Rencontre / débat : Climat et capitalisme vert

Samedi 19 mars, 15 h à la librairie Terre des Livres
Rencontre avec Philippe PELLETIER autour de Climat et capitalisme vert, De l’usage économique et politique du catastrophisme, éd. Nada.

Climat et capitalisme vertDepuis au moins deux décennies, le « réchauffement climatique » nous est présenté comme une question de vie et de mort pour l’humanité. Il figure désormais au cœur des agendas politiques. À chaque sommet international, les dirigeants déplorent la mauvaise volonté des uns ou des autres, tandis que les militants tombent dans la sinistrose.

Mais qu’en est-il réellement ? Quelle est l’évolution effective du climat ? Quels sont les véritables enjeux scientifiques, politiques, géopolitiques et économiques qui sous-tendent la question ?

Refusant de dissocier un savoir supposé neutre d’un monde où dominent la lutte des classes, les rivalités impérialistes et la concurrence entre le capitalisme des hydrocarbures et celui de l’électronucléaire, ce livre démonte la machine idéologique infernale qui nous soumet au catastrophisme ambiant.

Philippe Pelletier est un géographe libertaire, enseignant-chercheur à l’université Lyon 2. Ses travaux portent sur le Japon, l’histoire de la géographie et de l’écologie, les rapports entre anarchisme et géographie.

Librairie TERRE DES LIVRES
86, rue de Marseille
69007 Lyon
Voir le plan

Article La Voie du jaguar

Géopiraterie dans la Sierra Juárez d’Oaxaca ou le retour des Tuniques bleues

Par Georges Lapierre
Lu sur La Voie du jaguar

Au cours du mois d’août 2006 alors que l’État d’Oaxaca se trouvait en effervescence et la capitale occupée par la population insurgée, des enquêteurs se sont présentés au bureau de l’Union des organisations de la Sierra Juárez (Unosjo). Ils sollicitaient l’appui de l’Unosjo afin de réaliser une investigation géographique dans la région. Ce projet d’investigation scientifique avait pour nom : México Indígena.

Le responsable de cette étude, le géographe Peter Herlihy, a bien expliqué qu’il s’agissait, dans le cadre de ce projet, d’étudier l’impact de la privatisation des terres sur les communautés indiennes ; il a bien précisé, en outre, le nom des universités qui participaient à cette investigation : l’Université du Kansas, l’Université de Carleton, l’Université autonome de San Luis Potosi ; il a ajouté à cette liste la Secretaría de Medio Ambiente y Recursos Naturales [1] et la prestigieuse American Geographical Society (Société géographique américaine). Il s’est bien gardé de mentionner le commanditaire de cette recherche : le Foreign Military Studies Office (FMSO) ; c’est pourtant ce Bureau des études militaires à l’étranger qui finance [2] ce projet d’investigations géographiques avec l’entreprise d’armements et d’intelligence militaire, Radiance Technologies. Continuer la lecture de Article La Voie du jaguar 

Journées de Lyon du Réseau français des Territorialistes – 23-24 Mars 2016

Programme des journées de Lyon du Réseau français des Territorialistes :

Ces deux journées accueilleront entre 120 et 150 personnes, de différentes régions françaises, mais aussi d’Italie et d’Espagne, à l’Université Lyon 2, à l’Institut d’Études Politiques de Lyon ou à l’École Normale Supérieure de Lyon. Elles alterneront des temps long de présentation et d’échanges, des tables rondes et des ateliers entre porteurs d’initiatives et praticiens, chercheur-e-s et étudiant-e-s.

La journée du mercredi 23 mars donnera lieu, le matin, à la présentation et aux dialogues autour de six actions portées par des collectifs, mêlant les thématiques de la nature et du vivant, de l’espace public et des patrimoines, des paysages et de l’environnement, de l’agriculture et de l’énergie… L’après-midi, une table ronde réunira 12 intervenants, associations et institutions (CGET, Agences d’Urbanisme, CAUE, Région), praticiens et chercheurs (géographes, sociologues, politistes, architectes, urbanistes…), sur le thème des communs territoriaux et de la métropolisation. Cette table ronde sera suivie d’échanges animés par des doctorant-e-s.

