voient parfois concrétiser les difficultés prédites, ces dernières sont surmontées dans les PED. Face à ce constat, l’argumentaire basé sur le contrôle de la croissance démographique perd de sa puissance. La question climatique et les enjeux de biodiversité vont alors apparaître pour le renforcer.

La collapsologie : l’outil d’un programme politique.

            Dans une récente vidéo Pablo Servigne déclarait au sujet de l’effondrement: « Ce message, il a touché tout le spectre politique. Pour moi c’était une victoire. On voulait toucher tout le monde. Des gens d’extrême gauche, d’extrême droite, d’extrême centre vont prendre le message à leur manière et c’est normal. » Au regard de cette déclaration, on peut donc considérer que l’avenir est ouvert selon qu’un groupe ou une autre mobilise efficacement ce discours pour rassembler derrière son projet. Dans la même vidéo, Servigne qui évoque également la possible émergence d’un capitalisme vert sans bien le définir, cite David Holmgrem pour esquisser les futurs qu’il entrevoit. Ce dernier distingue deux scénarios : le « Green-Tech » et le « Brown-Tech ». Le premier éviterait l’empilement énergétique et permettrait une vraie transition dans un cadre démocratique et décentralisé. Le second verrait le modèle continuer de se baser sur l’extraction de ressources non renouvelable quoi qu’il en coûte d’un point de vue environnemental en maîtrisant les conséquences sociales par une politique autoritaire, le « brown » faisant ici référence au fascisme.

Si on sait que le capitalisme s’accommode très bien d’un régime ouvertement autoritaire, Pelletier envisage un scénario au profit des tenants de l’ordre établi qui ne ferait pas l’objet d’une rupture mais d’une reconfiguration et dans lequel la réduction de la démocratie serait présente, de façon plus insidieuse. Elle se ferait essentiellement via des organismes de gouvernance internationale à portée environnementale comme le GIEC ou le WWF. Fondé à l’origine par l’Occident, ces institutions non démocratiques mais auréolées d’une légitimité scientifique, imposeraient alors leurs stratégies de transition en fonction des intérêts des secteurs y étant représentés et seraient relayées à l’échelle nationale par les États. La nécessité de préserver la nature ainsi que le climat s’intègrerait dans un objectif plus large de survie de l’espèce qui nous concernerait tous et participerait à légitimer ce processus en occultant la lutte des classes ainsi que la responsabilité des dominants dans la problématique à résoudre.

Dans ce schéma, Pelletier reproche aux collapsologues d’être l’avant-garde de ce qu’il nomme le capitalisme vert. En effet, ce discours fondé sur la crainte d’un effondrement favoriserait la résignation de l’opinion au maintien d’une élite légitime pouvant alors protéger le fondement de son mode de domination par la production, les ressources. A ce titre, l’ambiguïté de Servigne qui prône le développement de communautés autonomes tout en insistant sur l’urgence d’une situation nécessitant une réponse coordonnée, donc étatique, entretient le doute quant à l’effet du récit de la catastrophe sur la concentration du pouvoir. Dans la postface du livre, Pelletier mobilise l’exemple de la crise de la covid-19 pour illustrer le consentement d’une population à abandonner des libertés dans un contexte anxiogène. Abandon qui accroît le pouvoir de l’État pour lequel l’entrée dans le droit commun de mesures d’exception est le moyen de conserver ce surplus d’autorité.

La campagne du référendum scientifique.

            Bien que la notion de « gouvernement des savants », que l’on doit à Mikhaïl Bakounine, ne soit explicitement mentionnée que dans la postface, l’importance du rôle accordé par Pelletier aux « experts » dans la construction du capitalisme vert renvoie à cette idée. Plusieurs chapitres déclinent alors la critique du consensus scientifique sur les questions environnementales sous trois axes : l’évaluation, la tendance et les impacts. En répertoriant un certain nombre d’avis divergeants sur les thématiques du climat, de l’eau ou de la biodiversité, il montre que le consensus, ainsi que le laisse entrevoir la définition du terme, n’est pas une vérité incontestable, mais seulement un accord du plus grand nombre sur un sujet donné.

