2015-2016 Séminaire «Espaces critiques» du RGL (séances passées)

Le RGL (Réseau des Géographes Libertaires) organise un séminaire (5 séances) dans le cadre de l’Atelier 7 (Épistémologie & heuristique : temporalité, spatialité,  pluralité, crise, histoire, géographie) de l’UMR 5600 Environnement Ville Société, intitulé « Espaces critiques ».

1ère séance : Occuper, s’approprier, habiter… Luttes territoriales et ZADs : pour qui, pour quoi ? Le cas de la ZAD de Roybon et de la lutte contre le projet de Central Park au Parc Georges Valbon

Les années 70 ont connu un véritable « tournant » avec la naissance des premiers grands mouvements de contestation des politiques d’aménagement en France, tels que les luttes contre les projets de centrale nucléaire de Plogoff dans le Finistère et de Super Phénix, dans l’Isère, ainsi que la lutte contre l’extension du camp militaire sur le plateau du Larzac.
Ces grands mouvements d’opposition ont ensuite laissé place à une « 
généralisation des conflits » dans les années 80 et surtout dans les années 90. La contestation des politiques d’aménagement a alors semblé se banaliser, les mobilisations se trouvant circonscrites à une échelle régionale, voire locale, notamment du fait d’une revalorisation du territoire du proche et de l’échelle locale, mais aussi du fait que les principaux programmes d’aménagement aient été mis en œuvre.
Cependant, nous observons actuellement un renouveau des conflits d’aménagement en capacité de mobiliser à plus vaste échelle. Ces luttes s’opposent à des projets d’aménagement de grande envergures, parfois nommés « Grands Projets Inutiles et Imposés » (GPII), nouvelle catégorie militante désignant en grande partie des projets d’équipements et d’infrastructures (énergétiques, de transport, touristiques, sportifs…). « ZAD », Camp pour le climat, mobilisations citoyennes, constituent alors tout autant de manières de se mobiliser.
La ZAD de Roybon opposée au projet de Center-Parcs dans la forêt des Chambaran et la lutte contre le projet d’un Central Park pour le Grand Paris au Parc Georges Valbon en Seine-Saint-Denis figurent comme des exemples de ces mobilisations. Si elles mettent en lumière des manières de lutter différenciées, toutes deux semblent revendiquer des postulats communs : un rejet des politiques économiques d’attractivité comme seule solution pour les territoires en déclin, la remise en cause des processus de décision dans l’aménagement du territoire, l’habiter comme motif de lutte…

Nous invitions à une réflexion commune et au débat autour de ces mobilisations, à travers les moyens de lutte employés, les rapports aux territoires mis en lumières et ce que cela soulève en retour dans le domaine de l’aménagement.

Affiche de la séance :
Print

2ème séance : Engagement et recherche (Eliott Ducharme, Isabelle Edwards-Chenet et Audrey Klein).

le vendredi 22 janvier 2016 au 18 rue Chevreul, Lyon 7ème (salle 604, 6ème étage)

En tant que groupe de chercheur-es se réclamant d’une pensée libertaire, il nous a paru nécessaire dans le cycle des séminaires du RGL d’approfondir et d’organiser un débat autour de la place de l’engagement et du militantisme dans la recherche scientifique. Tout d’abord parce que le RGL est une initiative dont l’objectif premier est de valoriser et d’encourager une recherche géographique critique et réflexive à la fois par son approche, sa méthode et par les sujets traités. Il s’agit donc lors de cette séance de soumettre une série de questionnements sur les conditions mêmes de la production de connaissances scientifiques et la place du militantisme dans celles-ci. Pour cela nous nous proposons dans un premier temps de présenter nos travaux de recherche respectifs et de réfléchir à comment certains choix méthodologiques ou thématiques ont pu nous mener à la réalisation d’un travail qui se veut engagé (Eliott Ducharme, Isabelle Edwards-Chenet et Audrey Klein). 

Le rôle du/de la chercheur-e, la position stratégique du statut qui lui est conféré-e, les relations entre sciences et pouvoir, les limites du cadre institutionnel dans lequel prend place la recherche scientifique ainsi que les outils méthodologiques pouvant permettre la réalisation d’une recherche engagée sont autant de thématiques que nous souhaitons soumettre à la discussion afin d’en débattre à la fois les limites et les nécessités. Nous reviendrons également sur le rôle, parfois sombre, de la géographie sur la scène publique et militante et tenterons de présenter quelques outils mobilisables dans le cadre d’actions « engagées », de perspectives de luttes libertaires, ce qui nous permettra de revenir sur les précédentes journées d’études du RGL sur « Les outils des géographes ».  

Marion Tillous, maître de conférences à Paris 8, présentera un outil pédagogique mis en place par des enseignant-e-s de cette faculté en partenariat avec l’Université Populaire de St Denis (La Dionyversité). L’enjeu étant d’associer l’idée d’une éducation pour tou-te-s et la volonté de mettre en avant des approches critiques en géographie, dans le but d’allier autonomie et émancipation.  

Merci de nous contacter à rgl@riseup.net pour confirmer votre venue.

