Séminaire Espaces Critiques 2017-2018 – Séance 4

Séminaire Espaces Critiques 2017-2018 Séance 4

Sápmi (Suède) et Eeeyou Istchee (Canada) : de la résistance vers la décolonisation ?

Les autochtones Samis et Cris face à l’exploitation des ressources naturelles
Simon Maraud (doctorant à l’Université de Limoges)

Le vendredi 6 avril 2018 de 10h à 12h se tiendra une nouvelle séance du séminaire « Espaces Critiques » organisé par le RGL, dans le cadre de l’atelier 7 de l’UMR EVS (Environnement Ville Société).

Cette séance est orientée autour de l’intervention de Simon Maraud (Doctorant à l’Université de Limoges) et s’intitule : « Sápmi (Suède) et Eeeyou Istchee (Canada) : de la résistance vers la décolonisation ? Les autochtones Samis et Cris face à l’exploitation des ressources naturelles »

Résumé : Lors de cette présentation, il sera question d’interroger le concept de « décolonisation ». Le Sápmi – territoire ancestral des Samis – et Eeyou Istchee – territoire ancestral des Cris – ont été et sont encore l’arène de mouvements de résistance autochtone face à l’exploitation des ressources naturelles. Si le colonialisme historique a permis l’ingérence de l’État dans la gestion des terres Samies et Cries, aujourd’hui, cela semble avoir été remplacé par le « développement », dont l’origine et l’ambition sont bien plus floues. Beaucoup de luttes ont permis certaines avancées considérables chez les Cris à partir des années 1970 (avec notamment la Convention de la Baie James et du Nord Québécois), et chez les Samis dans les années 2000 (avec notamment le Laponia process), toujours au nom de la Nature. Pourtant, ces évolutions progressistes en matière d’émancipation autochtone doivent préserver une réflexivité critique quant à leurs trajectoires. Ce travail permettra ici de questionner la dimension décoloniale des structures de gouvernance découlant des résistances autochtones des deux territoires à l’étude. Ainsi, nous pourrons discuter des enjeux de la décolonisation sur des espaces en pleine métamorphose, car sujets du capitalisme, à partir de deux exemples : le projet de parc national du Québec Assinica chez les Cris, et le projet de mine Gállok chez les Samis de Suède.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.