Suite de l’atelier du RGL du 11 mai 2019

L’île de la Table ronde, un espace non pas « sauvage » mais « féralisé »

À la suite de l’atelier animé par un groupe du RGL lors du rassemblement Sauvons l’île de la Table ronde (samedi 11 mai 2019, à Solaize-Vernaison, parking de La Traille), voici quelques données géographiques de base.

L’île de la Table ronde, situé au sud de Lyon, fait en effet l’objet d’un projet de réaménagement qui suscite des oppositions. Un bref exposé de géographie peut permettre d’alimenter la pensée, le débat et l’action, en particulier pour réfléchir sur ce qu’on entend précisément par « nature », « naturel », « espace sauvage ». Autrement dit : « sauver » « quoi » pour « quoi faire ou être » ?

Le Plan de protection des risques, qui couvre une partie du périmètre du « Couloir de la chimie », impose le déplacement d’une pépinière d’une vingtaine d’hectares située à Feyzin, dont la relocalisation se ferait sur l’Île de la Table ronde.

L’espace rhodanien situé au sud de Lyon est anthropisé depuis les temps anciens. On a retrouvé une villa romaine à Feyzin (détruite depuis). Le Rhône était très emprunté comme voie navigable. La route entre Lyon et la Méditerranée est un axe de passage historiquement crucial et très fréquenté.

L’aménagement du fleuve par la CNR (Compagnie Nationale du Rhône), de 1962 à 1976, entraîne de nombreuses modifications :

– construction d’un barrage à Pierre-Bénite,
– ouverture d’un canal de dérivation très linéaire, où passe la navigation, en rive gauche du Rhône (à l’est)
– maintien d’un Rhône ancien (à l’ouest), en bas débit, qui rejoint le canal à la hauteur de Ternay.

Cet aménagement crée artificiellement l’île de la Table ronde, ou, plus exactement, elle réalise une nouvelle île de la Table ronde qui réunit d’un seul tenant, en plus grand et en le consolidant, un espace amphibie jusque-là morcelé en îles, îlots et lônes. Cela explique pourquoi cette nouvelle île est partagée entre différentes communes : Feyzin à la pointe septentrionale, Solaize au nord (dans l’axe du pont de Vernaison, et là où serait relocalisée la pépinière), Sérézin au sud et Ternay à la pointe méridionale.

Avant l’aménagement du fleuve par la CNR, le milieu est très différent. L’observation de cartes ou de photographies anciennes nous permet quelques constats.

Sur une carte de la commune de Vernaison en 1822, on trouve une île de la Table ronde, beaucoup plus petite que l’actuelle : c’est un espace de lônes (fig. 1).

Fig. 1 : L’île de la Table ronde et Vernaison en 1822

Il est partiellement boisé (recolorié en vert sur l’extrait ci-joint) ; le reste est en graviers, il y a quelques lambeaux pâturés. La carte antérieure de Cassini renforce cette impression d’une rive à buissons et fourrés, mais pas véritablement arborée…

Un four à chaux se trouve sur l’île, un autre sur la rive iséroise (cercles rouges sur le plan). Un peu au sud, près du confluent Ozon-Rhône, un autre four à chaux existait sur la rive même. Leur présence n’est pas étonnante car il n’y a pas de calcaire localement, lequel est donc importé par la voie fluviale, soit depuis le Bugey en amont, soit depuis le secteur de Crussols à l’aval. L’aulnaie locale a probablement été mise à forte contribution pour le combustible, car le bois d’aulne est très bon pour les chauffes vives.

L’endroit est boisé pendant la période des années 1880 (carte d’État-Major), mais quel boisement ? Il s’agit sans doute de « brotteaux » comme presque partout le long du Rhône à cette époque. C’est ce que confirme le croquis de Feyzin vers 1840 réalisé par l’historien Georges Saunier qui signale l’existence d’un lieu-dit « Les Brotteaux » et d’une « auberge des Brotteaux » qui se trouvaient à peu près à l’emplacement actuel de l’aire de service de Solaize sur l’autoroute A7 fig. 2).

Un bac à traille, que l’on voit sur la carte  de 1822, reliait la zone à Vernaison, donc celle-ci est fréquentée et probablement pâturée.

Fig. 2 : Croquis de la commune de Feyzin vers 1840 réalisé par Georges Saunier

Au cours des années 1950-1960, la zone est couverte par une forêt alluviale qui est exploitée, clairsemée par places et discontinue (présence de terres cultivées et vergers).

On a une impression de « timbres-postes » et de déprise (fig. 3 et 4).

Fig. 3 : Extraite de la carte IGN de Givors en 1957 au 1/50 000e
Fig. 4: Vernaison au début du XXe s.

Il s’agit donc d’un milieu et d’un paysage en constante évolution, comme toujours. C’est un espace ensauvagé, et non sauvage. Dans ce genre de cas, il semble pertinent d’employer le qualificatif de « féralisé », car la composition floristique est souvent encore très marquée par les usages anciens.

Philippe Pelletier, le15 mai 2019.

Remerciements aux géographes de l’université Lyon 2

Nicolas Jacob (2019) et Christian Valès (2003).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.