La journée du jeudi 24 mars sera structurée, le matin, autour de quatre ateliers de production, dédiés aux savoirs émanant des territoires. Cette matinée proposera d’autres expériences, cette fois-ci de la région Auvergne Rhône-Alpes, pour amorcer échanges et productions. Les étudiant-e-s participeront à cette animation. Après restitution, le début d’après-midi sera consacré aux formes renouvelées de la recherche, en lien à l’action, en présence de représentants de cinq laboratoires de recherche mais aussi du service Sciences et Société de l’Université de Lyon.
La fin d’après-midi réunira, de manière ouverte, le réseau des territorialistes, pour capitaliser l’expérience, discuter des actions engagées (ex : site web) et débattre de celles à conduire.

Frais d’inscription: 20€
Par chèque bancaire à remettre sur place.
Gratuit pour les étudiant-e-s / doctorant-e-s.

Pour plus d’infos : visiter le site du réseau des territorialistes

Mémoire de Master 2 d’Anthropologie Sociale

De la curiosité scientifique
à la souveraineté écologiste

Isabelle Edwards-Chenet

Résumé

PhotoM2IsabelleECSuite à la ratification de traités et conventions internationales et européennes par le Royaume-Uni, stipulant l’impératif de préserver et protéger les ressources et milieux naturels de son territoire, l’application d’une législation et d’une administration conservationniste à l’île de Rathlin se fit de manière évidente. En effet, la somme des discours scientifiques faisant état de la richesse écosystémique de l’île constitue un socle épistémologique permettant de légitimer et de cautionner l’intervention d’organisations gouvernementales et non-gouvernementales soucieuses de la conservation de l’environnement. Ainsi, l’île de Rathlin est un territoire privilégié pour les activités de la Northern Ireland Environmental Agency1 (NIEA), mais également pour l’ONG Royal Society for the Protection of Birds2 (RSPB), depuis les années 1990. L’usage d’une argumentation scientifique par ces organismes permet d’évaluer les relations complexes qui s’instituent entre science, idéologie et pouvoir, et dans le cas précis entre naturalistes et écologie politique.
Continuer la lecture de Mémoire de Master 2 d’Anthropologie Sociale 

Engagement et recherche

La 2ème séance du séminaire “Espaces critiques” organisé par le RGL dans le cadre de l’Atelier 7 (Épistémologie & heuristique : temporalité, spatialité,  pluralité, crise, histoire, géographie) de l’UMR 5600 Environnement Ville Société se déroulera le vendredi 22 janvier 2016 de 12h à 14h30 dans les locaux de l’UMR, au 18 rue Chevreul (Lyon 7).

Engagement et recherche

Organisée par Eliott Ducharme, Isabelle Edwards-Chenet et Audrey Klein

affiche engagement et rechercheIMG

Plus d’informations ICI.

ECCE GLOCUS

Appel à participation

ECCE GLOCUS
Espaces en Crise, Crise de l’Espace – Glocalisation Littérature Organisation spatiale Cinéma Urbanisme Sociologie

Karolina Katsika (katkarolina[at]yahoo.fr)
& Marta Álvarez (marta.alvarez[at]univ-fcomte.fr)

Université de Franche-Comté

Crises, espaces
En 2006 éclate la crise des subprimes aux États-Unis ; en 2008, les banques d’affaires qui vendent des produits financiers à haut risque se trouvent en cessation de paiement, alors que la banque d’investissement Lehman Brothers fait faillite. La crise est très rapidement globalisée et le système bancaire mondial est menacé d’effondrement. Les états et les banques centrales, surtout des États-Unis et des pays d’Europe qui sont gravement touchés, interviennent afin d’éviter la chute. Ceci provoque, en 2010, une augmentation considérable des déficits publics.

Continuer la lecture de ECCE GLOCUS 

Atelier “Pratiques utopiques”, 2016, Univ. Paris Ouest

Atelier “Pratiques utopiques”, 2016, Univ. Paris Ouest

(Lu sur : Le carnet du Sophiapol)

https://c1.staticflickr.com/5/4042/4261842693_845ed17b70.jpg

L’atelier Pratiques Utopiques est organisé par des enseignants, doctorants et chercheurs associés au Sophiapol. Les séances de travail débutent en janvier 2016.

L’atelier Pratiques Utopiques cherche à analyser des pratiques économiques ou des objets qui se présentent comme des alternatives ou des utopies. Il s’agira d’étudier leurs effets de politisation (qu’elles se présentent elles-mêmes consciemment comme des pratiques politiques et militantes ou non). L’orientation philosophique générale qui sous-tend notre recherche veut montrer la pluralité de ces objets et de ces pratiques (elles ne sont pas homogènes et prédisposées à entrer en connexion les unes avec les autres, leur potentiel d’émancipation peut varier du tout au tout) et leur ambiguïté (il n’y a pas d’équivalence a priori entre le fait de se présenter comme une alternative ou une utopie et un contenu d’émancipation effectif). Il s’agit donc d’analyser aussi les échecs, limites, obstacles, effets pervers que rencontrent ces pratiques, leur détournement, leur instrumentalisation toujours possible, la reproduction des rapports de pouvoir qui peut se produire en leur sein.

Ce présupposé plutôt « déflationniste » à l’égard des pratiques alternatives implique de ne pas placer d’emblée la recherche sous un terme qui pourrait les subsumer (comme celui de « commun » par exemple), mais il est cependant essentiel de confronter des concepts (au pluriel) et des pratiques. Du point de vue méthodologique, les concepts doivent être présents explicitement, précisés et soumis à des « épreuves » ou à des « tests ». C’est ce qui permettra de mieux penser des conjonctions possibles entre pratiques.

Un tel présupposé est sans doute corrélé à l’idée que la transformation profonde du monde social ne viendra pas d’une seule idée-force ou d’un seul type de pratiques, mais de la conjonction à organiser entre des pratiques multiples et dispersées. A cet égard, on peut en particulier analyser la manière dont les pratiques alternatives « décloisonnent » les secteurs et sous-secteurs dans lesquels elles sont insérées (par exemple en faisant de l’art une dimension de leur répertoire).

Cette année, l’atelier abordera les thématiques suivantes :

  • Nouvelles technologies, économie collaborative, propriété
  • Monnaie, échange, circulation
  • Consommation
  • Travail, coopératives
  • Écologie

Programme 

Continuer la lecture de Atelier “Pratiques utopiques”, 2016, Univ. Paris Ouest 

Textes du colloque « Penser l’écologie politique 2 »

Textes du colloque « Penser l’écologie politique 2 »colloquePenserlecologiepolitique2

Le colloque « Penser l’écologie politique 2 » s’est déroulé les 15 et 16 juin 2015 à Université Paris 7. Les organisateurs/trices ont mis en ligne les textes de plusieurs interventions du colloque.

Vous pourrez entre autres y retrouver un texte de Philippe Pelletier intitulé « Le progrès chez Elisée Reclus, histoire et actualité d’une approche » ainsi qu’un texte d’Anahita Grisoni sur le mouvement NoTav (intitulé « Le mouvement Notav, un mouvement écologiste ? ») qui fera sans doute écho à la première séance du séminaire Espaces critiques organisé par le RGL de Lyon sur le thème des Zones à Défendre (ZAD).

Voir tous les textes mis en ligne par les organisateurs/trices du colloque ICI.

Gouvernance des biens communs, pour une nouvelle approche des ressources naturelles

Gouvernance des biens communs, pour une nouvelle approche des ressources naturelles
par Luc Bonet
(Lu sur RECMA.org)

La pensée économique dominante conclut, au mieux, à l’inefficacité économique de « l’action collective […] des individus utilisant des ressources communes », au pire, à l’épuisement de ces biens communs, à moyen ou long terme. Il en ressort une alternative politique : la privatisation de ces biens (acteurs individuels ou firmes) ou leur contrôle par l’Etat (contrôle direct, nationalisation, ou indirect, régulation extérieure de l’action). Dans son ouvrage, Gouvernance des biens communs (dont sont tirées les citations de cette note), Elinor Ostrom (« Nobel » d’économie 2009) critique tant les modèles « métaphoriques » à la source de cette vision pessimiste, qui culmine dans la « tragédie des biens communs » (Garret Hardin), que les solutions qui s’inscrivent dans l’alternative Marché-Etat. S’appuyant sur ses propres travaux et enquêtes sur le terrain, comme sur les données d’autres auteurs, Ostrom met en avant les solutions « de l’auto-organisation et de l’auto-gouvernance dans les situations de ressources communes ». Solutions pragmatiques, efficaces et durables dans suffisamment de cas pour que l’auto-organisation apparaisse non pas comme une utopie politique mais comme une pratique d’action collective qui répond à une large palette de problèmes économiques. Continuer la lecture de Gouvernance des biens communs, pour une nouvelle approche des ressources naturelles 

Proudhon – Coase : La propriété de la firme

Proudhon – Coase : La propriété de la firme
par Luc Bonet

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/4a/Pierre-Joseph_Proudhon.jpgEn 1937, Ronald Coase (prix Nobel 1991) écrit un article retentissant sur « la nature de la firme », celle-ci se caractérise par une coordination hiérarchique alternative à la coordination par les prix et donc un autre type d’allocation des ressources que celui résultant des « transactions d’échanges ». Ce coup de tonnerre dans la théorie économique de l’époque, qui réduisait l’économie réelle aux seuls phénomènes d’échange entre unités, va donner lieu à une nouvelle branche de la théorie économique, dite néo-institutionnelle, illustrée notamment par les travaux d’Oliver Williamson (Nobel 2009). Or, que la firme soit un lieu de répartition des ressources par le propriétaire et non un marché de « facteurs de production », est une des thèses principales de Proudhon dans sa critique de la propriété capitaliste. Le problème de notre socialiste n’était pas le salaire comme résultat d’un échange, mais le salaire comme résultat d’une répartition, décidée par le propriétaire capitaliste. Si Coase a mis en évidence l’alternative entre coûts de transaction et coûts d’organisation pour expliquer l’existence des firmes, il reste à justifier de l’efficience du mode capitaliste de propriété de la firme comparé aux modes non lucratifs.

Suite à lire sur le site de la RECMA : cliquer ICI.

Rapport « Kurdistan : Oui, le peuple peut changer les choses (l’expérience du Rojava) »

Le site de l’Association Autogestion a publié récemment un reportage de Zaher Baher, « Kurdistan : Oui, le peuple peut changer les choses (l’expérience du Rojava) » réalisé en juillet 2014, traduit par Alain KMS, avec Alternative libertaire. Zaher Baher, est membre du Kurdish Anarchists Forum. Il sera de passage prochainement à la librairie Publico à Paris.

Voici le premier paragraphe  :

En mai 2014, j’ai parcouru pendant quelques semaines le Kurdistan syrien — « le Rojava » 1 — au nord-est du pays, avec un ami. Durant ce séjour, nous avons eu toute latitude pour rencontrer qui nous voulions : femmes, hommes, jeunes, partis politiques. Dans cette région, il y a plus de 20 partis, qu’ils soient étiquetés « kurdes », « chrétiens », ou autres. Quelques-uns participent à l’« auto-administration démocratique » (Democratic Self Administration, DSA) ou « autogestion démocratique » (Democratic Self Management) de la région de la Cizîrê 2. […]

Lire la suite sur le site de l’Association Autogestion en cliquant sur ce lien.

