[Actualité] Incendies, pour une approche critique

L’INCENDIE DE LA TESTE DE BUCH (Gironde, juillet 2022) :
UN CAS D’ÉCOLE EXEMPLAIRE
par Philippe Pelletier

Les incendies qui ont lieu en France métropolitaine au cours du mois de juillet 2022, et singulièrement celui de La Teste-de-Buch, permettent d’aborder une question qui est  éminemment géographique. On peut apporter quelques précisions, dont certaines ne sont pas nouvelles pour comprendre la dynamique du phénomène dans toutes ses dimensions, notamment socio-économiques et politiques en contrebalançant la rhétorique catastrophiste et anxiogène qui a déferlé à ce moment.

L’expression de « mégafeux » répandue à cette occasion a pour inconvénient de mélanger les échelles. Reposant sur une dimension macro, elle instaure immédiatement un caractère d’inquiétude sans que son extension soit réellement comprise, ni les critères sur lesquels elle repose (surface en feu, intensité pyrotechnique, vitesse de propagation, dégâts finaux ?).

Par effet de généralisation, elle aboutit à gommer la réalité géographique et à gloser sur un phénomène inquiétant en faisant croire que la Terre entière brûle — un peu comme ces médias américains annonçant que la France prenait feu au moment des révoltes de banlieues. Elle permet à quelques essayistes de passer dans les médias gourmands de drame ou de vendre du papier.

  1. L’indispensable géographie de l’incendie

Sous la communauté de cet élément physique éternel et ubiquiste qu’est le feu, l’incendie qui s’en distingue n’est pas identique partout et tout le temps. Malgré les apparences immédiates, ce qui se passe en Californie n’est pas ce qui se passe dans la banlieue d’Athènes, la région de Sidney, au fin fond de la Sibérie ou en Gascogne. Par comparaison, mettre sur le même plan une bourgade de Corrèze et la mégapole tôkyôte au titre qu’elles relèvent ou relèveraient toutes deux de l’urbain n’est guère pertinent, d’autant que la notion d’urbain comme celle de rural semble de moins en moins adaptée à la situation géographique actuelle.

Prisonnière d’une vision souvent archaïque, en tous les cas historiquement datée, la géographie n’a d’ailleurs pas effectué un aggiornamento de son vocabulaire et devient prisonnière d’une certaine rhétorique. Que signifie par exemple la notion de continent pour l’Europe alors que les relations de ses pays sont intenses avec la rive nord-africaine de la Méditerranée, alors que se pose la question de la Turquie tantôt en Europe (Istanbul), tantôt en Asie (Ankara), sans parler de l’adhésion de l’État concerné à l’Union européenne, ni du Caucase, ni de l’Ukraine ? La géographie se retrouve ainsi coincée par un vocabulaire globalitaire et souvent simpliste manipulé par les médias et l’éco-technocratie véhiculant de moins en moins subrepticement une naturalisation du social.

Les commentaires sur les mégafeux oublient d’emblée, bien souvent, cet élément géographique fondamental qu’est la géographie démographique : les êtres humains n’ont jamais été aussi nombreux sur terre, leur écoumène s’étend sans cesse, mais à des degrés et des densités différentes, c’est-à-dire que leur mode d’occupation de l’écoumène varie selon les conditions économiques (le marché à toutes les échelles, du local au mondial), socio-culturelles, politiques. Là encore, la région du Yosemite n’est pas la Gironde. Les fronts pionniers auxquels appartiennent au fond la plupart des mégafeux, par leur évolution historique faite de replis ou d’avancées plus ou moins brutales, nous rappellent la dimension historique et géopolitique du phénomène incendiaire.

Le vocabulaire dramaturgique et anxiogène souvent utilisé —« inédit », « irréversible » — gomme abusivement cet aspect. L’histoire nous rappelle pourtant que, par exemple, le navigateur britannique James Cook (1728-1779), le premier Européen à aborder la côte orientale de l’Australie en 1770, avait été frappé par l’importance des incendies. C’était à tel point qu’il l’avait appelée le « continent de fumée » (continent of smoke). Il constatait ainsi l’importance de l’écobuage effectué par les Aborigènes à des fins de cueillette (repousse de la végétation comestible) et de chasse (rabattage du gibier). Cette pratique de renouvellement de la végétation australienne empêche d’ailleurs que l’on considère sa forêt comme primaire, primitive, vierge sinon naturelle.

Deux siècles et demi plus tard, les incendies qui ont ravagé le nord-est de la métropole de Sidney témoignent d’une nouvelle géographie. Les Aborigènes ont été chassés de la région depuis longtemps, la forêt est devenue une réserve mal entretenue au nom d’une protection de la nature sauvage par des citadins en même temps avides d’en utiliser la beauté pour leur tourisme et surtout leur villégiature. Le périurbain s’est alors rapproché de la forêt en fin de cycle, et prête à s’enflammer.

Dans cette affaire australienne, les conséquences d’El Niño — phénomène dont les climatologues n’arrivent toujours pas à identifier clairement les causes et pour lesquelles la référence aux gaz à effet de serre additionnel n’explique rien — sont probablement autant équivalentes, sinon moindres que l’expulsion géohistorique et géopolitique des Aborigènes. Au nom du projet de la White Australia, extraite de toute Australasie qui l’aurait rendue trop asiatique donc trop « jaune », cette population n’avait plus rien à faire là. Le défunt écobuage s’est transformé en mégafeu.

  1. Des incendies importants en Gironde, mais pas inédits

De nombreux médias ont mis en avant le caractère « exceptionnel », voire « inédit », des incendies girondins de juillet 2022. Amnésiques et court-termistes par principe, ils n’ont pas rappelé quelques données fondamentales. Malgré leur aspect spectaculaire, il n’y a en effet là rien de si ample, ni de vraiment inédit, sauf par définition (tout événement est nouveau, tout écosytème est unique…). Le matraquage médiatique (cf. plus loin à propos de ses raisons) ne doit pas induire en erreur.

En 1949, 150 000 ha ont brûlé dans la forêt landaise. De 1943 à 1950, c’est un total de 300 000 ha qui a brûlé [1]. Le temps météorologique était chaud à cette époque dans cette région (il y aura un refroidissement au cours des années 1960). Mais ce facteur ne suffit pas car intervient aussi le contexte de la guerre (l’incendie de 1943 qui a détruit 600 ha résulte d’un bombardement aérien) et de l’après-guerre (la société est préoccupée par d’autres problèmes). Le fait que le corps des sapeurs-pompiers ne soit pas encore constitué comme il l’est de nos jours n’est qu’un corollaire de la question.

Au 21 juillet 2022, 4 200 ha ont brûlé à La Teste-de-Buch et 9 800 ha à Landiras, soit un total de 14 000 ha (nous verrons plus loin que cette addition ne doit pas masquer la problématique réelle). Mettons les en balance avec les 150 00 ha de 1949, et on constate qu’ils représentent dix fois moins en surface. Une analyse rapide pourrait alors affirmer que les incendies ont reculé en Gironde. En outre, la forêt incendiée autrefois a repoussé depuis.

Cette comparaison permet au moins de relativiser les micro-trottoirs du genre « je n’ai jamais vu ça » (et pour cause) qu’on trouve des chaînes dites « d’information » en continu jusqu’au site Reporterre (15/7/22), et dont il faut toujours se méfier.

Au-delà de la coïncidence temporelle et météorologique — un mois de juillet 2022 particulièrement chaud et sec dans le sud de la France —, les incendies en Ardèche, dans le Gard et en Gironde doivent être distingués.

Dans le Gard, c’est un pompier pyromane qui est à l’origine du plus important d’entre eux, et il s’agit essentiellement de garrigues. Un autre incendie est dû à des étincelles dégagées par un train, révélant l’état de délabrement d’une compagnie de chemin de fer autrefois socialisée et désormais confiée aux intérêts du secteur privé.

Les deux incendies girondins à La Teste de Buch et à Landiras sont généralement associés à cause de leur proximité spatiale et temporelle. Mais, en réalité, il s’agit de deux phénomènes différents, voire opposés, malgré la ressemblance du feu qui se propage. On peut même aller jusqu’à dire que regrouper les deux cas induit en erreur.

  1. Une information capitale

Au-delà des points communs, ce qu’il faut en effet retenir d’emblée, c’est la déclaration de Bruno Lafon, président de l’Association régionale de Défense des forêts contre l’incendie (DFCI 33 et DFCI Nouvelle-Aquitaine). Selon lui, « tous les moyens étaient envoyés à La Teste », et « en temps normal, jamais Landiras n’aurait brûlé de la sorte » (interview de Thomas Deszpot, publiée le 19 juillet 2022, site TF1 Info).

