Mémoire de Master 2 d’Anthropologie Sociale

De la curiosité scientifique
à la souveraineté écologiste

Isabelle Edwards-Chenet

Résumé

PhotoM2IsabelleECSuite à la ratification de traités et conventions internationales et européennes par le Royaume-Uni, stipulant l’impératif de préserver et protéger les ressources et milieux naturels de son territoire, l’application d’une législation et d’une administration conservationniste à l’île de Rathlin se fit de manière évidente. En effet, la somme des discours scientifiques faisant état de la richesse écosystémique de l’île constitue un socle épistémologique permettant de légitimer et de cautionner l’intervention d’organisations gouvernementales et non-gouvernementales soucieuses de la conservation de l’environnement. Ainsi, l’île de Rathlin est un territoire privilégié pour les activités de la Northern Ireland Environmental Agency1 (NIEA), mais également pour l’ONG Royal Society for the Protection of Birds2 (RSPB), depuis les années 1990. L’usage d’une argumentation scientifique par ces organismes permet d’évaluer les relations complexes qui s’instituent entre science, idéologie et pouvoir, et dans le cas précis entre naturalistes et écologie politique.

Les multiples mises en réserve du sol initiées à la fois par la NIEA et la RSPB conduisent à de nombreux conflits d’usages et à l’apparition de nouvelles logiques d’affrontement, jusqu’alors étrangères aux habitants de Rathlin. En effet, au regard des tensions inter-communautaires propres à l’Irlande du Nord, ainsi qu’à l’Histoire foncière de l’île, la mise en application de réserves et de contraintes agro-environnementales est perçue par une partie des insulaires comme l’avènement d’une nouvelle forme de colonialisme. En effet, constitués d’une majorité de catholiques réduite au statut de tenancier par un propriétaire terrien de confession protestante jusqu’en 1930, l’accès à la propriété foncière constitue un enjeu majeur pour les insulaires dont les activités principales sont l’élevage bovin et ovin. Les restrictions auxquelles leurs activités économiques sont nouvellement confrontées, les nombreuses acquisitions de la NIEA et de la RSPB et l’importante pression foncière dont ils sont l’objet, éveillent la douloureuse mémoire des Troubles3 chez certains insulaires et les amènent à établir un parallèle entre la domination britannique en Irlande et la présence de la NIEA et de la RSPB sur leur territoire. La lecture néo-colonialiste de leur Histoire contemporaine soulève ainsi de nombreuses revendications identitaires mais aussi politiques et sociales au sein de l’arène politique de l’île, et participe à créer une fracture interne à la communauté de Rathlin entre partis prenant de la conservation et anti-environnementalistes.

La somme des discours scientifiques constitue également un corpus permettant de justifier une pluralité de stratégies politiques, économiques, sociales, culturelles et identitaires pour les acteurs évoluant sur l’île de Rathlin. En effet, tout en jouissant du statut hégémonique attribuée à la science, notamment aux sciences naturelles, en tant qu’institution énumérant des vérités dogmatiques et universelles, une grande variété d’acteurs sur le terrain se trouve en mesure de légitimer leurs intérêts, aspirations et pratiques en mobilisant les productions de ces experts. Dans un jeu de réfutation, de réinterprétation ou d’adaptation des propos des scientifiques, la construction identitaire des habitants de l’île se formule ainsi en fonction de la littérature scientifique qui leur est consacrée tout en historicisant leur identité, définissant ainsi le true islander. Cependant l’arbitraire et la variabilité de ces identités dynamiques et changeantes varies en fonction des échelles d’analyses et des enjeux énoncés, révélant le caractère discursif et aléatoire de la construction identitaire et de la territorialité selon les contextes et les acteurs. Néanmoins, ce statut de true islander constitue une condition d’exclusion ou d’inclusion à la vie politique et économique de l’île selon la nature des relations au territoire entretenu par les résidents, et participe à redéfinir les relations à l’autre.

Ce travail met en lumière d’une part les différentes perceptions et représentations de l’insularité émises par les scientifiques effectuant leurs recherches à Rathlin; les stratégies de rejet, d’appropriation, de manipulation et de réfutation des discours scientifiques entreprises par les divers acteurs évoluant à Rathlin ainsi que la relation intime entre sciences naturalistes et écologisme. Il s’agit de déconstruire le positivisme dans lequel les travaux des scientifiques s’envisageait en mettant en lumière le rôle de leur subjectivité dans leur recherche, la pluralité des intérêts et des convoitises dont leurs propos sont l’objet, mais aussi leur importante participation et collaboration avec des organisations écologistes.

Notes:
1 Agence Environnementale Nord-Irlandaise
2 Société Royale de Protection des Oiseaux
3 Terme employé pour désigner les trente années de conflit qui secouèrent l’Irlande du Nord

Télécharger le mémoire complet (143 pages).

Photographie d’en-tête d’article : L’île de Rathlin, une pierre de gué. Du premier au dernier plan: la mainland Nord- Irlandais, l’île de Rathlin et la péninsule Sud-Ecossaise de Kintyre © 2014 I. Edwards-Chenet.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *