Archives mensuelles : janvier 2016

Mémoire de Master 2 d’Anthropologie Sociale

De la curiosité scientifique
à la souveraineté écologiste

Isabelle Edwards-Chenet

Résumé

PhotoM2IsabelleECSuite à la ratification de traités et conventions internationales et européennes par le Royaume-Uni, stipulant l’impératif de préserver et protéger les ressources et milieux naturels de son territoire, l’application d’une législation et d’une administration conservationniste à l’île de Rathlin se fit de manière évidente. En effet, la somme des discours scientifiques faisant état de la richesse écosystémique de l’île constitue un socle épistémologique permettant de légitimer et de cautionner l’intervention d’organisations gouvernementales et non-gouvernementales soucieuses de la conservation de l’environnement. Ainsi, l’île de Rathlin est un territoire privilégié pour les activités de la Northern Ireland Environmental Agency1 (NIEA), mais également pour l’ONG Royal Society for the Protection of Birds2 (RSPB), depuis les années 1990. L’usage d’une argumentation scientifique par ces organismes permet d’évaluer les relations complexes qui s’instituent entre science, idéologie et pouvoir, et dans le cas précis entre naturalistes et écologie politique.
Continuer la lecture de Mémoire de Master 2 d’Anthropologie Sociale 

Engagement et recherche

La 2ème séance du séminaire “Espaces critiques” organisé par le RGL dans le cadre de l’Atelier 7 (Épistémologie & heuristique : temporalité, spatialité,  pluralité, crise, histoire, géographie) de l’UMR 5600 Environnement Ville Société se déroulera le vendredi 22 janvier 2016 de 12h à 14h30 dans les locaux de l’UMR, au 18 rue Chevreul (Lyon 7).

Engagement et recherche

Organisée par Eliott Ducharme, Isabelle Edwards-Chenet et Audrey Klein

affiche engagement et rechercheIMG

Plus d’informations ICI.

ECCE GLOCUS

Appel à participation

ECCE GLOCUS
Espaces en Crise, Crise de l’Espace – Glocalisation Littérature Organisation spatiale Cinéma Urbanisme Sociologie

Karolina Katsika (katkarolina[at]yahoo.fr)
& Marta Álvarez (marta.alvarez[at]univ-fcomte.fr)

Université de Franche-Comté

Crises, espaces
En 2006 éclate la crise des subprimes aux États-Unis ; en 2008, les banques d’affaires qui vendent des produits financiers à haut risque se trouvent en cessation de paiement, alors que la banque d’investissement Lehman Brothers fait faillite. La crise est très rapidement globalisée et le système bancaire mondial est menacé d’effondrement. Les états et les banques centrales, surtout des États-Unis et des pays d’Europe qui sont gravement touchés, interviennent afin d’éviter la chute. Ceci provoque, en 2010, une augmentation considérable des déficits publics.

Continuer la lecture de ECCE GLOCUS 

Atelier “Pratiques utopiques”, 2016, Univ. Paris Ouest

Atelier “Pratiques utopiques”, 2016, Univ. Paris Ouest

(Lu sur : Le carnet du Sophiapol)

https://c1.staticflickr.com/5/4042/4261842693_845ed17b70.jpg

L’atelier Pratiques Utopiques est organisé par des enseignants, doctorants et chercheurs associés au Sophiapol. Les séances de travail débutent en janvier 2016.

L’atelier Pratiques Utopiques cherche à analyser des pratiques économiques ou des objets qui se présentent comme des alternatives ou des utopies. Il s’agira d’étudier leurs effets de politisation (qu’elles se présentent elles-mêmes consciemment comme des pratiques politiques et militantes ou non). L’orientation philosophique générale qui sous-tend notre recherche veut montrer la pluralité de ces objets et de ces pratiques (elles ne sont pas homogènes et prédisposées à entrer en connexion les unes avec les autres, leur potentiel d’émancipation peut varier du tout au tout) et leur ambiguïté (il n’y a pas d’équivalence a priori entre le fait de se présenter comme une alternative ou une utopie et un contenu d’émancipation effectif). Il s’agit donc d’analyser aussi les échecs, limites, obstacles, effets pervers que rencontrent ces pratiques, leur détournement, leur instrumentalisation toujours possible, la reproduction des rapports de pouvoir qui peut se produire en leur sein.

Ce présupposé plutôt « déflationniste » à l’égard des pratiques alternatives implique de ne pas placer d’emblée la recherche sous un terme qui pourrait les subsumer (comme celui de « commun » par exemple), mais il est cependant essentiel de confronter des concepts (au pluriel) et des pratiques. Du point de vue méthodologique, les concepts doivent être présents explicitement, précisés et soumis à des « épreuves » ou à des « tests ». C’est ce qui permettra de mieux penser des conjonctions possibles entre pratiques.

Un tel présupposé est sans doute corrélé à l’idée que la transformation profonde du monde social ne viendra pas d’une seule idée-force ou d’un seul type de pratiques, mais de la conjonction à organiser entre des pratiques multiples et dispersées. A cet égard, on peut en particulier analyser la manière dont les pratiques alternatives « décloisonnent » les secteurs et sous-secteurs dans lesquels elles sont insérées (par exemple en faisant de l’art une dimension de leur répertoire).

Cette année, l’atelier abordera les thématiques suivantes :

  • Nouvelles technologies, économie collaborative, propriété
  • Monnaie, échange, circulation
  • Consommation
  • Travail, coopératives
  • Écologie

Programme 

Continuer la lecture de Atelier “Pratiques utopiques”, 2016, Univ. Paris Ouest