 

Climat & géographie

[Rubrique Textes en débat]Climat&CapitalismeVert01
Voici un texte écrit par Philippe Pelletier sur le thème du climat et de la géographie. Ce texte a été écrit dans le but d’engendrer un débat parmi les géographes (et au-delà de la discipline). N’hésitez pas à laisser un commentaire pour lancer le débat !

 

CLIMAT : ENTRE IRÉNISME ET CATASTROPHISME, PLACE À LA GÉOGRAPHIE
par Philippe PELLETIER
professeur de géographie, Université Lyon 2

La COP 21 qui se tient à Paris en décembre 2015 (re-)met au devant de la scène politico- médiatique la question climatique. Son site officiel nous annonce que « nous sommes tous menacés » (premier item), que « la planète se réchauffe » et que « les espèces disparaissent ». Le ton est donné par le recours à la voix de plusieurs enfants dont la naïveté contraste avec la gravité du propos — il faut bien évoquer de façon subliminale les « générations futures », même si elles ne savent pas de quoi elles parlent à leur âge — dans un mélange de peur, de futur et de fraîcheur. Les géographes sont pratiquement absents de tous les sommets et conférences prestigieuses annoncés autour de cet événement, et pourtant ils et elles ont de quoi dire. La question du climat mobilise en effet cinq approches fondamentales à leur discipline : l’interface nature-sociétés, l’imaginaire, la mesure, la spatialisation et la géopolitique. […]

La suite en téléchargement ICI.

Document annexe sur la composition du Club de Rome.

Pour aller plus loin, l’auteur a publié récemment un livre sur ce sujet, intitulé Climat et Capitalisme Vert. De l’usage économique et politique du catastrophisme (édition nada).

1ère séance Séminaire « Espaces Critique »

La 1ère séance du séminaire « Espaces critique » organisé par le RGL dans le cadre de l’Atelier 7 (Épistémologie & heuristique : temporalité, spatialité,  pluralité, crise, histoire, géographie) de l’UMR 5600 Environnement Ville Société se déroulera le vendredi 20 novembre de 12h à 14h30 dans les locaux de l’UMR, au 18 rue Chevreul (Lyon 7).

1ère séance : Occuper, s’approprier, habiter… Luttes territoriales et ZADs : pour qui, pour quoi ? Le cas de la ZAD de Roybon et de la lutte contre le projet de Central Park au Parc Georges Valbon.

PrintPlus d’informations ICI.

Entrée libre sur inscription à l’adresse présente en bas de l’affiche.

Cycle « Géographie sociale des transports » Paris 8 – Dionyversité

L’Université Paris 8 propose un programme de formation conjoint avec la Dionyversité (université populaire de la Seine St-Denis) en géographie sociale dont voici la présentation.

Présentation aux dionyversitaires

Qu’est-ce que la géographie sociale ?

La géographie sociale est une géographie des questions sociales. Elle est une façon d’aborder les rapports hommes-milieux (le projet de toute géographie) en partant du social, c’est-à-dire en travaillant sur la dimension spatiale des sociétés et des rapports de pouvoir qui les structurent. De ce fait, la géographie sociale a pour thèmes centraux la dimension spatiale des inégalités : vulnérabilités face aux risques, inégalités d’accès aux ressources. Elle s’intéresse aux rapports de domination qui structurent ces inégalités : domination de classe, de sexe, domination fondée sur la racialisation. La géographie sociale s’inscrit dans une approche critique du contexte de mondialisation, dernier stade du capitalisme, qui produit et renforce ces inégalités ; à ce titre, elle aborde ses objets de recherche au prisme de la justice spatiale.

Dans le contexte urbain spécifique du nord francilien dans lequel s’inscrivent l’université de Paris 8 et la Dionyversité, ces entrées théoriques se traduisent par une attention portée aux formes de ségrégations urbaines, aux effets sociaux des politiques urbaines (rénovation urbaine, projets urbains, mixité sociale, gentrification, questions de logements, etc.), et à tout ce qui constitue le droit à la ville.

Continuer la lecture de Cycle « Géographie sociale des transports » Paris 8 – Dionyversité