Par exemple, de nombreuses pages sont consacrées au discours dominant sur le climat. Pelletier interroge ainsi la notion même en questionnant la pertinence de la logique de moyennisation qui préside à sa formation. L’idée de température globale n’aurait pour lui pas de sens car elle n’existe concrètement pour personne. Des lieux se refroidiraient, d’autres se réchaufferaient et rien n’implique que la géographie des activités humaines ne pourrait s’adapter quand bien même à l’échelle du globe on observerait un réchauffement. Cette capacité relève de choix politiques donc humains et contraste avec le fatalisme associé à une élévation de la température moyenne. En outre, la question de la mesure est centrale et sujette à débat. En effet par exemple, l’emplacement des stations météos a une influence considérable sur les relevés effectués. Les données ne seront pas les mêmes selon qu’une station soit placée sur l’adret ou l’ubac d’une montagne ou à proximité d’un îlot de chaleur urbain. Se jugeant lui aussi comme le commun des mortels peu apte à trancher, l’auteur déplore alors ce contre quoi Bakounine mettait déjà en garde : le monopole d’une caste de savants sur des éléments de réflexion qui prive les individus de leur faculté à questionner leurs discours, et, par extension, l’influence de ceux-ci sur leur liberté.

De manière générale, l’auteur ne remet pas en question la méthode scientifique mais la juge dévoyée. Il fustige l’introduction du principe démocratique dans la science car la validité d’une théorie ne devrait pas être protégée d’une remise en cause par le degré d’adhésion qu’elle suscite.

Pelletier soulève également un débat transversal sur l’indépendance des chercheurs qu’il se refuse à considérer hors de l’influence du contexte social au sein duquel ils évoluent. L’étude du parcours des membres du Club de Rome, des rédacteurs du rapport Meadows, du GIEC, du WWF de l’UICN etc… lui fournit l’occasion d’avancer que les buts poursuivis par ces organismes moteurs ne sont pas coupés de toute considération politique et idéologique. Il insiste particulièrement sur l’importance des liens avec l’industrie du nucléaire qu’entretient une partie de ces institutions qu’il juge fondamentale dans la place accordée à l’objectif de réduction des gaz à effet de serre.

Pelletier dénonce aussi une forme de terrorisme intellectuel qui s’étend à toute la communauté scientifique via les centres de recherches les plus influents. Ceux qui contestent des éléments du discours dominant se voient indifféremment accusés de climatoscepticisme ou de complotisme et leur impartialité est mise en doute. Les emails révélés par le Climate Gate sont une bonne illustration des mécanismes à l’œuvre dans le monde scientifique tendant à favoriser la recherche d’une confirmation du paradigme. L’utilisation de l’indice de citation pour juger de la valeur d’un chercheur constitue un autre exemple d’éléments pouvant contribuer à un effet de réseau au sein de la littérature scientifique. Enfin, le conditionnement des financements à l’accord des thématiques d’étude avec l’agenda politique ou les intérêts économiques ne laisse aucun doute sur la nécessité de se questionner sur l’indépendance de la science.

3 mars 2021, Thibault MICHEL.



Citer ce billet
Un-e membre du RGL (2021, 10 mars). [Ouvrage] Compte-rendu : La Collapsologie en question. Réseau des Géographes Libertaires. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tp6m

Une réflexion sur « [Ouvrage] Compte-rendu : La Collapsologie en question »

  1. Ce serait intéressant de savoir si le questionnement de Pelletier sur la pertinence scientifique des approches courantes des sciences de climat font l’objet ou non d’un débat proprement scientifique en particulier quand je lis :
    “de nombreuses pages sont consacrées au discours dominant sur le climat. Pelletier interroge ainsi la notion même en questionnant la pertinence de la logique de moyennisation qui préside à sa formation. L’idée de température globale n’aurait pour lui pas de sens car elle n’existe concrètement pour personne. Des lieux se refroidiraient, d’autres se réchaufferaient et rien n’implique que la géographie des activités humaines ne pourrait s’adapter quand bien même à l’échelle du globe on observerait un réchauffement. Cette capacité relève de choix politiques donc humains et contraste avec le fatalisme associé à une élévation de la température moyenne. En outre, la question de la mesure est centrale et sujette à débat. En effet par exemple, l’emplacement des stations météos a une influence considérable sur les relevés effectués. Les données ne seront pas les mêmes selon qu’une station soit placée sur l’adret ou l’ubac d’une montagne ou à proximité d’un îlot de chaleur urbain. ”

    Autrement dit les climatologues font de la mauvaise science ? Intéressant, mais est ce que c’est autre chose que du climato-septicisme sans appui critique sérieux (ex : articles dans revue à comité de lecture de personnes compétentes sur le sujet) ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.