Archives pour la catégorie Revue

Gouvernance des biens communs, pour une nouvelle approche des ressources naturelles

Gouvernance des biens communs, pour une nouvelle approche des ressources naturelles
par Luc Bonet
(Lu sur RECMA.org)

La pensée économique dominante conclut, au mieux, à l’inefficacité économique de « l’action collective […] des individus utilisant des ressources communes », au pire, à l’épuisement de ces biens communs, à moyen ou long terme. Il en ressort une alternative politique : la privatisation de ces biens (acteurs individuels ou firmes) ou leur contrôle par l’Etat (contrôle direct, nationalisation, ou indirect, régulation extérieure de l’action). Dans son ouvrage, Gouvernance des biens communs (dont sont tirées les citations de cette note), Elinor Ostrom (« Nobel » d’économie 2009) critique tant les modèles « métaphoriques » à la source de cette vision pessimiste, qui culmine dans la « tragédie des biens communs » (Garret Hardin), que les solutions qui s’inscrivent dans l’alternative Marché-Etat. S’appuyant sur ses propres travaux et enquêtes sur le terrain, comme sur les données d’autres auteurs, Ostrom met en avant les solutions « de l’auto-organisation et de l’auto-gouvernance dans les situations de ressources communes ». Solutions pragmatiques, efficaces et durables dans suffisamment de cas pour que l’auto-organisation apparaisse non pas comme une utopie politique mais comme une pratique d’action collective qui répond à une large palette de problèmes économiques. Continuer la lecture de Gouvernance des biens communs, pour une nouvelle approche des ressources naturelles 

Proudhon – Coase : La propriété de la firme

Proudhon – Coase : La propriété de la firme
par Luc Bonet

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/4a/Pierre-Joseph_Proudhon.jpgEn 1937, Ronald Coase (prix Nobel 1991) écrit un article retentissant sur « la nature de la firme », celle-ci se caractérise par une coordination hiérarchique alternative à la coordination par les prix et donc un autre type d’allocation des ressources que celui résultant des « transactions d’échanges ». Ce coup de tonnerre dans la théorie économique de l’époque, qui réduisait l’économie réelle aux seuls phénomènes d’échange entre unités, va donner lieu à une nouvelle branche de la théorie économique, dite néo-institutionnelle, illustrée notamment par les travaux d’Oliver Williamson (Nobel 2009). Or, que la firme soit un lieu de répartition des ressources par le propriétaire et non un marché de « facteurs de production », est une des thèses principales de Proudhon dans sa critique de la propriété capitaliste. Le problème de notre socialiste n’était pas le salaire comme résultat d’un échange, mais le salaire comme résultat d’une répartition, décidée par le propriétaire capitaliste. Si Coase a mis en évidence l’alternative entre coûts de transaction et coûts d’organisation pour expliquer l’existence des firmes, il reste à justifier de l’efficience du mode capitaliste de propriété de la firme comparé aux modes non lucratifs.

Suite à lire sur le site de la RECMA : cliquer ICI.

Espaces et Sociétés : Espaces d’enfermement (n°162)

Parution du n°162 de la revue Espaces et Sociétés abordant le thème des espaces d’enfermement. Disponible sur le portail CAIRN.

N°162 : Espaces d’enfermement

Le numéro s’intéresse aux logiques et aux conséquences socio-spatiales de l’enfermement (maison d’arrêt, centre de détention, centre éducatif fermé). Quels sont les rapports à l’espace à l’intérieur de ces lieux dont beaucoup sont aujourd’hui surpeuplés, en particulier pour les personnes les plus jeunes ou les plus âgées (rapports à l’espace intime, aux espaces sportifs, aux espaces de soin…). Quelle ouverture vers l’extérieur ? Quel équilibre entre les missions préventives et répressives, notamment pour les mineurs, en France ou à l’étranger ?

Continuer la lecture de Espaces et Sociétés : Espaces d’enfermement (n°162)