Atelier “Pratiques utopiques”, 2016, Univ. Paris Ouest

Atelier “Pratiques utopiques”, 2016, Univ. Paris Ouest

(Lu sur : Le carnet du Sophiapol)

https://c1.staticflickr.com/5/4042/4261842693_845ed17b70.jpg

L’atelier Pratiques Utopiques est organisé par des enseignants, doctorants et chercheurs associés au Sophiapol. Les séances de travail débutent en janvier 2016.

L’atelier Pratiques Utopiques cherche à analyser des pratiques économiques ou des objets qui se présentent comme des alternatives ou des utopies. Il s’agira d’étudier leurs effets de politisation (qu’elles se présentent elles-mêmes consciemment comme des pratiques politiques et militantes ou non). L’orientation philosophique générale qui sous-tend notre recherche veut montrer la pluralité de ces objets et de ces pratiques (elles ne sont pas homogènes et prédisposées à entrer en connexion les unes avec les autres, leur potentiel d’émancipation peut varier du tout au tout) et leur ambiguïté (il n’y a pas d’équivalence a priori entre le fait de se présenter comme une alternative ou une utopie et un contenu d’émancipation effectif). Il s’agit donc d’analyser aussi les échecs, limites, obstacles, effets pervers que rencontrent ces pratiques, leur détournement, leur instrumentalisation toujours possible, la reproduction des rapports de pouvoir qui peut se produire en leur sein.

Ce présupposé plutôt « déflationniste » à l’égard des pratiques alternatives implique de ne pas placer d’emblée la recherche sous un terme qui pourrait les subsumer (comme celui de « commun » par exemple), mais il est cependant essentiel de confronter des concepts (au pluriel) et des pratiques. Du point de vue méthodologique, les concepts doivent être présents explicitement, précisés et soumis à des « épreuves » ou à des « tests ». C’est ce qui permettra de mieux penser des conjonctions possibles entre pratiques.

Un tel présupposé est sans doute corrélé à l’idée que la transformation profonde du monde social ne viendra pas d’une seule idée-force ou d’un seul type de pratiques, mais de la conjonction à organiser entre des pratiques multiples et dispersées. A cet égard, on peut en particulier analyser la manière dont les pratiques alternatives « décloisonnent » les secteurs et sous-secteurs dans lesquels elles sont insérées (par exemple en faisant de l’art une dimension de leur répertoire).

Cette année, l’atelier abordera les thématiques suivantes :

  • Nouvelles technologies, économie collaborative, propriété
  • Monnaie, échange, circulation
  • Consommation
  • Travail, coopératives
  • Écologie

Programme 

Lundi 11 janvier 2016 | 14H à 16H
Marion SIRIEX
(doctorante en sociologie UQAM) : « Études de deux coopératives : Le Village Vertical (coopérative d’habitants à Villeurbanne) et La Louve (coopérative alimentaire à Paris) ».

Lundi 15 février 2016
Laurent BARONIAN (Chercheur en économie rattaché au Sophiapol) et Davide GALLO LASSERE (Docteur en philosophie, Sophiapol) : « Les monnaies anticapitalistes » (titre provisoire)

Mardi 8 ou mardi 15 mars 2016
Marc-Antoine PENCOLE (Doctorant en philosophie, Sophiapol) et Maxime MECREANT(Doctorant en philosophie, Sophiapol) : « Les alternatives numériques » (titre provisoire)

Vendredi 1er avril 2016
Maxime QUIJOUX (Chargé de recherche, UVSQ/Printemps) et Pierre SAUVETRE (Post-doctorant Lille 1/Sophiapol): « Travailler autrement ? : SCOOP et SCIC »

Mardi 3 mai ou jeudi 5 mai 2016
Anne DE RUGY (Doctorante Sophiapol) : « Consommer autrement ? »

Organisation

Stéphane HABER (Sophiapol), Christian LAVAL (Sophiapol), Pierre SAUVETRE (Sophiapol)

Informations pratiques

Lieu : Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment D, salle D201b

Référence photographie : « Utopie »  – flickr de hannes.a.schwetz (CC BY-SA 2.0).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *