Archives mensuelles : décembre 2015

Textes du colloque « Penser l’écologie politique 2 »

Textes du colloque « Penser l’écologie politique 2 »colloquePenserlecologiepolitique2

Le colloque « Penser l’écologie politique 2 » s’est déroulé les 15 et 16 juin 2015 à Université Paris 7. Les organisateurs/trices ont mis en ligne les textes de plusieurs interventions du colloque.

Vous pourrez entre autres y retrouver un texte de Philippe Pelletier intitulé « Le progrès chez Elisée Reclus, histoire et actualité d’une approche » ainsi qu’un texte d’Anahita Grisoni sur le mouvement NoTav (intitulé « Le mouvement Notav, un mouvement écologiste ? ») qui fera sans doute écho à la première séance du séminaire Espaces critiques organisé par le RGL de Lyon sur le thème des Zones à Défendre (ZAD).

Voir tous les textes mis en ligne par les organisateurs/trices du colloque ICI.

Gouvernance des biens communs, pour une nouvelle approche des ressources naturelles

Gouvernance des biens communs, pour une nouvelle approche des ressources naturelles
par Luc Bonet
(Lu sur RECMA.org)

La pensée économique dominante conclut, au mieux, à l’inefficacité économique de « l’action collective […] des individus utilisant des ressources communes », au pire, à l’épuisement de ces biens communs, à moyen ou long terme. Il en ressort une alternative politique : la privatisation de ces biens (acteurs individuels ou firmes) ou leur contrôle par l’Etat (contrôle direct, nationalisation, ou indirect, régulation extérieure de l’action). Dans son ouvrage, Gouvernance des biens communs (dont sont tirées les citations de cette note), Elinor Ostrom (« Nobel » d’économie 2009) critique tant les modèles « métaphoriques » à la source de cette vision pessimiste, qui culmine dans la « tragédie des biens communs » (Garret Hardin), que les solutions qui s’inscrivent dans l’alternative Marché-Etat. S’appuyant sur ses propres travaux et enquêtes sur le terrain, comme sur les données d’autres auteurs, Ostrom met en avant les solutions « de l’auto-organisation et de l’auto-gouvernance dans les situations de ressources communes ». Solutions pragmatiques, efficaces et durables dans suffisamment de cas pour que l’auto-organisation apparaisse non pas comme une utopie politique mais comme une pratique d’action collective qui répond à une large palette de problèmes économiques. Continuer la lecture de Gouvernance des biens communs, pour une nouvelle approche des ressources naturelles 

Proudhon – Coase : La propriété de la firme

Proudhon – Coase : La propriété de la firme
par Luc Bonet

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/4a/Pierre-Joseph_Proudhon.jpgEn 1937, Ronald Coase (prix Nobel 1991) écrit un article retentissant sur « la nature de la firme », celle-ci se caractérise par une coordination hiérarchique alternative à la coordination par les prix et donc un autre type d’allocation des ressources que celui résultant des « transactions d’échanges ». Ce coup de tonnerre dans la théorie économique de l’époque, qui réduisait l’économie réelle aux seuls phénomènes d’échange entre unités, va donner lieu à une nouvelle branche de la théorie économique, dite néo-institutionnelle, illustrée notamment par les travaux d’Oliver Williamson (Nobel 2009). Or, que la firme soit un lieu de répartition des ressources par le propriétaire et non un marché de « facteurs de production », est une des thèses principales de Proudhon dans sa critique de la propriété capitaliste. Le problème de notre socialiste n’était pas le salaire comme résultat d’un échange, mais le salaire comme résultat d’une répartition, décidée par le propriétaire capitaliste. Si Coase a mis en évidence l’alternative entre coûts de transaction et coûts d’organisation pour expliquer l’existence des firmes, il reste à justifier de l’efficience du mode capitaliste de propriété de la firme comparé aux modes non lucratifs.

Suite à lire sur le site de la RECMA : cliquer ICI.

Rapport « Kurdistan : Oui, le peuple peut changer les choses (l’expérience du Rojava) »

Le site de l’Association Autogestion a publié récemment un reportage de Zaher Baher, « Kurdistan : Oui, le peuple peut changer les choses (l’expérience du Rojava) » réalisé en juillet 2014, traduit par Alain KMS, avec Alternative libertaire. Zaher Baher, est membre du Kurdish Anarchists Forum. Il sera de passage prochainement à la librairie Publico à Paris.

Voici le premier paragraphe  :

En mai 2014, j’ai parcouru pendant quelques semaines le Kurdistan syrien — « le Rojava » 1 — au nord-est du pays, avec un ami. Durant ce séjour, nous avons eu toute latitude pour rencontrer qui nous voulions : femmes, hommes, jeunes, partis politiques. Dans cette région, il y a plus de 20 partis, qu’ils soient étiquetés « kurdes », « chrétiens », ou autres. Quelques-uns participent à l’« auto-administration démocratique » (Democratic Self Administration, DSA) ou « autogestion démocratique » (Democratic Self Management) de la région de la Cizîrê 2. […]

Lire la suite sur le site de l’Association Autogestion en cliquant sur ce lien.

 

Climat & géographie

[Rubrique Textes en débat]Climat&CapitalismeVert01
Voici un texte écrit par Philippe Pelletier sur le thème du climat et de la géographie. Ce texte a été écrit dans le but d’engendrer un débat parmi les géographes (et au-delà de la discipline). N’hésitez pas à laisser un commentaire pour lancer le débat !

 

CLIMAT : ENTRE IRÉNISME ET CATASTROPHISME, PLACE À LA GÉOGRAPHIE
par Philippe PELLETIER
professeur de géographie, Université Lyon 2

La COP 21 qui se tient à Paris en décembre 2015 (re-)met au devant de la scène politico- médiatique la question climatique. Son site officiel nous annonce que « nous sommes tous menacés » (premier item), que « la planète se réchauffe » et que « les espèces disparaissent ». Le ton est donné par le recours à la voix de plusieurs enfants dont la naïveté contraste avec la gravité du propos — il faut bien évoquer de façon subliminale les « générations futures », même si elles ne savent pas de quoi elles parlent à leur âge — dans un mélange de peur, de futur et de fraîcheur. Les géographes sont pratiquement absents de tous les sommets et conférences prestigieuses annoncés autour de cet événement, et pourtant ils et elles ont de quoi dire. La question du climat mobilise en effet cinq approches fondamentales à leur discipline : l’interface nature-sociétés, l’imaginaire, la mesure, la spatialisation et la géopolitique. […]

La suite en téléchargement ICI.

Document annexe sur la composition du Club de Rome.

Pour aller plus loin, l’auteur a publié récemment un livre sur ce sujet, intitulé Climat et Capitalisme Vert. De l’usage économique et politique du catastrophisme (édition nada).