[Critique] ÉPIPHANIE, MENSONGES ET OMISSIONS

La question climatique est de plus en plus fréquemment abordée et discutée dans la presse généraliste. Le plus souvent, avec approximations, au service d’une couverture idéologique, liée aux enjeux de la production énergétique. Philippe Pelletier propose ici une relecture critique d’un récent article reprenant les écrits du Rapport Meadows.

Le sommaire du numéro 3711 du magazine Télérama daté du 27 février au 5 mars 2021 annonce un article intitulé « Les quatre mousquetaires de la terre : dès 1972 quatre étudiants du MIT annonçaient la catastrophe climatique, et n’ont pas été écoutés » (sommaire p. 8, article p. 16-21). Grâce à un encart, cet article explique dans quel contexte politique il se situe : « Que vont devenir le rapport de la Convention citoyenne pour le climat et ses 149 propositions ? ». La macronie est en effet en train de concocter une « loi climat ». Tout ce qui peut nous aider à comprendre les enjeux sur ces questions malgré tout complexes est le bienvenu. Notons au passage que la seule proposition vraiment intéressante de cette « convention » était la réduction du temps de travail pour qu’on puisse davantage se consacrer à la vie de la cité et qu’elle a été aussitôt écartée.
Mais cet article de Télérama nous emmène dans une tout autre direction constituée de demi-vérités, de mensonges et d’omissions. Ce qu’il ne dit pas est aussi important que ce qu’il prétend. Il tourne autour de ce qui serait « l’histoire d’un rendez-vous manqué » (sic) en 1972 : la publication du « rapport Meadows ».

Or loin d’être « manqué », ce rapport va être vendu à dix millions d’exemplaires et traduit en trente-six langues. Il n’a rien d’un opuscule publié par un groupuscule contestataire relégué au fond d’une étagère. Il devient en effet le principal argumentaire aux allures scientifiques dont avait besoin l’« écologie politique » (écologisme) en route vers le capitalisme vert. Il fait toujours parler de lui puisque les collapsologues s’y appuient encore sans aucun esprit critique pour décliner leur discours catastrophiste sur la fin du monde.
Le titre du sommaire de Télérama frôle en outre l’escroquerie puisque le rapport Meadows ne parle pratiquement pas du climat. Et quand il le fait, à une seule reprise et en un seul paragraphe, c’est la confusion (p. 185 et 187 de l’édition française chez Lattès, 1972).
Remarquons d’emblée qu’il l’aborde dans un sous-chapitre nommé « Croissance exponentielle de la pollution » dont l’intitulé pose déjà deux problèmes : 1/ la croissance est-elle intrinsèquement exponentielle ? (NB : même débat et même enjeu à propos de l’analyse de l’épidémie de covid-19) ; 2/ le climat est-il une « pollution » (et réciproquement) ?

Comme ce paragraphe n’est pas très long (dix-huit lignes sur un livre de 320 pages, cela ne mérite pas de prétendre que ses auteurs « annonçaient la catastrophe climatique »), on peut en donner un premier extrait : « En vertu des lois de la thermodynamique, la majeure partie de l’énergie utilisée par l’homme est restituée au milieu ambiant sous forme de chaleur. Venant d’une source d’énergie autre que le rayonnement solaire, cette chaleur réchauffe l’atmosphère soit directement, soit par l’intermédiaire des fluides de refroidissement : généralement l’eau. Cette eau de refroidissement est souvent déversée dans les rivières et la “pollution thermique“ détruit, en certains cas, l’équilibre de la vie aquatique. La chaleur rejetée dans l’atmosphère engendre la formation d’“îlots de chaleur“ urbains, on y relève de nombreuses anomalies climatiques. La pollution thermique peut avoir une influence importante sur le climat, à l’échelle mondiale, lorsqu’elle atteint un pourcentage notable de l’énergie solaire normalement absorbée par la terre ».

Reprenons les différents points.
– « La majeure partie de l’énergie utilisée par l’homme est restituée… » : oui (mettons de côté ce générique « par l’homme » qui met sur le même plan la multinationale du pétrole et le citoyen lambda). – « Cette chaleur réchauffe l’atmosphère… » : le rapport Meadows laisse entendre que c’est généralisé ce qui est à démontrer, et la question se pose déjà à l’époque (cf. infra).
– « … la “pollution thermique“ détruit, en certains cas, l’équilibre de la vie aquatique… ». Cette vaste question ne fait pas consensus savant. Sa généralisation pose problème (d’ailleurs : « en certains cas »). Notons l’ambiguïté de l’expression « pollution thermique » car quand un cours d’eau se réchauffe (mais à combien de degré ?) lors d’une canicule ou qu’il se refroidit à la suite d’un coup de froid (le Mississipi qui gèle à des latitudes inhabituelles en février 2021), s’agit-il de « pollution » ? « Pollution » car d’origine humaine ou « pollution » parce que « changement » ? Quant au concept d’« équilibre » à propos de la nature, il ne fait pas l’unanimité savante et il est très lesté idéologiquement.
– Enfin, clou du paragraphe, l’explication des « îlots de chaleur » urbains, qui certes existent, est totalement fantaisiste. Cette élévation de température est due non pas au « chauffage » ou aux « pollutions », mais à la réverbération des rayons solaires sur des sols artificialisés, des murs (aux couleurs souvent propices à l’albédo) ou des toitures. Elle est de surcroît minime : ± 1° C. Pas de panique ! (songeons aux écarts de température au sein d’une même journée).

Le journaliste de Télérama peut donc aller se rhabiller avec ses « quatre mousquetaires » du climat. Mais ce n’est pas tout. Il y a dans le rapport Meadows deux points très intéressants, qui sont complètement occultés par l’article.
Le premier est la référence donnée à propos de « la pollution thermique » : il s’agit d’un article de John P. Holdren de 1971, extrait d’un livre dirigé par Holdren et Paul Ehrlich. Or, à cette époque, Holdren, Ehrlich et d’autres scientifiques comme Stephen Schneider théorisaient le global cooling, autrement dit le « refroidissement global » (c’est d’ailleurs ce qu’on m’avait appris quand je commençais mes études de géographie à l’université dans mon module de climatologie). C’est facile à vérifier. Le second est le début du paragraphe que le rapport Meadows consacre au climat : « Si les besoins en énergie étaient un jour couverts par l’énergie nucléaire au lieu de l’être par les combustibles fossiles, l’augmentation de la concentration en C02 cesserait vraisemblablement et ceci, on espère, avant que ne se manifestent des effets climatologiques ou écologiques mesurables à l’échelle mondiale » (p. 185). Extraordinaire ! Vous avez bien lu : l’énergie nucléaire va nous débarrasser du CO2 et résoudre la question climatique. CQFD. Tout est déjà écrit en 1972.

C’est là que le propos du journaliste de Télérama devient crucial. L’article omet soigneusement ce passage — qui aurait été, il est vrai, une drôle de façon de commémorer les dix ans de Fukushima, les « mousquetaires » étant davantage vendeurs. En outre, il ne nous dit qu’une seule chose concernant les commanditaires du rapport Meadows, le Club de Rome, à savoir que celui-ci « n’a d’abord rien voulu entendre » (toujours la posture religieuse du prophète incompris).
Ce « d’abord » est faux. Car en s’adressant au MIT, le Club de Rome savait qu’il allait répondre à sa feuille de route. Et la suite est tout aussi fausse, puisqu’il a appuyé toute sa gouvernance mondiale sur le rapport Meadows. Il a été très bien « entendu ».
Je n’insiste pas sur la formation et la composition du Club de Rome, dont René Dumont disait lui-même qu’il s’agissait d’un « club de capitalistes » sans d’ailleurs en tirer les conséquences. Ce club fonde la matrice organisationnelle du capitalisme vert. Je vous renvoie à Effondrement & capitalisme vert (Nada, 2020) qui en donne les détails.
Je prie au passage chacune et chacun de vérifier tout ce que j’affirme, de vraiment lire aussi le rapport Meadows crayon à la main. Je n’insiste pas non plus sur le concept de « croissance » et la vision unilatérale et linéaire de l’« exponentiel », faussée et trompeuse. Toute cette équipe du MIT était composée de mathématiciens et de cybernéticiens obnubilés par les modèles de prospective dont on connaît les limites (cf. la covid-19).

Au-delà du climat, l’ensemble du rapport Meadows, à part quelques exceptions, se plante pratiquement sur tous les sujets (hydrocarbures, minerais, démographie, agriculture…), sauf sur… le nucléaire. Car ses membres ainsi que, rapidement, le Club de Rome sont des partisans résolus de l’électro-nucléaire… Vous savez, cette énergie faiblement émettrice de gaz à effet de serre qui va « sauver le climat » (et nous avec).
L’argument climatologique du nucléaire est utilisé de nos jours par le gouvernement japonais d’Abe Shinzô et son successeur Suga Yoshide pour rouvrir les centrales nucléaires japonaises. Il l’est par Nicolas Hulot quand il était ministre français de la Transition écologique. Hulot acte en effet « le report de l’objectif 2025 » prévu pour le programme nucléaire civil français, afin de respecter les « objectifs climatiques » (sic) et les accords de Paris de la COP21, pensant « très probablement à 2030 ou 2035 » (Le Monde, 7 novembre 2017). Le délai est finalement repoussé en « horizon 2035 » par le Premier ministre Édouard Philippe (Le Figaro, 5 septembre 2018). Autant dire aux calendes grecques.

Enfin, le magazine chrétien de gauche Télérama peut bien chercher à nous faire pleurer sur « l’épiphanie » écologiste de Jorgen Randers, l’un des deux survivants des auteurs du rapport Meadows, mais il abuse dans sa présentation du personnage. Il affirme qu’à l’époque, Randers était « étudiant » alors qu’il était déjà chercheur bien payé par le MIT et l’équipe de Jay W. Forrester qui travaillait pour le système SAGE de missiles de l’armée américaine (un écolo-pacifiste probablement…).
Il signale quand même que Randers est « devenu président de la Norwegian Business School, l’équivalent d’HEC en Norvège » (probablement une variante des colibris de Pierre Rabhi), mais il oublie d’ajouter qu’il est également membre du comité exécutif de plusieurs entreprises : British Telecom, Dow Chemical Company, Tomra. Un capitaliste vert, quoi.

Ph. P., le 1er mars 2021



Citer ce billet
Un-e membre du RGL (2021, 7 mars). [Critique] ÉPIPHANIE, MENSONGES ET OMISSIONS. Réseau des Géographes Libertaires. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tp6l

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.