Autrement dit, le sort de la forêt de Landiras, et de ses habitants, a été contraint, soumis et déterminé par le sort de la forêt de La Teste de Buch, c’est-à-dire, plus exactement, par la priorité donnée dans la lutte contre l’incendie.

Cette information est capitale. Elle n’a pratiquement pas circulé, pour les raisons que nous allons comprendre. Elle place au centre de la problématique le cas exemplaire de la forêt de La Teste-de-Buch, sur laquelle il faut concentrer notre attention.

À la suite d’un incendie qui a détruit 15 ha de pinède à Auros, dans le Bazadais le 11 mai 2022, Bruno Lafon, avait déjà pointé la sécheresse qui sévit depuis février dans la région. Il mettait en garde pour la suite de la saison : « Il suffirait qu’il y ait trois ou quatre départs de feu simultanés pour que ce soit la catastrophe » (France Bleu Gironde, 12 mai 2022). Il faut garder en tête cet avertissement quand on évoquera plus loin le rôle de certaines associations et de certains élus.

Lors d’interventions publiques précédentes, Bruno Lafon évoquait aussi les dégâts de gibier qui arrivent « au point d’empêcher toute régénération des jeunes peuplements dans certaines zones » (Forestopic, 12 octobre 2017). Ce type de constat rappelle que la problématique forestière, et donc incendiaire, est multifactorielle. Ce ne sont pas que des arbres qui brûlent.

Notons que Bruno Lafon est aussi maire de Biganos. D’abord sans étiquette, il rejoint LR lors des élections sénatoriales de 2020. Il est également président de la Communauté d’agglomération du bassin d’Arcachon nord.

Cadre commercial à l’origine, c’est aussi un forestier :  il préside le Centre Régional de la Propriété Forestière de Nouvelle-Aquitaine depuis mars 2017 et est un administrateur de la Société de développement de l’économie forestière sise à Bordeaux. Il préside également le Centre régional de la propriété foncière (CRPF) et le Syndicat des sylviculteurs du Sud-Ouest (SSSO), créé en 1917, qui représente six mille propriétaires forestiers privés, soit 580 000 ha dans le massif des Landes de Gascogne (Forestopic, 12 octobre 2017).

Ces multiples « casquettes » sont importantes pour saisir, comme on va le voir, les enjeux locaux et régionaux dont on devine déjà qu’ils s’emboîtent avec une forte complexité.

  1. La forêt de La Teste de Buch, un cas vraiment spécial

La forêt de La Teste de Buch est un cas particulier en France, sinon une exception [2].

Il s’agit d’une forêt biogéographiquement relique, du moins partiellement et pour certaines espèces de pin. Elle date probablement de deux mille ans. Elle s’est maintenue alors que le reste de la région restait en landes ou en marais, grosso modo jusqu’au XIXe siècle.

Sa pérennité s’explique par la particularité géographique de la région : un bassin (Arcachon) permettant plusieurs activités maritimes (ostréiculture, pêche, navigation) tout en étant protégées de la houle, une présence démographique ancienne, une relative autonomie politique (le captal de Buch), la proximité de Bordeaux, l’arrivée du chemin de fer en 1841 avec la création subséquente de la villégiature d’Arcachon, l’essor touristique et périurbain.

La forêt de La Teste de Buch est composite (mélange de pinèdes et de chênaies), variée (espèces atlantiques et méditerranéennes), touffue, parfois luxuriante. Sa flore abrite de nombreux animaux. Tous ces éléments lui ont permis d’être classée par décret en 1994, lequel insiste sur sa diversité végétale et sa qualité paysagère, culturelle et écologique, au pied de la dune du Pilat.

C’est aussi une « forêt usagère » (FU), c’est-à-dire « grevée de servitudes assumées par les propriétaires privés (PP) des parcelles qui la constituent au profit d’usagers ». Ces servitudes dites « baillettes et transactions » suivent un droit qui remonte à 1468, régulièrement reconduit depuis. C’est la dernière forêt de ce genre qu’on trouvait autrefois dans différentes régions en France, dans les Vosges par exemple.

La notion de « communauté usagère » apparaît en 1759 dans une transaction rappelant que, dans l’esprit de celle de 1604, propriétaires et non-propriétaires (« ayant pin » et « non ayant pin ») sont soumis aux mêmes lois en ce qui concerne la délivrance du bois d’usage. Les « ayants-pins » sont propriétaires des parcelles et disposent du droit de gemmage. Les « non-ayants-pins » jouissent du droit sur le bois mort et le bois vert.

La « communauté » réunie en assemblée doit valider les « transactions ». Le seigneur ne pouvait plus se poser en arbitres entre les deux catégories d’usagers (propriétaires et non-propriétaires). La sentence arbitrale du 27 fructidor an II définit le nouveau périmètre communal correspondant à l’ancien captalat de Buch (cf. infra). La transaction de 1952 amendée en 1955 définit ce qu’est l’usager : l’habitant qui est domicilié légalement, suivant les articles 102 à 109 du Code civil, depuis au moins dix ans sur les communes du périmètre en question (Rapport 2022, p. 31).

Une première difficulté surgit : la survivance d’un droit local exceptionnel qui échappe, voire entre en contradiction avec le droit général. On peut y voir une illustration de la récurrente opposition entre le communal et l’étatique, mais les choses ne sont pas si simples.

La FU de La Teste de Buch couvre près de 3 900 ha (3 895,52 ha d’après les données cadastrales de 2016). Elle comporte 388 parcelles regroupées en 161 propriétés (Rapport 2022, p. 45). Le type de propriété est variable : bien non délimité, collectivité territoriale, établissement public, personnes morales, personnes physiques, celles-là étant les plus nombreuses en surface (61 %).

Le nombre de propriétaires est inconnu pour 63 propriétés représentants près de 875 ha. Les propriétés supérieures à plus de 25 ha (seuil qui correspond à des normes juridiques pour la sylviculture, cf. infra) occupent 71,3 % de la surface de la FU, ce qui relativise le morcellement propriétaire. On devine néanmoins la difficulté pour la gouvernance et la gestion de l’ensemble, notamment à propos de la lutte contre l’incendie qui réclame une vision globale.

Le rapport entre usage productif et usage non-productif est juridiquement très complexe dans la FU. Le propriétaire du bois qui n’est pas forcément le propriétaire du foncier prend le nom de concessionnaire. Concessionnaire et propriétaire n’ont pas le libre usage des arbres, seulement l’usufruit. C’est une véritable difficulté car le PP se sent en principe concerné par ce qui se trouve sur son terrain, mais en ce cas pas totalement et jusqu’à un certain point puisqu’il ne peut pas en profiter à lui seul ou entièrement.

La combinaison complexe de propriété privée et d’usage communautaire échappe à la logique capitaliste contemporaine qui donne tout à la propriété, mais le caractère communautaire trouve sa propre limite puisque lui non plus n’est pas entièrement souverain. La FU n’est donc pas complètement, pas vraiment, « communautaire ».

La réalité même de cette « communauté » prête en outre à discussion en fonction de sa composition sociologique, de ses rapports avec le pouvoir politique, municipal en particulier, et du contexte idéologique général caractérisé par la préoccupation environnementale. Elle ressemble plutôt à un club.

La contradiction de ce système qui génère quantité de petits conflits a éclaté au grand jour avec l’incendie, c’est-à-dire avec ce qui l’a préparé voire favorisé en amont. On voit aussi les limites d’un îlot a priori communautaire dans un contexte général propriétaire, capitaliste et étatique.

  1. La question économique

La production économique de la FU ne concerne pas seulement le bois, mais aussi, sinon surtout historiquement, la gemme. Élisée Reclus parle déjà, en 1863, des « résiniers de La Teste » dans un article de la Revue des Deux-Mondes. Cette activité spécifique constitue d’ailleurs une clef importante du problème.

Le gemmage, qui est attesté au XVe siècle, est probablement l’un des facteurs historiques qui explique l’ancienne protection de la forêt, puis son passage en FU. Son activité est très importante autrefois. Certaines innovations montrent son dynamisme. Le premier atelier de distillation de résine, à la place de la cuisson, ouvre ainsi à La Teste en 1810 [3].

Le gemmage réclame une main d’œuvre importante, ce qui implique une forte occupation du lieu. Jusqu’au début de la seconde moitié du XXe siècle, la forêt est habitée par des résiniers et leurs familles qui occupent plus d’une centaine de cabanes et qui entretiennent le milieu, parant ainsi les incendies.

Le droit au gemmage impliquant le paiement d’une redevance sous l’Ancien régime est aboli sous la Révolution. Cette mesure montre l’extension des droits d’usage chez les habitants concernés. La production de gemme atteint un apogée au début des années 1930, mais sur la base d’une inégalité sociale. Car les propriétaires « ayant pins » font souvent fortune, alors que les usagers « non ayant-pins », pour une part métayers des précédents, restent des prolétaires pauvres.

Cet éco-socio-système, alias géosystème, recule à partir du milieu du XXe siècle [4]. Sa disparition s’explique par l’arrivée des produits plastiques dérivés des hydrocarbures qui rend non-compétitive et obsolète la résine issue du gemmage, mais aussi par la concurrence des autres pays gemmeurs où la main d’œuvre est meilleur marché. Elle induit un déséquilibre préjudiciable aux propriétaires qui favorise leur démotivation, leur repli sur l’économie du bois et une tentation conservatrice hostile aux usagers.

Depuis la transaction de 1955, le bois d’usage ne peut plus être utilisé pour un usage industriel et commercial. Il est donc réduit à un usage domestique, lui-même très encadré (par exemple pour le bois d’œuvre). Mais certaines professions artisanales, comme les ostréiculteurs, sont exemptées de cette interdiction. 

Une controverse subsiste quant à l’utilisation du bois de chêne vif pour le chauffage. Les transactions ne l’autorisent pas, mais une tradition séculaire le tolère car ce prélèvement facilite le dégagement des semis de pins (Rapport 2022, p. 34). De façon plus générale, les usagers doivent respecter « le local particulier où la coupe devra être faite et ne pourra l’être ailleurs » (Rapport 2022, p. 36).

Cette disposition suppose qu’ils soient aptes au bûcheronnage, principe valable dans les anciennes sociétés rurales, mais de moins en moins effectif ou efficace de nos jours. Par conséquent, l’usager contemporain fait souvent appel à un tiers, qu’il doit rémunérer, ce qui ouvre la voie à une privatisation et à une commercialisation du principe communautaire même réduites à l’échelle domestique.

Juridiquement, les PP doivent toujours entretenir la forêt, notamment par le débroussaillage dont l’un des objectifs est de réduire le risque de propagation des incendies. Mais ils ne font pas, plus, ou mal, car leur intérêt économique s’amenuise ou se complique. Ils cotisent néanmoins à l’ASA (Association Syndicale Autorisée, établissement public à caractère administratif) de la DFCI, ce que les usagers devraient aussi faire selon l’ancien code forestier (L322-11). Autrement dit, propriétaires et usagers non-propriétaires se sont déchargés sur un bras de l’État pour faire le travail.

Enfin, selon les zones, la forêt a différemment évolué en fonction de sa composition arbustive. Le risque d’incendie est donc variable et tout plan anti-incendie doit être adapté. En outre, le prélèvement de bois d’œuvre autre que le pin, le chêne par exemple, n’est pas soumis à autorisation, ce qui empêche de tenir une comptabilité de leurs prélèvements (Rapport 2022, p. 35). Or une comptabilité synthétique et la plus exhaustive possible est nécessaire pour assurer une bonne gestion du massif, une gestion durable selon la novlangue actuelle.

Autrement dit, la FU, espace écologiquement classé comme on le détaillera plus loin, est soumise à un entretien hétéroclite qui dépend certes des syndics qui doivent s’en occuper (cf. § suivant), mais aussi du comportement de nombreux particuliers qui peut être plus ou moins visible ou vertueux. Toute action forestière doit être soumise aux syndics, mais cette procédure administrative, potentiellement fastidieuse ou longue, sans garantie de succès de surcroît, semble très inégalement suivie. Malgré les rappels, les pratiques clandestines ou illégales se multipliaient.

  1. Une gestion originale, mais complexe

Depuis les modifications de 1917, la FU est gérée par huit syndics généraux (huit personnes : quatre titulaires et quatre suppléants). Ils représentent à part égale deux assemblées qui se réunissent à convenance : celle des propriétaires et celle des usagers.

Mais la période ancienne où toutes les personnes se connaissaient plus ou moins dans des petites communes est révolue à l’époque actuelle de la conurbation arcachonnaise. L’anonymat s’étend à mesure du nombre d’habitants qui deviennent automatiquement des usagers au bout de dix ans de résidence. L’assemblée des propriétaires se réunit en outre de moins en moins, ce que regrette celle des usagers.

L’Association syndicale libre de la forêt (ASLF) regroupe une centaine de propriétaires, mais pas tous puisqu’il en manque une soixantaine, autre difficulté. En 1917, alors que la plupart des habitants sont partis au front, des propriétaires ayants pins passent une transaction à leur avantage avec les maires de La Teste et de Gujan-Mestras.

En réaction, les usagers constituent en 1920 une Association de Défense des Droits d’Usage et de la Forêt Usagère (ADDUFU). De nos jours, l’ADDUFU  annonce sur son site plus de 400 adhérents lors de l’AG du 29 février 2020. Le journal régional évoque cependant 1 169 adhérents à jour de cotisation (Sud-Ouest, 2 mars février 2020).

Les syndics des usagers ne sont toutefois pas nommés par les habitants, comme c’était le cas avant 1917, ni même par l’ADDUFU qui exerce néanmoins une pression pour avoir un représentant qui lui convienne, mais par les maires. On devine l’enjeu clairement politique de cette désignation et de cette situation. En outre, les parcours se croisent. La représentante des usagers de Gujan-Mestras, par exemple, Marie-Hélène Des Esgaulx, est également maire de Gujan-Mestras, députée LR (2002-2008) et sénatrice LR (2008-2017).

Les syndics administrent les affaires courantes. Ils sont habilités d’agir  en justice en cas de contentieux entre usagers propriétaires et non-propriétaires. Or les usagers peuvent être aussi propriétaires, les propriétaires peuvent aussi être des usagers, autre complexité. Sociologiquement, l’absence de rétribution des syndics favorise mécaniquement l’implication de personnes retraitées, avec les avantages et les inconvénients que cela comporte, constat valable pour la composition de l’ADDUFU et en particulier de ses dirigeants.

En cas d’incendie, ou d’autre fléau comme les tempêtes, les syndics généraux doivent organiser au plus vite la vente des bois sinistrés en recourant à la procédure d’adjudication publique au plus offrant (Rapport 2022, p. 39). Ils perçoivent le prix des adjudications, qu’ils reversent aux propriétaires, aux communes et à la caisse syndicale.

La FU couvre un périmètre ancien, celui du captalat de Buch, l’un des grands seigneurs de Guyenne. Il correspond de nos jours à quatre communes : Arcachon, La Teste de Buch (à laquelle la commune de Cazaux a été rattachée), Gujan-Mestras, Lège-Cap-Ferret. Le périmètre administratif est ainsi plus large que la forêt proprement dite, et donc de l’espace compétent aux deux syndics gestionnaires.

Les usagers sont donc constitués de tous les habitants du territoire de l’ancien captalat et donc des quatre communes, qu’ils soient ou non propriétaires de terrain dans la FU (Rapport 2022, p. 34).

  1. Une sociologie et un positionnement politique très situés

L’élargissement du périmètre qui regroupe soixante mille habitants implique mécaniquement davantage d’acteurs, en particulier des élus, d’où une autre difficulté. Car ce personnel politique joue un rôle important, qui va bien au-delà de la seule forêt et de la seule préoccupation des syndics. Ils sont à la fois partie prenante, et au-dessus. Et comme on le sait, leur obsession est de se faire élire et ré-élire, donc de pratiquer les exercices d’équilibriste caractéristique de la démocratie représentative auxquels s’ajoutent les plans de carrière personnelle.

La dernière AG de l’ADDUFU s’est déroulée en présence de deux maires (La Teste de Buch, Gujan-Mestras), d’un conseiller régional et de plusieurs adjoints municipaux. Lors de l’AG du 19 septembre 2021, la nouvelle présidente de l’ADDUFU se félicite de la nouvelle équipe municipale (LR) de La Teste élue en juin car le nouveau maire « a clairement affiché au cours de sa campagne électorale son soutien à la forêt usagère et aux droits d’usage ». Elle ajoute à propos des autres maires du périmètre que « nous comptons toujours sur leur détermination à défendre la FU » puisque « la loi leur donne cette légitimité » (CR de l’AG, site de l’ADDUFU).

Compte tenu du haut niveau socio-économique du bassin d’Arcachon, qui est le lieu de villégiature par excellence de la bourgeoisie bordelaise et parisienne, on devine la couleur politique à droite ou très à droite, ultra-dominante, de ses élus, leur appartenance et leur sentiment de classe.

Lors des élections présidentielles de 2017, François Fillon est ainsi arrivé largement en tête dans les communes du bassin, ancien bastion juppéiste. Lors des élections présidentielles d’avril 2022, le Rassemblement national est devenu la deuxième force politique. Au deuxième tour des élections législatives de juin 2022, le candidat du RN arrive en seconde position avec près de 40 % des suffrages, précédé par la candidate de la majorité présidentielle (52,70 % d’abstention).

La composition sociologique des maires qui se succèdent depuis 1921 jusqu’à nos jours à La Teste de Buch est pour le moins significative des catégories sociales aisées dites « supérieures » : médecin, négociant en vin, chirurgien, gynécologue, pharmacien, assureur… Certains d’entre eux sont des gérants de SCI ou de différentes sociétés.

Le fameux camping des Flots bleus, sur le sort duquel les médias se sont largement étendus puisqu’il a disparu sous les flammes, n’est à cet égard qu’un moyen de faire croire à la France profonde et pas très aisée que, elle aussi, ferait partie du cénacle de ces riches ou très riches, sauf que eux y vivent une grande partie de l’année et ne dorment pas sous une tente.

Les communes de La Teste et de Gujan-Mestras tombent d’ailleurs, en 2020, « sous le coup d’une procédure de carence en matière de logement social sur la période 2017-2019 » (La Dépêche du Bassin, 1284, janvier 2021). La demande de logements sociaux s’élève à 1 200 logements fin janvier 2021, alors « qu’une réponse positive n’a pu être apportée qu’à 176 demandes » (PV du Conseil municipal de La Teste du 15 février 2022).

Autrement dit plus clairement, ces communes et leurs élus ne veulent pas de HLM, ni de pauvres chez eux. Des touristes lambda, oui, puisqu’ils dépensent de l’argent, mais parqués dans des mobil homes, avec piscine commune pour faire passer la pilule. Quant au fameux personnel si demandé qui travaille dans la restauration et dans l’hôtellerie, qu’il se débrouille pour loger quelque part…

On peut d’ailleurs interpréter le propos de Bruno Lafon, président de la DFCI Aquitaine cité plus haut sur la priorité donnée à tel ou tel front de feu, comme trahissant involontairement un constat de classe : dans la lutte contre l’incendie, tout pour les bourgeois d’Arcachon, et tant pis pour les ploucs de Landiras. Il ne le dit pas comme cela, mais c’est ce que cela signifie.

Précisons que pour cette bourgeoisie friquée et ses supplétifs de petits ou grands commerçants qui se font beaucoup d’argent, l’écologie est devenue le sésame idéologique pour couver la poule aux œufs d’or. Elle fait décidément partie de cette lutte de classes. On y reviendra plus loin.

  1. Un site sous cloche

Site classé et protégé depuis 1994 au même titre que la Dune du Pilat qu’elle borde, dotée de l’appellation NRFU (Naturelle Remarquable en Forêt Usagère), partiellement intégrée en zone Natura 2000 depuis 2007, la FU de La Teste de Buch est couvée par un empilement de législations.

Toute action tombe au minimum sous le coup du Code forestier, du Code l’environnement et du Code de l’urbanisme. Elle s’accompagne de procédures longues, lourdes, voire coûteuses. En ce cas comme dans d’autres, ce système complexe nécessite une pléiade d’experts. Il élargit ainsi la sphère du pouvoir techno-bureaucratique, désormais éco-technocratique de surcroît, plus ou moins opaque.

Malgré les soins qu’apporte ponctuellement l’ADDUFU, la FU offre tous les aspects d’une forêt en cycle de maturation complète, voire en fin de course, donc vieillissante et fragile. Cette hypothèse demande à être vérifiée puisque le Rapport 2022 signale que son véritable inventaire écologique reste à faire (« biodiversité non inventoriée », p. 11).

Soit dit en passant, on est stupéfait de lire dans un document administratif sérieux que ce site hautement écologique et hautement protégé ne soit pas davantage analysé scientifiquement. À moins que d’autres enquêtes effectuées par d’autres services ou d’autres groupes (académiques, associatifs…) n’existent, mais qui n’ont pas été portées à la connaissance du Rapport 2022. On sent décidément une certaine opacité concernant cet espace de la FU, et on peut se demander si son statut à part ne permet pas des pratiques ou des arrangements « à part ».

En vertu de la FU et du système de « baillettes et transactions », les habitants des communes du périmètre bénéficient d’un droit d’usage sur le bois, pour la construction ou le chauffage, mais sous prescriptions précises. Les PP possèdent le sol et la gemme, mais pas le bois comme on l’a vu : source de tensions, autre difficulté.

Le statut particulier de la FU pose la question de l’entretien de la forêt, c’est-à-dire de sa vie car, sauf être partisan du primitivisme, une forêt a besoin de soins surtout si, de fait, comme c’est le cas à La Teste de Buch, elle est à la fois fréquentée et potentiellement fragile. Autrement dit, il s’agit de savoir si le rôle des êtres humains vis-à-vis d’elle doit être passif ou actif, et si oui dans le cas d’être actif, jusqu’à quel degré. Le risque d’incendie est en réalité proportionnel à la réponse.

Les résiniers conservaient en limite de parcelle des pins non résinés, dits pins-bornes. L’absence de clôture rend néanmoins difficile le partage des parcelles et la circulation du public entre elles.

L’ADDUFU assure une mission d’« éducation à la forêt » en accueillant plusieurs centaines de scolaires des dix-sept écoles situées sur le périmètre de la FU. Elle a également publié un guide pour les touristes.

Élément important, pour ne pas dire stratégique, elle ne se contente pas de soutenir le syndic de simples usagers car elle s’est aussi lancée dans l’exploitation économique. Les usagers citadins contemporains ne s’occupant plus du bûcheronnage ou n’ayant pas les compétences techniques pour le faire sont désormais priés de s’en remettre à elle (Rapport 2022, p. 36).

L’ADDUFU ouvre ainsi une scierie en 2015 (Pôle forestier usager du Natus dont la gestion lui a été concédée par la municipalité de La Teste de Buch), au départ animée par des bénévoles. En 2020, 107 usagers ont bénéficié de 163 m3 de bois sciés. Ce n’est pas énorme, mais l’association protectrice se transforme ainsi en entreprise, probablement durable et bienveillante, mais qui exploite quand même, ce qui implique concurrence, protectionnisme, lobbying, etc.

Faisant le bilan de son « pôle forestier », l’ADDUFU annonce en mai 2022 que « les demandes en bois d’œuvre sont en constante augmentation, de l’ordre de 25 % environ » et que « le prix du m3 de bois passera prochainement de 235 €/m3 à 250 € » (site de l’ADDUFU, mai 2022). De façon générale, le prix du bois a triplé en dix ans.

Le montant des recettes apportées à l’ADDUFU par le pôle forestier est proche de 47 millions d’euros en 2018, contre moins de 14 millions en 2015, ce qui représente plus des deux tiers de ses recettes. Ce n’est pas tout à fait un pactole, mais cela représente quand même un montant important, susceptible d’attirer des convoitises et d’orienter des choix politiques. Certes, l’ADDUFU se félicite à raison de son autonomie financière, puisqu’elle ne touche aucune subvention. Son indépendance la met à l’écart de certaines pressions, mais lui donne aussi une certaine force en termes de lobbying.

Malgré l’amendement de 1917, il n’y a plus de garde forestier. La question revient régulièrement à l’ordre du jour, sans suite. Les gardes-champêtres ont également disparu, que ne remplacent pas les polices municipales qui sont apparues un peu partout dans la région d’Arcachon et qui s’occupent d’autres choses. La transaction de 1977, validée pour cinq ans et devenue caduque en 1982, avait prévu des règles de sylviculture qui n’ont pas été renouvelées.

La FU repose donc sur le principe que tout le monde surveille tout le monde, ce qui est à la fois problématique et limité. Les usagers et les propriétaires peuvent faire assurer la garde de leurs bois par une autre personne qui doit être ni propriétaire, ni usager, et agréé par les syndics. La FU est finalement « laissée au laisser-faire ».

  1. Tension # un

La tension monte localement en 2014. Un certain Thibaud Lemaire vient d’acheter une cinquantaine d’hectares dans la FU. Il dépose un Plan Simple de Gestion (PSG) auprès du CRPF (Centre Régional de la Propriété Forestière), comme la législation forestière l’y autorise et même l’y oblige puisque son domaine dépasse le plancher légal de vingt-cinq hectares en cas d’exploitation sylvicole. Son but, présenté notamment à la presse locale par la suite, est d’entretenir ses parcelles et de développer des produits non-ligneux (gemmage, cônes de pin, savon, huile essentielle).

Lemaire pense recourir à la Société Athenor Développement (une SARL créée le 15 janvier 2014, et dotée d’un capital social de 52 000 €, autrement dit une PME). Selon lui, sa « parcelle est dans un état sanitaire déplorable : arbres malades, besoin d’éclaircies, risque d’accident du travail. (…) Un PSG n’est pas une menace écologique : c’est le garant qui assure que la forêt demeure en bonne santé, qu’elle vive » (Sud-Ouest, 19 mars 2021). 

Mais Lemaire, citoyen belge et résidant en Belgique, n’est pas habitant du périmètre de la FU : il ne peut prétendre à un droit d’usage. Estimant que le droit forestier national puis européen prime sur la situation locale, il conteste auprès de la justice en tant que citoyen européen.

En 2019, l’ADDUFU l’accuse d’avoir fait couper illégalement des pins dans une parcelle achetée en 2017. Quatre plaintes ont été déposées en 2018. Le 29 juillet 2019, une soixantaine de manifestants entrent sur sa parcelle pour arrêter une coupe de pins maritimes. Lemaire se défend en expliquant qu’il « a fait couper des pins malades ou mal fichus » (Sud-Ouest, 5 août 2019). Il fait valoir que le droit d’usage dans la FU ne concerne que le bois d’œuvre et de chauffage, en aucun cas les semis régulièrement effectués pour entretenir la forêt. Il porte plainte.

En 2020, l’ADDUFU lance avec la CEBA (Coordination Environnementale du Bassin d’Arcachon) une procédure de référé pour l’évacuation du mobil home de Thibaud Lemaire. Ambiance.

Le CRPF ainsi que deux administrations donnent néanmoins un avis favorable au dossier PSG de Lemaire : la DREAL (Direction Régionale de l’Environnement) et, le 14 décembre 2020, la CDPNS (Commission Départementale Nature Paysages Sites), présidée par la sous-préfète d’Arcachon.

On peut s’interroger sur les réelles motivations de Thibaud Lemaire, lequel explique aussi avoir voulu se rapprocher de sa famille présente dans sa région. On peut également se demander si ce double étranger (qui ne ressort pas du périmètre habitant et qui est belge) ne constitue pas le bouc émissaire idéal. Bien visible, il est en effet plus facile à attaquer qu’un certain nombre de propriétaires locaux qui refusent le droit d’usage et qui se comportent comme des petits seigneurs face aux promeneurs en créant un climat de crainte (chiens lâchés, etc.), ou qui, tout simplement, ne répondent pas aux courriers de l’ADDUFU.

Le problème intrinsèque au bouc émissaire, c’est qu’il masque les autres responsables, sinon les véritables causes systémiques. C’est l’arbre qui cache la forêt, sentence ici idoine. L’ADDUFU fait certes régulièrement appel aux municipalités pour qu’elles se montrent plus fermes, mais sans grand succès, tandis que les élus ne manquent pas de se montrer à ses assemblées générales [5]. Double jeu, double discours ? Conflits d’intérêt masqués ?

  1. Tension # deux

Deuxième pression, toujours en 2014 : le Conservatoire du Littoral (établissement public à caractère administratif), doté d’un pouvoir de préemption foncière sur les terrains côtiers, engage une procédure d’expropriation en FU. Elle concerne 150 propriétaires, 250 parcelles et 398 ha, dont 118 ha en FU. Son objectif est de protéger la dune du Pilat, qui borde la FU, et d’organiser l’afflux des visiteurs sur le site.

L’ADDUFU y voit un moyen de faire sauter les droits d’usage et s’y oppose. Mais par arrêté du 30 mai 2016, le Préfet de Gironde déclare d’utilité publique les acquisitions de parcelles par le Conservatoire. L’affaire est réglée, mais les positions se durcissent.

En février 2020, l’ADDUFU dénonce par voie de presse des coupes illégales, des vols de plusieurs centaines de stères de pins vifs, la construction de clôtures et l’obstruction à la délivrance de bois. Elle se montre d’autant plus inquiète qu’elle vient de perdre un procès qui a duré une dizaine d’années. Elle en appelle à la mobilisation des pouvoirs publics, municipalités en tête pour conforter le statut de la FU. Autrement dit, le collectif se plaint du privé, de la privatisation de l’usage, mais on peut aussi considérer son action comme étant une défense de sa propre entreprise économique.

L’ADDUFU organise le 31 décembre 2020 une manifestation devant la sous-préfecture d’Arcachon qui rassemble près de deux cents personnes. Soutiennent l’appel à manifester plusieurs organisations écologistes et environnementales. Parmi elles : la CEBA (Coordination Environnement Bassin d’Arcachon qui regroupe 32 associations de protection de l’environnement et dont fait partie l’ADDUFU), BAÉ (Bassin d’Arcachon Écologie), l’ADPPM (Association de Défense et de Promotion de Pyla-sur-Mer), l’Aspit (Association de sauvegarde du patrimoine immobilier et environnemental, soutenue par le maire de La Teste), A2DBA (Association pour le Développement Durable du Bassin d’Arcachon). Sont présents des élus et d’anciens élus locaux. L’ADDUFU se félicite du soutien des maires des quatre  communes concernées.

Mais, historiquement, les élus locaux jouent un jeu trouble puisqu’ils ont multiplié les permis de construire (mais pas des logements sociaux comme on l’a vu) et accepté l’ouverture de grandes surfaces (hypermarché Leclerc de 6000 m2 ouvert en 2013) ou différents projets immobiliers (Promobat qui aménage 58 ha autour du golf…). Les communes du bassin connaissent ainsi une croissance démographique importante. La population de La Teste de Buch a par exemple doublé entre 1965 et 2020, dépassant les vingt-six mille habitants. La forêt vit quasi mécaniquement les effets de cette évolution.

C’est une politique typique de ces municipalités bourgeoises : on veut du monde, pas n’importe qui, des rentrées d’argent, on table sur la beauté du site, mais on verrouille, et on fait un peu n’importe quoi… Il est vrai que le nouveau maire de La Teste de Buch s’est fait élire en 2020 contre le maire sortant, en place depuis 2008 et appartenant pourtant au même camp politique, notamment par une promesse de cesser la frénésie immobilière… (France Bleu Gironde, 29 juin 2020).

Les élus écologistes interviennent. Monique de Marco, initialement professeur de technologie, sénatrice EELV, ancienne conseillère régionale et ancienne vice-présidente de la Région Aquitaine, soutient l’ADDUFU. Le 13 juillet 2021, elle publie un tweet qui crie « Victoire ! Suite à mon intervention, le gouvernement suspend le plan de gestion de la forêt usagère de La Teste de Buch. Il s’engage à mener une mission d’inspection pour protéger ce patrimoine forestier et culturel » (Jeanne Paturaud, Le Figaro, 20 juillet 2021).

Cette décision gouvernementale est annoncée à l’Assemblée nationale par Bérangère Abba (LREM, puis Horizons, secrétaire d’État chargée de la Biodiversité auprès de la ministre Pompili). Le 13 juillet 2021, elle déclare que « le gouvernement surseoit à toute décision concernant le plan de gestion ». Vital Baude, élu EELV de la Gironde, conseiller régional et conseiller municipal d’Arcachon, renchérit en criant également victoire par un autre tweet félicitant l’action de Monique de Marco.

  1. Le rapport Cinotti-Lavarde (janvier 2022)

La principale conséquence de cette décision est double : montrer que toute action concernant la forêt de La Teste est extrêmement difficile ; imposer bon gré mal gré l’idée, de fait, que tout plan anti-incendie, passant par exemple par un abattage des arbres, devient un sujet très sensible, risqué. D’ailleurs, d’incendie, il n’en est alors pas question politiquement, bien que sur le terrain et compte tenu de l’évolution des conditions climatiques, il s’agisse d’une préoccupation majeure.

Après les incendies, il sera possible d’affirmer la main sur le cœur que personne n’a voulu entraver le souhait des responsables de la lutte contre les incendies. Mais, de deux choses l’une : soit les dirigeants politiques n’y ont pas mis beaucoup d’énergie, afin de conforter un électorat qui occupe un nouvel espace de pouvoir après la conquête écologiste de la mairie de Bordeaux en 2020, soit ils n’ont servi à rien dans la gigantesque machine des conflits d’intérêt.

Cette hypothèse est confortée par l’une des conséquences de la décision gouvernementale du 13 juillet 2021 et ses résultats : l’engagement d’une mission sur le dossier. Barbara Pompili, alors ministre de la Transition écologique (ancienne EELV, Macron-compatible) et Julien Denormandie, alors ministre de l’Agriculture, demandent ainsi un rapport, le 6 août 2021. Deux ingénieurs des Ponts et des Eaux & Forêts sont sollicités, travaillant respectivement à la CGEDD (Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable) et au CGAAER (Conseil Général de l’Alimentation, de l’Agriculture et des Espaces Ruraux) (Rapport 2022).

Reconnaissons à ces deux experts d’avoir effectué leur tâche rapidement et correctement puisque leur rapport est rendu en janvier 2022. Celui-ci est élaboré à partir de sources bibliographiques et une soixantaine d’entretiens, dont la plupart ont été menés auprès des principaux élus locaux et acteurs concernés. Même s’il est un peu timoré sur les véritables enjeux sociaux et économiques, et s’il se garde de ne citer aucun nom, ses conclusions sont fermes : il alerte vivement sur le risque croissant d’incendie en pointant la responsabilité du système FU (pas celle de la sylviculture, ni du climat).

Il demande alors d’étudier plusieurs points, dont l’idée de « définir les modalités de réalisation des coupes, à commencer par les coupes d’emprise nécessaire pour la DFCI, et le mode  de dévolution de leurs produits » (Rapport 2022, p. 25). Rappelant que la transaction de 1759 fait « obligation aux usagers de contribuer à la lutte contre les incendies », il suggère qu’« une contribution annuelle pourrait être versée par la communauté usagère à l’ASA de DFCI » (Rapport 2022, p. 51-52).

Le rapport Cinotti-Lavarde souligne enfin que, vu les conditions (sol séchant, zone touristique, etc.), « la problématique de la prévention des incendies de la forêt ne peut pas être traitée à la légère et la réalisation des travaux de DFCI dans la FU, en cohérence avec ceux réalisés dans le reste du massif est un impératif d’ordre public » (Rapport 2022, p. 17). Malgré la lourdeur de style et le jargon administratif, le propos est limpide. En pensant aux incendies de juillet 2022, insistons sur la mention « impératif d’ordre public » et la date où celui-ci est énoncé : janvier 2022.

Mais l’ADDUFU se braque sur l’analyse qui pointe les dysfonctionnements et, surtout, sur le projet de nouvelle transaction que le rapport avance. Outre la recommandation concernant les incendies, celui-ci propose en effet un changement de structure du syndic avec un passage en Association loi 1901, en ASL ou bien en ASA (Rapport 2022, p. 48).

On comprend la réaction de l’ADDUFU face à une idée qui ne vient pas d’elle-même, mais de la technostructure et donc potentiellement soutenue par l’État qui arrive pour mettre son nez dans ses affaires. Une nouvelle problématique, politique, se dessine également puisque c’est Barbara Pompili, notamment, qui aurait dû valider le projet de nouvelle transaction. Comment la ministre écologiste, ancienne EELV, aurait-elle porté le changement face à une base écologiste qui tend vers le statu quo et à une association soutenue par les élus verts locaux ?

Les contradictions sociologiques, politiques et idéologiques s’accentuent entre les différents bords, entre les deux communautés de syndics, mais aussi à l’intérieur de chacune d’elle. On voit aussi que, dans ce type de circonstance, le réflexe est en général d’abord défensif. C’est compréhensible sinon légitime, mais il peut s’assimiler à du conservatisme pur et simple, à un refus de bouger, une attitude qui est objectivement confortée idéologiquement par l’idée de « conservation de la nature » avec l’ambiguïté que celle-ci véhicule.

  1. Tension # trois et effets pervers

Troisième pression, le nouveau maire de La Teste de Buch, Patrick Davet (LR), délivre en 2020, peu après son élection, une autorisation au Service départemental d’incendie et de secours (SDIS) pour élargir certains chemins et des pistes afin de faciliter les secours. C’est la DFCI soutenue par l’ASLF qui le lui a demandée. Le plan de déboisement ad hoc doit démarrer en 2021 (Rapport 2022, p. 16).

L’ADDUFU s’y oppose aussitôt. Elle dépose un recours près le tribunal administratif de Bordeaux. Celui-ci estime que l’arrêté contesté est légal, mais il demande l’aval des syndics de la FU. Or consulter tout le monde prend du temps, d’autant que l’assemblée des propriétaires se réunit de moins en moins. Les travaux anti-incendie restent ainsi en plan.

Mais l’imbrication entre la question du PSG lié au dossier Lemaire et la question de la protection contre les incendies se met en place, favorisant par la suite une certaine confusion qu’on peut essayer d’éclaircir en fonction des éléments publiquement disponibbels.

Sophie Panonacle, députée LREM de la 8e circonscription de Gironde et auparavant très proche du Parti socialiste, réélue lors des législatives de juin 2022, s’est opposée au PSG déposé par Thibaud Lemaire. Elle a écrit en ce sens aux maires du périmètre de la FU. Présente à l’AG de l’ADDUFU de septembre 2021, elle y fait valoir que « son action a été déterminante » sur ce dossier (CR de l’AG de l’ADDUFU).

Son communiqué du 12 mai 2022 annonce qu’« il n’y aura pas de signature du Plan Simple de Gestion sur la forêt usagère » (En Circonscription, mai 2022). Il traite en fait de deux sujets. D’une part, le dossier Thibaud Lemaire auquel elle fait une allusion explicite, soulignant que, « dès le 8 janvier 2021 », elle a « attiré l’attention de Barbara Pompili sur la demande de signature d’un PSG d’un propriétaire d’une parcelle ». D’autre part, le communiqué évoque aussi « le rapport [qui] préconise sept recommandations destinées à la Mairie de la Teste, aux syndicats des usagers et des propriétaires et au Préfet », c’est-à-dire le rapport Cinotti-Lavarde commandé par le gouvernement qu’elle soutient.

Sophie Panonacle en retient l’idée « que les PSG doivent être présentés conjointement par le propriétaire et les syndics des usagers », en demandant que, en cas contraire, « les services administratifs sont dans l’obligation de refuser toute demande d’instruire ».

En mettant de côté la guéguerre du « c’est moi qui aie d’abord alerté la ministre et le gouvernement » pour contrer la proclamation victorieuse de la sénatrice Monique de Marco du 13 juillet 2021, la député LREM, sauf erreur, ne se prononce donc pas, avant juillet 2022, sur le cas crucial du plan anti-incendie proposé par le maire Davet et la DFCI.

L’ADDUFU lance en juin 2022 une pétition en ligne, qui recueille plus de trente mille signatures. Elle est adressée à Barbara Pompili (désignée comme ministre de la Transition écologique, bien qu’elle ne le soit déjà plus au sein du gouvernement Borne). Après avoir souligné « l’incroyable richesse écologique et culturelle » de la FU, le texte de la pétition estime que celle-ci « subit aujourd’hui une attaque » : le PSG déposé fin 2020 par un propriétaire de parcelles « visant à ouvrir une brèche dans la gestion de cette forêt ». L’ADDUFU pointe donc le dossier Lemaire en laissant entendre que c’est une sorte de poisson-pilote.

La pétition se termine par « nous demandons qu’aucun Plan Simple de Gestion ne soit approuvé dans la Forêt usagère de La Teste de Buch et que son écosytème soit ainsi préservé ». Cette conclusion qui refuse par avance tout PSG considère donc que ce genre de planification ne peut en aucun cas préserver un écosystème, ce qui reste à démontrer.

Le projet anti-incendie de la DFCI n’est pas évoqué par la pétition. Mais, parallèlement, l’ADDUFU le vise néanmoins dans un tract de juin 2022 qui appelle à une manifestation contre lui. Elle y estime que « au prétexte de l’urgence du recalibrage des chemins utilisés par les engins de la DFCI pour la mise en sécurité incendie de la FU, l’État essaye une nouvelle fois de passer en force, au mépris des Baillettes et Transactions, comme il l’avait tenté, sans succès pour la mise en place d’un Plan simple de gestion ».

L’ADDUFU s’oppose donc à un projet privé et à un projet public en les confondant auprès du grand public au nom d’une protection générale de la forêt. Au-delà de cette assimilation, ou grâce à elle vu le succès de la pétition, l’ADDUFU a donc volens nolens remis en cause les travaux de protection contre les incendies.

Dans sa propre forêt. Avec toute la bonne intention du monde. Avec les quelques larmes qu’il doit rester à ses membres pour pleurer depuis le brasier de juillet. Avec quelques relais qui essaient de masquer son rôle paradoxal, tandis que les médias se cantonnent au spectaculaire.

Selon un entretien accordé après l’incendie, l’ADDUFU explique s’être opposée « non pas à l’élargissement des chemins, mais à l’appropriation par la DFCI des bois dont elle n’est pas propriétaire » (L’Obs, 20 juillet 2022). Relevons qu’il y a bien un enjeu économique (le bois, c’est-à-dire les revenus du bois) qui surdétermine la question environnementale, mais le résultat est là : tabula rasa après l’incendie.

On peut certes jouer sur les mots en prétendant que l’ADDUFU n’est pas une organisation écologiste, bien que soutenue par de nombreuses associations qui se revendiquent de l’écologie (cf. la manifestation du 31 décembre 2020 ou l’appel à la réunion publique du 4 juin 2021). Mais quelle que soit l’étiquette, le fond du positionnement est classiquement écologiste où la protection se confond rigidement avec la conservation.

  1. Sombre ironie

Au vu de l’incendie qui a réduit la forêt de La Teste en cendres, il est tentant d’ironiser sur ce recours inversé à « l’urgence » (mantra des écologistes et des collapsologues) évoqué dans le tract de l’ADDUFU. Cette « urgence du recalibrage » qu’elle dénonce n’aurait pas été si urgente que cela pour lutter contre les incendies, mais, de fait, elle l’était bel et bien.

L’ironie est d’autant plus tentante que le tract en question appelait à une manifestation devant la sous-préfecture d’Arcachon pour le 13 juillet 2022 afin de protester contre le projet de la DFCI. Mais l’incendie de La Teste de Buch s’est déclaré vers 15 h 00 le mardi 12 juillet, la veille du jour prévu. La manifestation a été annulée.

Au-delà de la sombre ironie, on peut se demander si l’ADDUFU n’a pas été entraînée sur un chemin qui a conduit la forêt à sa perte par sa nature même et par son positionnement idéologique sous-jacent. Représentant les usagers — les petits comme les gros — face aux propriétaires — les petits comme les gros —, elle a fait beaucoup confiance aux élus municipaux pour faire respecter la loi, c’est-à-dire le droit d’usage sur la FU, mais sans grand succès.

Certains de ses dirigeants avaient certes conscience du double jeu possible des élus. L’ADDUFU a été échaudée par un procès qu’elle a perdu contre un permis d’aménager conforme à un PLU sur une partie de « la FU qui avait été classée injustement en zone urbanisable (…), sans doute dans les années 70 » (CR de l’AG de février 2020). Mais ce PLU n’est-il pas porté, et amendable, par ces maires qui se précipitent à ses AG et dont l’association s’honore du soutien ?

Lors de son AG en janvier 2019, l’ADDUFU se plaint également du double discours d’un adjoint au maire de La Teste tenant un propos à l’AG du syndicat des propriétaires, en 2018, qui ne correspond pas à la position officielle de la municipalité (CR de l’AG de janvier 2019). De même, l’ADDFU a porté plainte contre l’ONF « pour complicité de vol » à propos d’une coupe.

Mais sa contestation des autorités s’arrête en chemin, probablement sous l’effet du sens de la responsabilité dû à sa propre sociologie. Ses dirigeants, souvent des retraités, ont en outre probablement été séduits par l’environnementalisme contemporain centré sur la conservation radicale. Le discours conservationniste, relayé par des élus écologistes désormais présents dans les différentes instances du pouvoir, y compris localement dans les municipalités, stimule certes un réflexe légitime de défense en faveur d’une autonomie et d’un droit d’usage collectif, opposés a priori à un capitalisme propriétaire. Mais, par sa position maximaliste contre le changement, il aboutit à placer en quelque sorte la mèche pour un feu qui allait démarrer.

En pointant essentiellement la menace de la suppression des droits d’usage, notamment brandie par le président de l’ADDUFU lors de l’assemblée générale de février 2020, l’association construit certes le socle d’une mobilisation commune, mais elle lui subordonne les autres problématiques. Elle crédite aussi une forme d’immobilisme voire de fossilisation que les manifestations successives masquent aux plus activistes. Phénomène classique d’un mouvement d’opposition dont l’unanimité peut voler en éclats dès qu’il faudrait construire un projet alternatif.

En somme, le conservatisme sociologique patrimonial s’est combiné, probablement de bonne foi et sans méfiance, au néo-conservationnisme environnementaliste, en gros les vieux avec les jeunes, le grisbi avec la planète. Le secteur écologiste y a trouvé son compte car à la recherche d’un électorat grandissant qui lui permettrait d’aller au-delà d’une victoire à la mairie de Bordeaux.

Même si Jacques Storelli, le président de la CEBA dont est membre l’ADDUFU, pointait du doigt, dans un courrier adressé à la Préfecture en 2015, le manque de Plan de Prévention du Risque Incendie de Forêt (PPRIF) sur le bassin d’Arcachon, aucune des communes de la FU ne s’en sont par la suite dotées (contrairement à Andernos, Laton et Biganos).

Il existe aussi des désaccords internes, en particulier au sein de la droite politique, qui passent plus ou moins au sein de l’ADDUFU. C’est le cas de Jean-Marc Biehler, candidat LR malheureux aux municipales de La Teste de Buch à deux reprises, bien qu’ancien vice-président de l’ADDUFU au début des années 2020.

Il a voulu briser le statu quo. S’appuyant sur plusieurs études de spécialistes, dont l’une réalisée par l’association Pro Silva, il estime, dans un communiqué transmis à la presse en février 2020, que, depuis l’arrêt du gemmage, la FU « n’est plus entretenue et ne se régénère plus (…), son état est calamiteux et si on ne l’aide pas, son paysage de pins viendra à disparaître. C’est devenu une zone de non-droit : la police est submergée de plaintes, les Testerins n’osent plus s’y aventurer. Il n’y a plus de droit de chasse » (Sud-Ouest, 7 février 2020).

Biehler propose un plan qui vise « la régénération du massif sous forme de forêt jardinée ». Tout en reconnaissant qu’il est « un petit propriétaire indivis de neuf parcelle de la FU pour un total de 3,5 ha », il défend les droits d’usage dont il souhaite la réactualisation, rappelant que « conseiller municipal entre 1989 et 1995 », il a « été exclu de la majorité » (de droite) car il militait « activement pour le classement en site de la FU » (ibid.).

Or Jean-Bernard Biehler présente une liste aux municipales de mars 2020 qui arrive en quatrième position au premier tour. Pour le second tour, il rejoint la liste arrivée deuxième, emmenée par Patrick Davet. Celui-ci l’emporte finalement face au maire sortant qui se présentait pour la troisième fois, à la surprise générale mais sans aucun doute grâce à ce ralliement.

Or Biehler est très mal vu par les dirigeants de l’ADDUFU à cause de sa vision sur la forêt. Le maire fraîchement élu a probablement dû avancer avec difficultés entre l’ADDUFU et ses nouveaux alliés, tout en proposant rapidement un plan contre les incendies qui entraîne des complications.

  1. Le « productivisme sylvicole » hors-jeu ?

À La Teste de Buch, ce n’est donc ni le grand capital, ni l’hérésie forestière qui ont favorisé l’incendie, mais des enjeux économiques somme toute modestes, quoique importants à leur échelle pour certaines personnes, l’attentisme, la lenteur (l’impuissance, la lâcheté ?) des pouvoirs publics combinée à la posture écolo-classique du « ne touchons à rien », ou très peu. Le conservatisme environnemental arrange d’ailleurs certains acteurs du tourisme ou des municipalités peu désireux de mettre la main à la poche, le tout au sein d’un système social et juridique complexe.

Cette forêt ne relève donc aucunement d’un quelconque « productivisme  sylvicole » qui, par sa frénésie économique et quasi industrielle, serait responsable de son incendie. Car on vient de voir que c’était exactement le contraire. La FU n’avait rien d’une pinède géométrique et uniforme. Quant à la forêt de Landiras qui tombe en partie dans ce type d’exploitation, elle a, comme on l’a vu, fait les frais de la priorité accordée à La Teste dans la lutte contre l’incendie. Là aussi le productivisme n’y peut mais.

En fait, la sylviculture intensive se situe localement plus au sud, dans le département des Landes, où, notons-le, il n’y a pas eu d’incendies, et pour cause : les gestionnaires sérieux n’ont pas envie de voir leur capital brûler, et ils prennent des précautions. Et il n’y a pas de FU…

Se pose aussi la question d’une relance du gemmage. La France ainsi que l’Union européenne importent massivement de la gemme, les deux pays producteurs que sont l’Espagne et le Portugal ne produisant que moins de dix pour cent de sa consommation. Trois pays assurent 92 % de la production mondiale : la Chine pour moitié, le Brésil et l’Indonésie. L’exigence de ne plus recourir aux produits carbonés fossiles conformément à la « transition écologique » (= énergétique) rend néanmoins attractive la chimie de produits « bio-sourcés ». Les résines européennes offrent en outre l’avantage de ne pas comporter de molécules allergisantes.

Mais le prix de revient d’un litre de gemme (oléorésine) en France revient actuellement à deux fois et demi le prix de vente. Le gemmage n’est donc pas rentable. Pour le devenir, l’activité doit rentrer dans une économie d’échelle et bénéficier d’aides.

Doit-elle être relancée pour échapper à la domination des pays importateurs qui exploitent leur main d’œuvre, qui gèrent plus ou moins bien leur forêt et qui ont acquis, dans le cadre général des relocalisations économiques, une certaine puissance dont ils abusent comme la Chine ?

Face à la question économique se pose donc une question géopolitique, compliquée par la question écologique puisque, en principe, les écologistes urbains ne voient pas le gemmage d’un bon œil. Ou bien faut-il se passer de la gemme ? Est-ce possible, à quel prix ?

  1. Le climat bien commode

Le temps météorologique n’est donc qu’un accélérateur de la problématique incendiaire en Gironde.

On raconte n’importe quoi à ce sujet, en particulier les médias ou certains militants qui confondent systématiquement chaleur et sécheresse. Rappelons que les régions les plus sèches de la planète, c’est-à-dire là où il y a le moins de précipitations, se trouvent au Pôle Nord et au Pôle Sud (où il n’y a pas d’incendies, n’est-ce pas). Autrement dit, c’est la sécheresse qui est le facteur primordial de facilitation des incendies, avant chaleur ou canicule.

C’est un ensemble de causes qu’il faut décidément prendre en compte pour comprendre le phénomène incendiaire en reliant les facteurs physiques aux facteurs humains, avec la bonne grille d’analyse qui n’oublie pas la lutte des classes, l’arrivisme des politiciens, dont les écologistes, ni les contradictions du système politique entre État et communes, plus l’ensemble du mille-feuille administratif intermédiaire. En ce sens, la FU de La Teste de Buch est un véritable cas d’école.

Le mois de juillet 2022 à La Teste de Buch n’a pas été le plus chaud enregistré, puisque le record date de 2020 (2003 pour le mois d’août, 2015 pour le mois de juin). De mai 2021 à mai 2022, le département de la Gironde a cependant connu les taux de précipitations les plus faibles depuis 1959. C’est assurément un facteur important.

Important, mais pas suffisant puisqu’au cours de l’été 2020, par exemple, caractérisé par une canicule, il n’y a pratiquement eu aucun grand incendie en France. Même pas en Provence, la région la plus sensible à cette problématique à cause de la pression foncière, urbaine et touristique. Les mesures de confinement liées à l’épidémie de Covid-19 avaient été levées depuis le 11 mai de cette année. La population s’était remis à se déplacer et à voyager durant tout cet été, en particulier dans les régions touristiques comme la Provence et la Côte d’Azur.

Tout mettre sur le dos du climat, ou presque, est un moyen de ne pas analyser sérieusement la problématique et de naturaliser la question sociale, encore et toujours. Et ce ne sont pas les médias paresseux qui feront progresser la connaissance. Un beau feu et une belle panique sont en effet propices à l’idéologie de la peur et du « bad news is a good news ». Le culte de la peur qui est le mode de gouvernance des États totalitaires est en passe de devenir celui des États démocratiques puisque l’épouvantail du communisme a disparu : il reste celui de l’islamisme, de la pandémie et de l’effondrement écologique selon ses différentes déclinaisons.

Aux incendies girondins, on rajoute ceux de Californie (en oubliant la mauvaise gestion forestière dans cet État et la périurbanisation des espaces concernés), tout en oubliant les inondations dans le Kentucky (là pas de sécheresse, mais des pluies). Le site d’EELV Gironde ne se gêne d’ailleurs pas en titrant à propos des incendies girondins : « Un air d’apocalypse ».

Au passage, cela excite les pyromanes qui passent à l’acte. Et vu le délabrement du secteur psychiatrique en France, il y a du souci à se faire. Il est d’ailleurs possible que l’acte du pompier pyromane gardois ait été stimulé par la dramaturgie médiatique concernant les feux gascons. Un effet pervers, autrement dit, guère écologique à la base.

  1. Cui bono ?

Ce matraquage politico-médiatique sur « la chaleur » ou le « manque d’eau » (en réalité très inégal selon les régions) n’est qu’une préparation à un serrage de ceinture généralisé en mélangeant toutes les questions (le gaz, l’Ukraine, le climat, l’eau…).

Concernant plus spécifiquement l’eau, n’oublions pas qu’elle est nécessaire pour les centrales nucléaires dont la politique est relancée à grand renfort de « c’est la faute au climat et à Poutine ». Il faudra donc la prendre quelque part, auprès des citadins ou des agriculteurs, voire construire quelques nouveaux barrages, faire croire que c’est urgent. Rien ne vaut la menace d’une pénurie dans une société de consommation pour préparer le terrain aux politiques foireuses. La Première ministre Élizabeth Borne peut ainsi se permettre, le 5 août 2022, de qualifier d’« historique » la sécheresse de juillet 2022, tout en oubliant celle de l’été 1976, lorsque la Loire n’était plus qu’un filet d’eau à Tours et que 90 000 ha étaient partis en fumée en France…

Le dossier de La Teste de Buch est tellement sensible au vu des informations données précédemment que nous risquons de ne jamais savoir comment le feu est parti. Cui bono, à qui profite le crime ? La manifestation de l’ADDUFU contre le projet anti-incendie était prévue pour le 13 juillet, les travaux d’aménagement des pistes en FU avaient débuté la veille, le 12 juillet selon Bruno Lafon de la DFCI 33, puis, dans la journée du 13, le feu démarre.

Cette question risque de faire frémir les lanceurs d’alerte anti-complotistes dont c’est le principal argument pour éviter d’affronter la complexité, mais, qu’on le veuille ou non, la question mérite d’être posée. Car cet incendie a fait table rase d’un certain nombre de problèmes… Et l’histoire nous rappelle que, dans le passé, l’opposition à l’aliénation des communaux pouvait être repoussée par l’incendie comme le note un certain Lareillet en 1836, Maître des forges d’Ychoux [6].

Au-delà de La Teste de Buch, la forêt gasconne n’avait pas seulement pour objectif de faire du profit forestier. Avant le XIXe siècle, c’étaient des landes, comme l’indique le nom du département donné pendant la Révolution, et des marais, avec des vents (courants d’ouest) qui emportaient le sable et abîmaient les cultures de l’intérieur. Les premiers aménagements remontent à 1788 avec la fixation des dunes par l’ingénieur Nicolas Brémontier (endiguement, madrier, semis), puis la reforestation vers l’intérieur. La monosylviculture et le gemmage n’ont pas fait que profiter à des gros capitalistes, mais aussi à un grand nombre de paysans, de propriétaires, de communes.

Revendiquer davantage de moyens pour lutter contre les incendies est légitime, mais comme dans bien d’autres domaines (instruction publique, santé…), cet appel comporte deux risques : promouvoir une escalade technologique bien souvent présentée comme la meilleure sinon la seule solution, avec une dérive observable à propos de la géo-ingénierie et du climat ; éviter de s’attaquer aux causes en se concentrant sur les conséquences.

Or l’exemple de l’incendie de La Teste de Buch vient de nous montrer combien il résulte d’une situation sociale, économique et politique à tous les niveaux, et d’abord locaux. Il repose la question de la propriété privée et de la gestion des biens communs sans tomber dans l’angélisme manichéen. Il révèle toute la difficulté de la question où les petits intérêts personnels se combinent paradoxalement avec de grands discours généreux.

L’incendie d’une forêt mature traduit le vieillissement d’une société française jusque dans son esprit conservateur et néo-conservateur. L’analyse géographique permet de montrer l’ensemble des facteurs en jeu et la réalité des conflits d’intérêt qui vont bien au-delà d’une question de protection de la nature.

Philippe Pelletier, 6 août 2022.

[1] Pyrénées, Guide Michelin 1971, p. 169.

[2] La Forêt usagère de la Teste de Buch, un fragile équilibre entre propriété et usage, Rapport de Bruno Cinotti de la CGEDD et de Françoise Lavarde de la CGAAER, janvier 2022, 66 p. dont la moitié composée d’annexes, infra Rapport 2022.

[3] Dupuy Francis (1996) : Le Pin de la discorde, les rapports de métayage dans la Grande Lande. Paris, MSH, 44 p.

[4] Papy Louis (1973) : « Le déclin de l’industrie de la gemme dans la forêt landaise ». Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, 44,2-3, p. 321-327.

[5] « Droits d’usage, en forêt on arrête de rigoler ! », La Dépêche du Bassin, 12 février 2020.

[6] Traimond Bernard (1980) : « Le feu est dans la lande ou l’incendie comme fait social ». Revue forestière française, 32-S, p. 333-343, p. 336.

 



Citer ce billet
Un-e membre du RGL (2022, 22 août). [Actualité] Incendies, pour une approche critique. Réseau des Géographes Libertaires. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tp6t

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.