Proudhon – Coase : La propriété de la firme

Proudhon – Coase : La propriété de la firme
par Luc Bonet

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/4a/Pierre-Joseph_Proudhon.jpgEn 1937, Ronald Coase (prix Nobel 1991) écrit un article retentissant sur « la nature de la firme », celle-ci se caractérise par une coordination hiérarchique alternative à la coordination par les prix et donc un autre type d’allocation des ressources que celui résultant des « transactions d’échanges ». Ce coup de tonnerre dans la théorie économique de l’époque, qui réduisait l’économie réelle aux seuls phénomènes d’échange entre unités, va donner lieu à une nouvelle branche de la théorie économique, dite néo-institutionnelle, illustrée notamment par les travaux d’Oliver Williamson (Nobel 2009). Or, que la firme soit un lieu de répartition des ressources par le propriétaire et non un marché de « facteurs de production », est une des thèses principales de Proudhon dans sa critique de la propriété capitaliste. Le problème de notre socialiste n’était pas le salaire comme résultat d’un échange, mais le salaire comme résultat d’une répartition, décidée par le propriétaire capitaliste. Si Coase a mis en évidence l’alternative entre coûts de transaction et coûts d’organisation pour expliquer l’existence des firmes, il reste à justifier de l’efficience du mode capitaliste de propriété de la firme comparé aux modes non lucratifs.

Suite à lire sur le site de la RECMA : cliquer ICI.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.