Affiche de la séance :
affiche engagement et rechercheIMG

3ème séance : Genre et Géographie sociale
Dialogues entre géographie, études de genre et anarchisme

En partenariat avec le Collectif de Géographie Féministe
Organisé par Judicaelle Dietrich (Paris 4 – ENeC), Diego Miralles Buil (Lyon 2 – EVS), Cha Prieur (Paris 4 – ENeC) et Marion Tillous (Paris 8 – LEGS).

le vendredi 8 avril 2016 de 12h à 16h
18 rue Chevreul, Lyon 7ème (salle n°303, 3ème étage)

Comment les études de genre sont-elles entrées en géographie ? Qu’est-ce que la géographie apporte aux études de genre ? Qu’est-ce qu’une géographie féministe ? De quels outils dispose-t-on pour étudier la dimension spatiale des rapports sociaux de domination de sexe ?
Trois recherches, portant sur les lieux & milieux queers à Paris et Montréal, les espaces de la pauvreté à Jakarta et le harcèlement sexuel dans les transports collectifs au Brésil, tenteront d’éclairer ces questions. Complétées par la lecture de textes de référence, elles seront aussi l’occasion d’entrer en dialogue avec l’approche anarchiste et de voir comment celle-ci peut éclairer une géographie féministe.
En présence de Kira Ribeiro, chercheuse en sciences politiques, qui présentera la revue féministe, queer et post-coloniale Comment s’en sortir ? dont elle a dirigé le numéro 2 sur les « Transféminismes ».

Soirée à l’Atelier des Canulars (dès 19h30)

La journée se poursuivra ensuite à l’Atelier des Canulars (91 Rue Montesquieu, Lyon 7) pour une soirée présentation/débat sur le thème des Transféminismes.
La soirée se déroulera en trois temps :
-19h30 : Présentation de la revue d’études féministes, queer et postcoloniales « Comment s’en sortir ? ». Présentation réalisée par Kira Ribeiro, coordinatrice du numéro de 2015 sur les Transféminismes. (cf. manifeste transféministe dont la revue propose une traduction).
-20 h : Lectures de textes + projections de vidéos sur le thème des transféminismes.
-21 h : Projection de « We Are Born Naked ! » de Daniel Aguirre Montoya (34 min, 2014).
Synopsis : « Ce court questionne par le biais de plusieurs artistes et academicien(e)s le corps comme un outil politique, et s’interroge sur la façon dont nos genres et nos sexualités sont construites ». Bande-annonce : https://vimeo.com/95986131
A la suite de quoi nous pourrons poursuivre le débat sur le thème des transféminismes avec les membres présent-e-s du Collectif de Géographie Féministe et de la revue « Comment s’en sortir ? »… le tout en grignotant des tapas végé !Entrée prix libre
Buffet / tapas végé + bar sur place

Affiche de la séance :
Affiche8AvrilGenreEtGeoRGL_v02_jpeg

4ème séance : Réflexions, propositions et pratiques enseignantes en Géographie, Histoire et ECJS dans le secondaire.

Séance proposée par Doriane Bauvoi et Dimitri Magnet.

Le vendredi 17 juin 2016 au 18 rue Chevreul, Lyon 7ème (salle 604, 6ème étage) de 12h à 14h30.
Buffet à prix libre pour le déjeuner.

Dans le cadre du séminaire Espaces Critiques du Réseau de Géographes Libertaires, nous vous proposons une séance consacrée à l’enseignement de la géographie mais aussi de l’histoire et de l’ECJS dans le secondaire.

Plusieurs sujets seront abordés :

– La limite Nord/ Sud est toujours en vigueur dans les programmes. Tous les manuels du secondaire la reprennent et elle est enseignée dès la 5e. Elle découpe le monde en deux parties d’un côté des pays du Nord dits « riches et développés » et de l’autre des pays du Sud dits « pauvres et peu développés ». Elle ne rend pourtant pas compte de différences majeures au sein du Sud mais aussi du Nord et instaure une vision binaire du monde, imprécise et obsolète. Elle pose un véritable problème vis à vis des représentations. En effet, elle est une représentation, enseignée dès le plus jeune âge. L’école impose dès lors à l’enfant une vision du monde dépassée et basée sur un seul modèle de développement, le modèle occidental.

– Nous voulons réfléchir à l’enseignement de la géographie, c’est à dire non plus APPRENDRE la géographie mais FAIRE de la géographie avec les élèves. Sur ce point, nous pouvons rappeler l’exemple du chapitre de « l’espace proche » vu en 6e, qui vient d’être supprimé au profit de nouveau chapitre tel « la ville de demain ». Nous sommes en droit de nous interroger sur ce futur chapitre et son contenu. S’agira-t-il de mettre en avant et de montrer à des enfants (très jeunes) un seul modèle d’aménagement du territoire ?

– Au cours de cette séance, il ne s’agit pas d’émettre seulement des critiques mais aussi de rendre compte de pratiques, proposer des solutions et d’envisager de futures rencontres à ce sujet.
Faire une carte est une démarche technique mais surtout une recherche créative de spatialisation des recherches. Nous proposons un retour d’expérience sur un devoir de cartographie libre en première L/ES. En ECJS, nous nous pencherons sur l’analyse de la symbolique d’un court métrage en classe de seconde afin de provoquer une réflexion sur la violence sociétale et son traitement.

20160609 festival educationA4_White