ECCE GLOCUS

Appel à participation

ECCE GLOCUS
Espaces en Crise, Crise de l’Espace – Glocalisation Littérature Organisation spatiale Cinéma Urbanisme Sociologie

Karolina Katsika (katkarolina[at]yahoo.fr)
& Marta Álvarez (marta.alvarez[at]univ-fcomte.fr)

Université de Franche-Comté

Crises, espaces
En 2006 éclate la crise des subprimes aux États-Unis ; en 2008, les banques d’affaires qui vendent des produits financiers à haut risque se trouvent en cessation de paiement, alors que la banque d’investissement Lehman Brothers fait faillite. La crise est très rapidement globalisée et le système bancaire mondial est menacé d’effondrement. Les états et les banques centrales, surtout des États-Unis et des pays d’Europe qui sont gravement touchés, interviennent afin d’éviter la chute. Ceci provoque, en 2010, une augmentation considérable des déficits publics.

Afin de faire face à la dette publique, l’Espagne et la Grèce mettent en place deux plans d’austérité en 2010 et en 2012, qui prévoient notamment la baisse des salaires et des retraites, l’augmentation des impôts et le démantèlement de la protection sociale et du système de santé. Quatre ans après, les conséquences sont dramatiques : le taux de chômage s’élève à 25% (50% pour les jeunes) dans les deux pays, le taux de suicide a augmenté de 40% en Grèce, 362.000 logements ont fait l’objet d’une saisie en Espagne, 200.000 familles sont privées d’électricité en Grèce… Celles-ci ne sont que quelques-uns des effets de la grave crise humanitaire qui frappe de plein fouet les deux pays.

Les espaces abandonnés, les zones de désolation et de délabrement rendent la crise largement perceptible au niveau spatial dans les villes espagnoles et grecques. En même temps, les barrières et les dispositifs policiers autour des bâtiments publics désignent des
espaces de domination. C’est l’espace public que les populations ont utilisé afin de réagir à la pauvreté et à l’oppression. L’année 2011 voit l’occupation de la Puerta del Sol à Madrid et de la place Syntagma à Athènes, un phénomène qui se propage aussi à d’autres villes. Des campements sont installés et des assemblées générales sont tenues, dans une tentative de réappropriation collective de l’espace public. Par ailleurs, des immeubles abandonnés sont réoccupés et deviennent des dispensaires ou des lieux culturels autogérés. Au niveau individuel, le mendiant ou le sans-abri deviennent des personnages plus visibles dans le paysage urbain. Il s’agit de personnes et de familles qui, expulsées de leur domicile, exclues de leur espace privé, s’en créent un nouveau dans l’espace public. Des réactions de protestation individuelles extrêmes ont également eu lieu dans l’espace public, comme le suicide devant le parlement grec de Dimitris Christoulas. Il est évident que de nouvelles pratiques spatiales sont adoptées progressivement, de nouvelles attitudes collectives ou individuelles s’installent et de nouvelles spatialités grecques et espagnoles se créent.

Cependant, à l’ère de la mondialisation, ces pratiques spatiales sont influencées et influencent à leur tour d’autres mouvements et se propagent en même temps d’un point du globe à l’autre. Le mouvement des Indignés déclenche en septembre 2011 le mouvement de la place Syntagma en Grèce et Occupy Wall Street à New York. Certes, les manifestations, les occupations des espaces publics, la solitude urbaine ou les gestes désespérés, et pourtant profondément contestataires car réalisés en public, ne sont pas nouveaux. Ce qui l’est en revanche c’est la vitesse de leur propagation à travers le monde et leur coordination par le biais des nouvelles technologies (réseaux sociaux, diffusion vidéo, etc.). Les espaces numériques de mobilisation et d’action collective viennent s’entremêler aux espaces réels, donnant ainsi naissance à un nouvel espace public au croisement du réel et du virtuel. C’est le nouveau processus d’appropriation de cet espace inédit que B. Galland appelle la glocalisation, « c’est-à-dire le processus double par lequel la ville se décharge de sa fonction de production, d’échange et de traitement de l’information en la déplaçant dans le cyberespace, tout en développant, conséquemment, de nouvelles formes d’organisations socio-spatiales au niveau local ».

Lire la suite : Télécharger le fichier complet ECCE GLOCUS.

Si vous êtes intéressé-e-s par le projet, vous pouvez contacter les coordinatrices :  Karolina Katsika (katkarolina[at]yahoo.fr) & Marta Álvarez  (marta.alvarez[at]univ-fcomte.fr).

Crédit photo : « Out of Time » by Guillaume DELEBARRE (CC BY-NC-ND 2.0).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *