Réponse au texte de Thomas Moreau intitulé « Notes sur la segmentation capitaliste de l’espace » et publié le 3 décembre 2018 par le site Agitations

A débattre !

[Rubrique Textes en débat]

Voici une réponse de Ph. Pelletier au texte de Thomas Moreau intitulé « Notes sur la segmentation capitaliste de l’espace » et publié le 3 décembre 2018 par le site Agitations (texte à lire ici : https://agitationautonome.com/2018/12/03/notes-sur-la-segmentation-capitaliste-de-lespace/).

N’hésitez pas à poster des commentaires et réactions à cette prise de position personnelle visant à alimenter un débat d’actualité.

———-

Que la structuration de l’espace soit à la fois la traduction et l’action des classes sociales, et donc de leur division, semble évident. Ses formes contemporaines nécessitent cependant une révision (n’ayons pas peur du mot) de son approche théorique, étant entendu que la théorie ne doit pas être déclinée de façon déductive en dogme à partir duquel tous les faits empiriquement observés devraient lui obéir.
L’un des constats géographiques que l’on peut actuellement observer dans la plupart des pays est une reconfiguration du schéma binaire de la ville et de la campagne, schéma qui est notamment véhiculé par Marx et ses épigones (d’ailleurs, pour Marx, dans un sens plutôt abstrait de catégorie qui empêche de voir la composition concrète des espaces).
Cette reconfiguration prend notamment deux formes : la métapole (qui inclut le péri-urbain ou le rurbain) et les modes socio-culturels de vie qui lui sont corollaires (idéal pavillonnaire, mass médias, activités ludiques et sportives, connectivité numérique, voire nouveaux modes de consommation). Signalons au passage que, dans Champs, usines et ateliers, le géographe Kropotkine en avait aperçu les prémisses, en insistant notamment sur la question des flux d’énergie nécessaires à l’activité économique), ce que Lewis Mumford a partiellement repris.
Une telle reconfiguration est le corollaire d’un phénomène important — l’essor des classes moyennes — qui est socio-culturellement crucial (comme référent de modes de vie et de spatialité) et politiquement capital (faible capital économique, mais fort capital électoral…). Il n’a pas été prévu théoriquement par Marx (lequel est enté sur une séparation binaire entre bourgeoisie et prolétariat, comme on peut notamment le lire dans Le Manifeste, qui édulcore la réalité des classes moyennes), tandis qu’il a été esquissé par Proudhon dans sa sociologie). En outre, il est analytiquement et politiquement mal vu par les épigones de Marx (H. Lefebvre, D. Harvey…).
L’essor des classes moyennes est largement dû au compromis fordiste (avec ses déclinaisons toyotiste, gaulliste, scandinave, luliste, etc…). Celui-ci est rendu possible par l’encadrement politique et syndical des classes ouvrières qui est accompli par les disciples mêmes de Marx, qu’ils soient politiques ou syndicaux (la social-démocratie, le léninisme d’accompagnement, le post-maoïsme, etc., tous refusant l’autonomie des classes ouvrières).
Il permet au capitalisme de se maintenir, et même de se régénérer via ce qui se dessine actuellement : le capitalisme vert avec sa gouvernance mondiale (PNUE, UICN, WWF, GIEC…), et avec ses déclinaisons locales issues d’une grande partie de ces mêmes classes moyennes, souvent très religieuses, voire aristocratiques ou bourgeoises à l’origine (A. Leopold, H. F. Osborn, W. Vogt, sir Julian Huxley, Denis de Rougemont qui a lancé le concept de “productivisme”, Bertrand de Jouvenel qui a forgé le concept d'”écologie politique”, le Club de Rome…).
En France, ces déclinaisons vont de Rugy à Rabhi, en passant par Hulot, le ministre qui a permis la prorogation du programme nucléaire français au nom du climat (et au nom d’une eschatologie devenu le discours à la fois dominant et porté par les dominants, discours remis en cause par les Gilets jaunes qui pensent à la “fin du mois” avant la “fin du monde”).
Le capital atteint désormais des sommets astronomiques. Soit dit en passant, la théorie du “spatial fix” proposée par David Harvey, qui réifie le capital, oublie cette dimension politique (socialiste et écologiste) qui la rend pourtant possible, de même qu’il sous-traite l’importance de la question nucléaire (et, pour cause, Marx ne pouvait pas en parler).
La classe ouvrière “traditionnelle” encadrée par les bureaucraties syndicales n’arrive pas à s’en débarrasser, et ses luttes se soldent bien souvent par des échecs (que ce soit en France ou au Brésil). Du coup, des phénomènes socio-politiques nouveaux apparaissent un peu partout, en Italie avec les Cinque Stelle (on voit ce que ça donne…), en Grèce avec les post-léninistes du type Syriza (dont la reconnaissance par la troïka n’est même pas à la hauteur historique de Brest-Litovsk), en Espagne avec les Indignés (mouvement davantage composite) et, surtout, en France avec les Gilets jaunes.
Ce mouvement tranche de façon plus radicale encore avec les précédents. Il révèle une nouvelle géographie sociale des classes moyennes paupérisées et du prolétariat rurbain (certains cantons “ruraux” en France sont effectivement plus industriels que certaines villes). Il exprime une nouvelle géographie du mouvement social (non plus la place de La Bastille mais les Champs Elysées, non plus la Bourse du Travail mais le rond-point devant le supermarché). Il fait voler en éclats certains pré-supposés marxiens tant socio-économiques que politiques. Sa géographie doit être pensée librement pour être comprise et devenir un réel outil d’émancipation.

Philippe Pelletier, le 7 décembre 2018.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.