Séminaires Espaces Critiques 2020-2021

Deux séminaires Espaces Critiques sont programmés pour les 9 et 10 octobre prochain : « Imaginaires coloniaux de l’espace et réseaux de pouvoirs chez l’élite minière » avec Pauline Massé (intervenante) et Frédéric Ogé (discutant) ; suivi d’une journée de réflexion « Les trottinettes électriques, symboles des dérives néolibérales » avec l’intervention de Marion Nativel, des ateliers ainsi qu’un déjeuner partagé.

Imaginaires coloniaux de l’espace et réseaux de pouvoirs chez l’élite minière.

La politique de renouveau minier en France métropolitaine comme un processus de « colonisation intérieure » ?
 
Intervenante : Pauline Massé (Doctorante en géographie, UMR EVS) & Discutant : Frédéric Ogé (UMR PRODIG)
Date : Vendredi 9 octobre 2020 (9h30-12h
Lieu : 18 rue Chevreul, Lyon 7° // Salle 604
 
Ce séminaire propose de questionner la possibilité d’appréhender la politique dite de « renouveau minier » en France métropolitaine comme une forme de « colonisation intérieure » (Aldhuy, 2007 ; Lagarde, 2012) par l’État de certaines de ses marges territoriales. L’ethnographie du groupe d’acteurs soutenant cette politique – que nous avons désigné élite minière – a ainsi révélé diverses formes de colonialité sous-jacentes à la nouvelle mise en ressource de la Métropole. Elles interrogent plus globalement ce qui serait une dimension intrinsèquement coloniale de l’État français dans le champ des ressources minières.
Ces dimensions coloniales s’incarnent d’abord à travers certains processus juridico-institutionnels d’accaparement du territoire, appuyés sur une législation spécifique qui assure la propriété exclusive de l’État sur certaines matières premières et donc une gestion très centralisée, ainsi que sur les structures auxquelles appartiennent les individus de l’élite minière (issues de l’Ancien Régime et-ou de l’époque coloniale) comme sur leurs trajectoires individuelles (entre la France et l’étranger puis entre les secteurs public et privé, assurant la continuité des intérêts de l’État dans le secteur privé et vice versa).
Mais elles prennent également racine dans les manières qu’a l’élite minière d’appréhender les espaces concernés par la relance minière comme de la justifier. Celles-ci mettent en lumière certains imaginaires de l’espace, articulés autour des registres du développement et du désenclavement, puis de discours dissymétriques variés qui assurent la disqualification d’un territoire donné et de ses habitants (discours sur le « vide » et le « désert » vs. la mise en valeur du territoire par l’extraction minière ; valorisation de la science vs. une mise à distance du monde sensible ; etc.). Les pratiques professionnelles de l’élite minière se trouvent ainsi entrelacées à certains imaginaires coloniaux de l’espace qui les nourrissent et vice versa, participant de leur agir individuel et collectif dans le secteur minier.
Il s’agit alors d’interroger spécifiquement le rôle de la praxis géologique dans les processus coloniaux. Les géologues seraient, d’une certaine manière, les premiers colons : arpentant de fond en comble le territoire pour en décrire les formations terrestres, ils participent de sa (re)définition et de sa (re)construction à partir de leurs savoirs qui visent, entre autres, à mettre en valeur les ressources contenues dans son sous-sol en vue de leur exploitation. Cette mise en connaissance spécifique du territoire se trouve au cœur des processus qui légitiment son appropriation.
 

Les trottinettes électriques, symboles des dérives néolibérales

Date : Samedi 10 octobre 2020 (9h30-15h).
Lieu : Le Chat Perché, 29 rue Salomon Reinach 69007 Lyon.
 
Programme
9h30-10h : Accueil
10h-10h30 : « Trottina electrica des villes : profil d’une espèce envahissante » (Marion Nativel)
10h30-12h : Atelier de réflexion collective
12h-13h : Déjeuner partagé
13h-15h : Atelier écriture/dessin ou atelier enquête de terrain (photos/micro-trottoir) en vue d’une production collective (fanzine)
 
 
Apparues en 2017 dans le paysage urbain, les trottinettes électriques en libre-service semblent s’affranchir de toutes les contraintes jusque-là rencontrées par les modes de transports individuels (pollution, embouteillages, codes de la route) comme collectifs (contraintes horaires, surcharges, etc.). Leur capacité à parcourir des distances importantes, à des vitesses relativement élevées et sans dépense d’énergie physique conséquente en ont fait un mode de transport rapidement approprié et connaissant un succès important. 
Or, celui-ci a très rapidement montré son impact environnemental désastreux (durée de vie très courte, utilisation de métaux rares pour la fabrication et d’énergie nucléaire pour le fonctionnement, transport des trottinettes en camions d’un point à l’autre dans les villes …), alors qu’il est présenté par ses promoteurs comme une mobilité alternative aux transports polluants. Si elles génèrent des accidents et des conflits entre les différents usagers de l’espace public, les trottinettes électriques symbolisent surtout à plusieurs titres les dérives sociales, économiques et écologiques du système néolibéral : recours à des emplois précaires et ubérisés, culte de l’individualisme et refus de la responsabilité collective, privatisation de services publics (transports urbains), greenwashing, récupération de données personnelles et surveillance numérique… D’abord dépassés par le déploiement agressif des opérateurs, les pouvoirs publics se sont emparés du sujet et ont pris des mesures d’encadrement (voire plus restrictives), tandis que des citoyens, organisés en collectifs ou non, luttent contre le phénomène.
 
Dans ce cadre, le RGL propose une journée de réflexion collective autour de cet objet hybride dont la présence est importante dans les espaces publics et renvoie à des questionnements variés. Comment penser nos mobilités urbaines à l’ère de l’énergie « décarbonée » ? Comment réfléchir les circulations multiples et concurrentielles dans les espaces de fortes densités ? Quels modes de transport seraient-ils les mieux appropriés pour une circulation libre dans l’espace urbain ?
La journée s’organisera en plusieurs parties. Nous vous proposerons un exercice d’entraînement mental pour démarrer, afin de réfléchir collectivement à un état des lieux, aux problématiques comme à des solutions quant à la présence et aux impacts des trottinettes électriques en ville. Ensuite, plusieurs ateliers seront possibles selon les envies de chacun.e : des exercices d’écriture et de dessin ; des micro-enquêtes visant la récolte de paroles d’individus sur le sujet et quelques prises de photo. Soit une multitude de productions collectives visant à produire un fanzine commun autour des trottinettes électriques. 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.