Cycle « Géographie sociale des transports » Paris 8 – Dionyversité

L’Université Paris 8 propose un programme de formation conjoint avec la Dionyversité (université populaire de la Seine St-Denis) en géographie sociale dont voici la présentation.

Présentation aux dionyversitaires

Qu’est-ce que la géographie sociale ?

La géographie sociale est une géographie des questions sociales. Elle est une façon d’aborder les rapports hommes-milieux (le projet de toute géographie) en partant du social, c’est-à-dire en travaillant sur la dimension spatiale des sociétés et des rapports de pouvoir qui les structurent. De ce fait, la géographie sociale a pour thèmes centraux la dimension spatiale des inégalités : vulnérabilités face aux risques, inégalités d’accès aux ressources. Elle s’intéresse aux rapports de domination qui structurent ces inégalités : domination de classe, de sexe, domination fondée sur la racialisation. La géographie sociale s’inscrit dans une approche critique du contexte de mondialisation, dernier stade du capitalisme, qui produit et renforce ces inégalités ; à ce titre, elle aborde ses objets de recherche au prisme de la justice spatiale.

Dans le contexte urbain spécifique du nord francilien dans lequel s’inscrivent l’université de Paris 8 et la Dionyversité, ces entrées théoriques se traduisent par une attention portée aux formes de ségrégations urbaines, aux effets sociaux des politiques urbaines (rénovation urbaine, projets urbains, mixité sociale, gentrification, questions de logements, etc.), et à tout ce qui constitue le droit à la ville.

On vit à Saint-Denis, on étudie à Saint-Denis : on a des choses à faire ensemble ou : Pourquoi un programme de formation conjoint ?

Les connaissances acquises à l’université et dans la vi(ll)e sont complémentaires. Les savoirs enseignés à l’université peuvent permettre d’appréhender différemment son environnement et les politiques publiques qui le concernent. La géographie offre également un certain nombre d’outils (cartographie participative, statistiques spatiales) qui peuvent être utiles à la société civile. En retour, les connaissances empiriques enrichissent les connaissances théoriques : on ne connaît pas de la même manière un territoire en l’habitant au quotidien ou en l’appréhendant de l’extérieur.

Ensemble, habitants et étudiants peuvent même produire de nouvelles connaissances sur le territoire sequano-dionysien.

Comment s’organise la formation ?

Quatre cours (1 au premier semestre / 3 au second) auront lieu « hors des murs » de l’université à la Bourse du Travail. Certains prendront la forme d’un atelier mêlant recherches sur le terrain et retours théoriques. Au premier semestre par exemple, l’atelier aura pour thème les transports et la mobilité et aura pour terrain le parc de la Courneuve. Un atelier intensif de cartographie participative aura lieu également en milieu d’année. Enfin, un cycle de conférences sera organisé sur le thème « espace et pouvoir ». Les cours auront lieu aux horaires les plus pratiques pour tou.te.s (le soir, le samedi). Un système de garde d’enfants sera mis en place afin que toutes et tous puissent participer.

Huit autres cours seront assurés à l’université Paris 8 dans le cadre de la mineure de « géographie sociale » sur des thèmes tels que l’accès à l’eau, la santé, la souveraineté alimentaire, la protection de la nature, les révolutions arabes, etc. Ils seront accessibles aux dionyversitaires.

Et après ?

Pourquoi pas une participation commune aux Reclusiennes ?

Programme détaillé ICI.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.